Nickelback recherché pour "crimes contre la musique"

Après les horreurs dont il a gratifié le monde de la musique pendant 20 ans, Nickelback n'a que ce qu'il mérite. 

Les suspects sont armés de tubes pseudo-rock tout mous et par conséquent extrêmement dangereux

Les suspects sont armés de tubes pseudo-rock tout mous et par conséquent extrêmement dangereux

Non, ce n'est pas une blague. La police de l'État de Queensland, Australie, a publié mercredi un mandat d'arrêt sur Twitter contre Nickelback pour "crimes contre la musique", portrait robot inclus. Si tous vos amis Facebook fans des Canadiens pensent que c'est un peu cruel, nous savons avec certitude que vous êtes nombreux à vous écrier, d'une juste voix, un puissant "Enfin !"

Publicité

Publicité

Avertissement urgent de la police : des hommes correspondant à cette description s'apprêtent à commettre des crimes musicaux ce soir à Boondall.

Eh oui, le soir-même du 20 mai, le Nickelback devait hanter une salle de concerts de la ville de Boondall, près de Brisbane. La police n'a eu d'autre choix que d'avertir les honnêtes citoyens du danger qu'ils encouraient.

Blague à part, c'est bien connu : quand il est question de groupe de rock, c'est le groupe de Chad Kroeger qui remporte la palme du souffre-douleur le plus appliqué du web. C'en est même devenu gênant. Voyez plutôt : ce blog qui recense toutes les blagues du web sur la formation canadienne, cet autre blog qui fait la même chose, mais aussi cette pétition pour empêcher les Canadiens de revenir jouer à Londres ("Don't let Nickel Back", ça s'invente pas), ou carrément Rolling Stone qui a récompensé les interprètes de "How You Remind Me" du prix de deuxième pire groupe des années 90 – ils échouent même à être les pires...

Publicité

Quoi qu'il en soit, jusque-là, Nickelback n'avait pas encore fait l'objet d'un avis de recherche de la police, même fictif. Mais il s'était déjà fait coller une sacrée mauvaise réputation par le même CM de la police de Queensland : par deux fois, déjà, le groupe formé en 1995 avait subi les quolibets des autorités de cette région de l'Australie sur Facebook (où on doit sans doute plus écouter Avril Lavigne).

C'est juste ici.

Publicité

Our unwanted Nickelback CD is still floating around the office somewhere. We reserve the right to 'gift' it to the first...

Posted by Queensland Police Service on jeudi 22 janvier 2015

Ce CD de Nickelback que nous n'avons pas désiré posséder traîne toujours quelque part dans nos bureaux. Aujourd'hui, nous nous réservons le droit de "l'offrir" au premier individu qui ignorera notre conseil et empruntera une route inondée. Si même cet album ne décourage pas les gens de rester chez eux par ce temps humide, alors rien ne le pourra.

Ça se tient.

Police media team report a suspicious package has been received as part of the office secret Santa. It will now be destroyed #BlameCanada #JokesOnUs

Posted by Queensland Police Service on lundi 22 décembre 2014

L'équipe presse vous annonce que nous avons reçu un colis suspect de la part du bureau secret du Père Noël. Il sera détruit immédiatement.

Konbini a d'ores et déjà dépêché un reporter pour couvrir le procès des suspects pour "crime contre la musique" au Tribunal pénal international de La Haye. Justice sera rendue.

Par Théo Chapuis, publié le 21/05/2015

Copié

Pour vous :