AccueilMusique

La magie de Noël : Ateyaba lâche Space Pack, son premier projet en presque six ans

Publié le

par Guillaume Narduzzi

"Tout vient à point qui sait attendre" comme dit l'adage, et l'ex-Joke a décidé de régaler ses fans en cette fin d'année 2020.

L’autoproclamé "nouveau pharaon" a enfin frappé. Ateyaba, anciennement Joke, a dévoilé le 25 décembre dernier un nouvel EP de cinq morceaux intitulé Space Pack, quelques semaines seulement après la sortie du titre "Moonwalk". Un véritable événement dans le paysage du rap français, puisque l’artiste – l’un des plus influents au début des années 2010 – n’avait plus sorti le moindre projet depuis les cinq pistes de Dolorean Music le 1er janvier 2016, alors qu’il s’appelait encore Joke. 

Soit une durée de presque six ans sans la moindre parution d’un disque, autant dire une éternité à l’échelle du rap français. Pour autant, le rappeur montpelliérain n’est pas resté inactif, loin de là. Celui qui essaie en permanence d’en découdre avec le rap game, revendiquant lourdement son héritage, a dévoilé plusieurs morceaux au fil des mois, notamment depuis son changement de nom en 2018. Et ce même si Ultraviolet – son tant attendu deuxième album après Ateyaba en 2014 – n’a toujours pas vu le jour, près de quatre ans après avoir été annoncé.

Cependant, aucun véritable inédit n’est à retrouver sur Space Pack. L’EP de cinq titres est en effet une courte compilation de morceaux partagés par l’artiste au cours des deux dernières années, mis en ligne directement sur YouTube ou partagés par le biais de ses "Spirit Radio", qu’il diffuse également sur la plateforme vidéo de Google. De plus, les pistes sont classées par date de sortie. Ainsi, "Lgbiri" est paru le 1er janvier 2019, "Droptop" et "Av President Kennedy" en juillet de la même année, "PDRB" en août 2019 et "Naomi Freestyle" en mars 2020.

On ne peut désormais qu’espérer que cette sortie soit annonciatrice d’un retour beaucoup plus concret de la part d’Ateyaba, qui demeure à ce jour l’un des mystères les plus difficiles à percer de l’histoire du rap français.

À voir aussi sur konbini :