AccueilMusique

On a regardé I Got a Story to Tell, le docu sur Notorious B.I.G., et on vous le conseille

Publié le

par Joséphine de Rubercy

Biggie ©Youtube

Ce film intimiste revient sur les débuts de la légende du rap US, avec des images et des témoignages inédits.

Il y a des histoires qui rentrent dans la légende. C’est le cas de celle du rappeur The Notorious B.I.G., Christopher Wallace de son vrai nom, dont la vie est retracée dans le documentaire Biggie: I Got a Story to Tell, disponible sur Netflix depuis ce lundi 1er mars. Vingt-quatre ans après sa mort, toujours non élucidée, cette légende du rap a véritablement changé le hip-hop pour toujours et continue de marquer les esprits du monde entier.

Alors que beaucoup de films se concentrent sur sa mort tragique, celui-ci a choisi de raconter la vie du rappeur. Coproduit par sa mère, Voletta Wallace, et par P. Diddy, grand ami et producteur de Big Poppa, le documentaire s’intéresse surtout à son enfance et son adolescence dans les rues de Brooklyn, ainsi qu’à ses débuts dans le hip-hop, de ses premières mixtapes jusqu’à ses premiers concerts. Pendant 1 h 37, images intimes et enregistrements inédits sont entrecoupés de témoignages de proches de Biggie, pour nous aider à comprendre qui était Christopher avant d’être The Notorious B.I.G.

Son enfance et son adolescence dans les rues de Brooklyn

L’enfance et l’adolescence de B.I.G pourraient être celles de n’importe quel jeune noir issu de la première génération d’immigrés. Il vit dans les quartiers défavorisés de Clinton Hill et Bedford-Stuyvesant à Brooklyn avec sa mère, institutrice, qui tente de le préserver des dérives de la rue. Vers 15 ans, il arrête l’école et commence à dealer de temps en temps, avant de devenir un vrai trafiquant. "Surtout pour un jeune enfant noir, il était facile de se faire piéger par la rue", confie Suif Jackson, un ami d’enfance. La drogue, le crack notamment, est partout, facile d’accès, et représente une bonne façon de gagner de l’argent dans un quartier dépourvu d’options.

Parallèlement à son ascension en tant que dealer, Big Poppa découvre le hip-hop dans la rue. À 12 ans, il recevait sa première radiocassette et écrivait ses rimes dans un cahier. Peu à peu, sa passion pour la musique grandit. Ses premières tentatives de rap, les cassettes que sa mère lui a achetées, ses freestyles amateurs, ses premiers battles dans la rue… le documentaire relate ses débuts dans le hip-hop, qui témoignent déjà de son talent et, surtout, d’un charisme que les autres rappeurs n’ont pas.

On se rend compte de sa grande curiosité, de son intérêt pour l’art en général mais surtout de son côté très mélomane dès son plus jeune âge. Le film dépeint son amour pour les ballades country que sa mère écoute, pour les grooves dancehall et les chansons reggae qu’il chante l’été avec sa famille en Jamaïque, mais aussi son goût pour le R’n’B et le hip-hop des années 1980. Véritable virtuose de la musique, l’artiste parvient à sublimer tous ces genres musicaux lorsqu’il s’empare d’un micro. Mais I Got a Story to Tell nous rappelle aussi que Notorious B.I.G, avant d’être la star qu’il est devenu, était un jeune homme timide, mal dans sa peau, complexé par son poids et son strabisme, mais aussi un fils très protecteur avec sa mère et un ami dévoué.

Ce sont justement ses proches qui lui ont permis de réussir sur le chemin vers la célébrité qui ne fut pas une ligne droite. On découvre un Biggie constamment tiraillé entre l’envie de retourner dans la rue, où il a la facilité de faire de l’argent grâce à ses trafics de drogue, et sa passion pour la musique et sa carrière de rappeur.

Des témoignages de ses proches et des images inédites

S’il y a une figure centrale au documentaire en dehors de Biggie, c’est bien sa mère. C’est elle qui prend la parole tout au long du film, racontant notamment comment Christopher était enfant, comment elle a tenté de le préserver de la rue et comment c’était d’être une mère célibataire fraîchement débarquée à New York. Tout un pan du documentaire revient effectivement sur les racines de Voletta Wallace dans la Jamaïque rurale et son choix d’emménager aux États-Unis pour pouvoir faire des études et avoir un métier qu’elle aime. "J’ai toujours rêvé d’être une femme richissime. Une femme avec des moyens et trois enfants, confie Voletta au début du film. Je n’ai pas vu ça pour moi dans mon pays. Ce n’était pas ma vie." Après quoi elle explique ce que représente pour elle la musique de son fils aujourd’hui, plus de vingt après son décès. Elle relate aussi ses hésitations et sa méfiance au début de sa carrière, notamment à la sortie de son premier album I Am Ready to Die, qu’elle juge "trop vulgaire".

On peut aussi entendre sa grand-mère, Gwendolyn Wallace, âgée de 96 ans au moment du tournage, sa femme, Faith Evans, et son oncle, Dave Wallace. Quand ce n’est pas la famille qui se confie, ce sont les amis du rappeur qui témoignent. Parmi ses amis d’enfance, ceux de la Junior MAFIA comme aimait les appeler B.I.G., on retrouve D-Roc (Damion Butler), C-Gutta (Suif Jackson) ou encore Hubert Same et Lil' Cease (James Lloyd). Quelques producteurs prennent la parole également comme 50 Grand, mais c’est surtout P. Diddy, alias Sean Combs, qui donne le plus de détails sur Biggie et sa musique.

En plus de leurs témoignages, les proches de Christopher Wallace, notamment sa mère, ont fourni des images, vidéos et enregistrements inédits, rares et intimes, que l’on découvre au fil du documentaire. Des photos de lui enfant, bébé même, en famille ou à l’école, mais aussi des vidéos des coulisses de ses premiers concerts, de ses battles de rap dans la rue, de lui en voiture en route pour un show… Bref, des pépites filmées au caméscope à l’époque par ses amis et sa maman. On peut aussi entendre des extraits d’interviews à la radio qui nous permettent de découvrir un jeune Biggie simple, timide parfois, loin des projecteurs. "C’est ma musique qui me permet de m’exprimer", avouait-il. Encore aujourd’hui, même s’il n’est plus là, il continue de s’exprimer et d’exister grâce à sa musique. Big up B.I.G.

 

À voir aussi sur konbini :