AccueilMusique

Nicolas Jaar va se produire en Palestine à la fin du mois

Publié le

par Léa Marie

Wikipedia

Nicolas Jaar jouera à Ramallah, capitale administrative de la Palestine, à la fin du mois de septembre.

(© Basic Sounds/Flickr/CC)

Le producteur de musique électronique Nicolas Jaar donnera un concert en Palestine le 28 septembre prochain, au Grand Park Hotel de Ramallah. Une initiative qui s’apparente à un acte politique, dans ce territoire où les artistes de renommée mondiale se font rarissimes.

C’est via une publication sur sa page Facebook que le compositeur américano-chilien a annoncé la nouvelle à ses fans. Il se produira aux côtés de deux collectifs de musique underground palestiniens, Jazar Crew et Malahi Entertainment, dans le cadre d’un festival intimiste de trois dates (qui passera aussi par la ville israélienne de Haïfa et Amman, la capitale de la Jordanie). Cette annonce n’a pas manqué de faire réagir les internautes, sur fond de conflit israélo-palestinien. En donnant un concert en Palestine, le jeune artiste prend une position qui déplaît fortement à certains Israéliens.

Selon le magazine Trax, Nicolas Jaar – dont le père est d’origine palestinienne – se dit surtout curieux de l’activité musicale dans la région. Il s’était d’ailleurs déjà rendu dans le désert de Jordanie au début de l’été, et y avait donné un concert secret en collaboration avec le collectif Jazar Crew, alors organisateur du festival Mukti Gathering.

L’Américain fait toutefois figure d’artiste engagé : son dernier EP, Sirens, est empreint de références politiques. À commencer par sa pochette, où l’on peut lire : "Ya dijimos no, pero el si esta en todo" ("Nous avons beau avoir dit 'non', le 'oui' demeure partout"). Il s’agit en l’occurrence d’une allusion au référendum chilien de 1988 qui mit un terme au règne de Pinochet. Malgré la transition démocratique qui a suivi, Nicolas Jaar tient à rappeler que l’héritage du dictateur se fait encore sentir dans son pays.

Listening tonight in NY. Email tickets@other-people.net if u want to hang and listen to it

Une publication partagée par @nicolasjaar le

À voir aussi sur konbini :