AccueilMusique

Avec cette guitare sans cordes, jouer de la musique n'a jamais été aussi facile

Publié le

par Thibault Prévost

La start-up Magic Instruments lance un crowdfunding pour produire une guitare futuriste, où les cordes sont suppléées par des boutons, et dont quiconque peut jouer.

Comme la majorité des gens, vous avez probablement admiré les guitaristes pendant votre prime adolescence. Comme la majorité des gens, vous vous êtes dit que finalement, ça n'avait pas l'air si compliqué que ça, la guitare. Six cordes à gratter, des doigts à placer, pas besoin d'avoir fait Math sup. Alors, vous vous y êtes mis. Et deux semaines plus tard, les doigts engourdis et les phalanges ensanglantées, vous avez lâché l'affaire. Oui, apprendre à jouer d'un instrument est un doux calvaire, qui demande du temps, de l'organisation, un certain degré de masochisme et une détermination inébranlable. Mais la récompense musicale, elle, est inestimable.

Pour tous les déçus qui entendent encore parfois leur Clapton intérieur se lamenter de leur échec passé, Magic Instruments a (peut-être) la solution. La start-up de San Francisco, déjà coupable d'avoir dessiné le casque-totem Beats by Dre, vient de lancer un financement participatif en vue de commercialiser la MI Guitar, une guitare modifiée qui promet à son utilisateur de pouvoir faire de la musique (quasiment) sans effort.

Six cordes et un paquet de boutons

À mi-chemin entre un véritable instrument et le hochet électronique de Guitar Hero, la MI Guitar propose une alternative à un design qui, après tout, n'a pas connu de révolution technologique majeure depuis son électrification en 1928. Ici, les designers de Magic Instruments ont carrément viré les cordes du manche pour les remplacer par des mini-pads tactiles. Chacun de ces pads peut, au choix, produire un accord ou une note et réagit à la sensibilité du toucher. L'anatomie est, à part ça, la même que sur une guitare traditionnelle : on retrouve les six cordes sur la table d'harmonie, quelques potards pour le réglage du son et une sortie jack pour se brancher à un ampli.

Pour ce qui est du jeu, Brian Fan, le PDG de Magic Instruments, et ses designers ont pensé à tout : sur chaque frette (les cases du manche), le bouton du bas est plus gros que les autres, car il permet de jouer un accord de base, ces accords magiques que l'on retrouve dans à peu près toutes les chansons de pop moderne. Selon Fan, interrogé par Wired,  les apprentis musiciens utiliseront uniquement ce type de bouton 60 % du temps.

Les cinq autres boutons donnent, de bas en haut, le power chord (que l'on utilisera 39 % du temps restant), l'accord suspendu, l'accord majeur de septième, l'accord de septième de dominante et l'accord mineur correspondants (à utiliser environ 1 % du temps). Évidemment, on est en 2016, la guitare peut donc être contrôlée en temps réel via une application pour tablette. Moins roots que l'originale au coin du feu, mais faut bien vivre avec son temps.

Par sa construction et sa maniabilité, la MI Guitar est donc le chaînon manquant entre son ancêtre de bois et d'acier et la version gadget popularisée par Guitar Hero. Ici, contrairement au jeu vidéo, il ne s'agit pas uniquement de suivre un rythme mais bien de jouer les notes que l'on souhaite, voire de composer ses propres chansons. Mais contrairement à la guitare, l'objet (que Wired propose de baptiser "keytar", mélange entre clavier et guitare) ne possédera jamais aucune des infinies subtilités de toucher que proposent le manche et les cordes traditionnels – on pose là les bases d'un grand débat à venir entre puristes et early adopters, similaire à ce qu'a, par exemple, connu la photographie lors de sa mue numérique.

Néanmoins, pour ceux qui préfèrent dépenser 300 dollars (260 euros) plutôt que de souffrir pendant quinze ans, la MI Guitar semble être une véritable alternative. Même si, soyons clairs, tripoter deux-trois boutons pour enchaîner des accords qui se jouent tout seuls ne vous propulsera pas guitariste pour autant.

À voir aussi sur konbini :