AccueilMusique

La Jordanie interdit le concert d'un groupe pop-rock engagé pour l'égalité des sexes

Publié le

par Juliette Geenens

Le gouvernement a fait machine arrière, jeudi 28 avril, mais le délai est trop court pour permettre au groupe de pop-rock libanais d'organiser son concert, qui reste annulé.  

Les artistes de Mashrou'Leila se sont dits très peinés de ne pouvoir jouer ce vendredi 29 avril, à Amman, qu'ils considèrent comme <em>"leur deuxième maison".</em> (© Mashrou'Leila/ Facebook)

Le nom de Mashrou'Leila ne vous dira peut-être rien. Pourtant, ce groupe libanais de pop-rock indé est très populaire au Moyen-Orient. Ses mélodies surfent entre pop et électro mais, aussi apprécié soit-il, Mashrou'Leila s'est retrouvé forcé d'annuler un concert prévu aujourd'hui à Amman, la capitale de la Jordanie. Ici, aucune raison de santé, de sautes d'humeur ou d'organisation ne sont à déplorer.

C'est le ministère du Tourisme jordanien qui a interdit le show car "il entre en contradiction avec l'authenticité du site", explique le groupe dans un long message sur Facebook. Pourtant, Mashrou'Leila a déjà joué trois fois auparavant dans ce théâtre romain situé au pied de la ville.

Comme le rapporte le journal L'Orient-Le Jour, les valeurs véhiculées dans les chansons du groupe originaire de Beyrouth ne plaisent pas au gouvernement de Jordanie. Les membres de Mashrou'Leila déclarent sur Facebook que le gouvernement leur a spécifié qu'ils ne pourront plus jamais se produire dans le pays "en raison de [leurs] croyances politiques et religieuses et de [leur] soutien à l'égalité des sexes et de la liberté sexuelle". Des croyances jugées sataniques par le gouvernement jordanien. Le groupe ajoute :

"Si appeler à la liberté d’expression, à la liberté sexuelle et à l’égalité des genres c’est adorer le diable, alors nous nous demandons quel Dieu vous priez."

Concert interdit, puis autorisé, mais malgré tout annulé

D'après L'Orient-Le Jour, cette décision soudaine a été prise à cause de la pression mise par "certaines autorités sur les personnalité politiques de Jordanie". Pourtant, le ministère a changé d'avis entre-temps, envoyant une lettre au groupe, l'autorisant à se produire ce soir, à Amman. Problème, ce retournement de situation, en faveur de Mashrou'Leila, est intervenu dans un trop court délai pour que le concert puisse avoir lieu. Dans une nouvelle annonce publiée hier, sur Facebook, le groupe explique:

"L'autorisation arrive trop tard pour que nous puissions monter sur scène, le ministère du Tourisme étant actuellement en congé, ce qui empêche les organisateurs de réserver le site à temps, sans mentionner le délai de 24 heures pour réarranger tout l'événement"

Un groupe engagé pour une jeunesse plus libre

Cette capacité à censurer et changer d'avis de manière aussi aisée et aussi rapide, illustre un immense problème auquel est confrontée la culture au Moyen-Orient. Pour Mashrou'Leila, c'est un véritable drame, pour leur musique et pour les idées progressistes qu'ils tentent de faire passer dans leur art. Ce groupe existe depuis 2008 et a sorti son quatrième album, l'an dernier, intitulé Ibn el-Leil. 

Les cinq musiciens qui forment Mashrou'Leila ont toujours tenu à aborder des thèmes très contestés, notamment par le régime libanais, à travers leur musique. L'Orient-Le Jour explique que des sujets comme l'identité sexuelle, la lutte pour les droits LGBTQ, la jeunesse et la vie nocturne transparaissent tout au long du dernier opus.

À voir aussi sur konbini :