AccueilMusique

Nilüfer Yanya revient avec le clip mystique de "Thanks 4 Nothing"

Publié le

par Sophie Laroche

Après avoir interprété le morceau lors d’une session des plus réussies pour Colors, la jeune Londonienne dévoile le clip psychédélique qui l’accompagne.

Dans son dernier clip réalisé par Energie Force, Nilüfer Yanya, vintage à souhait dans son tailleur jaune, se retrouve au centre d’une mise en scène mystique. S’amusant dans un premier temps à tirer les cartes, elle se retrouve à jouer devant une assemblée de personnages vêtus de rouge qu’on imagine être des cœurs brisés venus exorciser leur peine.

Un visuel qui fait sens quand on sait que son morceau "Thanks 4 Nothing" est avant tout l’histoire d’un deuil amoureux. De sa voix grave et douce, blessée et nonchalante, l’artiste explique qu’elle veut mettre un terme définitif à sa relation.

Malgré sa fraîcheur, ce titre à la saveur nostalgique n’est pas un inédit puisqu’on a déjà eu le bonheur de le découvrir en novembre dernier lors d’une session Colors, plus jazzy mais toute aussi touchante, dans laquelle la jeune femme, armée de sa guitare, chantait aux côtés de la saxophoniste Jazzi Bobbi.

La promesse du succès

À 22 ans, la jeune Londonienne aux origines turque, irlandaise et barbadienne a toujours grandi avec la musique. D’abord abreuvée aux sons du piano de sa mère et aux notes du saz (un instrument traditionnel turc) de son père, elle démarre selon Greenroom le piano à 6 ans, puis la guitare et le violoncelle à 12.

C’est à cette période qu’elle commence également à écrire ses premiers textes. Portée par cet héritage familial, la jeune femme développe de son côté ses propres références à l’écoute d’artistes comme Chet Baker et Miles Davis, mais aussi Nina Simone ou Amy Winehouse.

À la sortie de son premier EP nommé Small Crimes (2016), celle qui excelle dans la composition de morceaux épurés aux influences soul et jazz se voit projetée sur le devant de la scène et promise à un grand avenir par pas mal de médias. Pour autant, sans vraiment tenir compte de l’effervescence qu’elle génère, Nilüfer a continué sa route à son rythme, distillant les projets courts et prenant part, avec sa sœur, à l’animation d’ateliers d’art et de musique dans des camps de réfugiés en Grèce.

Espérons que "Thanks 4 Nothing" présage la sortie d’un projet plus long.

À voir aussi sur konbini :