©Capture d’écran YouTube / Népal – Là-Bas #LaxVision

Népal nous parle de "Là-bas" dans un premier clip posthume émouvant

Le premier single du rappeur parisien vient d'être doté d'un support visuel, en attendant son premier album prévu pour début 2020.

Rappeur de grand talent, Népal nous a quittés le 9 novembre dernier. Une disparition qui a suscité une immense vague d’émotion dans la grande famille du rap français. D’autant plus que l’artiste parisien venait de boucler son premier album, et laisse derrière lui plusieurs sons inédits déjà clippés. Une surprise de la part de ce rappeur discret au possible, confidentiel et pas forcément très prolifique.

Publicité

C’est donc fort logiquement cette même émotion qui vient nous saisir au moment de découvrir le premier single de ce nouveau projet, "Là-bas", ainsi que son superbe clip paru ce jeudi 28 novembre sur le compte de son collectif de toujours, la 75e session. On peut apercevoir le drapeau du Liban dès le début de la vidéo, réalisée par Les Gars laxistes. Le clip a en effet été tourné à Sin-El-Fil, une banlieue proche de Beyrouth, et contient également des animations propres à la culture japonaise qui le passionnait tant.

Népal surprend avec une voix légèrement auto-tunée, et confirme qu’il était capable d’une incroyable polyvalence. Il y expose toute la complexité habituelle de son écriture, abordant notamment des notions nietzschéennes sur la vie : "On n’a pas choisi cette existence mais on en paye le prix. Notre monde ou bien cette vie. Est-c’que j’vois cette réalité comme une projection d’mon esprit ? J’essaye juste de vivre", chante-t-il notamment.

Un nouvel hommage de son équipe vient se glisser à la fin de la séquence, comme un ultime adieu. "À la mémoire de notre frère. Repose en paix. Tu nous manqueras à jamais", peut-on lire. Adios Bahamas, le premier album de Népal, paraîtra le 10 janvier 2020. Et nul doute, au vu du talent de l’artiste, qu’il s’agira de l’un des projets les plus marquants de cette nouvelle décennie qui s’annonce.

Publicité

Par Guillaume Narduzzi, publié le 28/11/2019

Copié

Pour vous :