Michel Berger s’éteignait il y a tout juste 25 ans

Le 2 août 1992, Michel Berger succombait à une crise cardiaque, alors qu’il n’était âgé que de 44 ans. Malgré son jeune âge, l’auteur-compositeur a laissé derrière lui d’innombrables tubes qui marqueront sa génération.

Après une enfance tumultueuse, Michel Hambur­ger (de son vrai nom) se réfugie dans la musique. Peinant à percer, il compose des morceaux pour des chanteurs, et est donc derrière bon nombre des grands succès de l’époque. En 1967, il écrit deux titres pour Véronique Sanson et lance la carrière de la chanteuse, dont il tombe amoureux. Leur histoire se soldera par un immense chagrin d’amour, et cette blessure lui inspirera de nombreuses chansons.

Michel Berger, "Quelques mots d’amour" (1980)

Publicité

En 1973, Michel Berger rencontre à nouveau l’amour. Avec France Gall, ils enchaînent les tubes ("Ça balance pas mal à Paris", "La groupie du pianiste") et finissent par se marier en 1976. Ils resteront ensemble jusqu’au décès du chanteur.

France Gall et Michel Berger, "Ça balance pas mal à Paris" (1978)

Publicité

Entre-temps, Michel Berger coécrit Starmania avec Luc Plamondon ; l’opéra-rock deviendra l’une des plus célèbres comé­dies musi­cales françaises. En 1985, sa collaboration avec Johnny Hallyday – autre grande star de la chanson française – débouchera sur l’album Rock’n’Roll Attitude, unanimement salué par les critiques.

Michel Berger s’en est allé dans une période fructueuse et foisonnante, après avoir laissé une empreinte indélébile sur la variété :

Publicité

Michel Berger, "La Groupie du pianiste" (1980)

France Gall, "Résiste" (1981)

Publicité

Johnny Hallyday, "Quelque chose de Tennessee" (1985)

France Gall, "Évidemment" (1987)

Michel Berger, "Le Paradis Blanc" (1990)

Une chose est sûre, son œuvre a traversé les époques et continue d’inspirer les jeunes générations, à l’image de ces DJ qui ont revisité ses tubes d’une façon pour le moins décalée :

Par Léa Marie, publié le 02/08/2017

Pour vous :