Madvillainy de MF Doom et Madlib : un chef-d’œuvre intemporel

Le classique du hip-hop fête ses 15 ans...

Partiellement enregistré à Sao Paulo et sorti le 23 mars 2004, soit il y a tout juste quinze ans, l’album Madvillainy de MF Doom et Madlib fait le grand écart entre leurs innombrables inspirations musicales. Un classique.

Publicité

Oubliez Rio de Janeiro. Si vous souhaitez prendre toute la mesure de la richesse musicale du Brésil, c’est peut-être du côté de Sao Paulo qu’il faudra vous diriger. La ville et son effervescence sont un terreau pour la créativité, et lorsque le producteur Madlib s’y rend en 2002, il en est parfaitement conscient. À l’époque, il part pour cette ville brésilienne en compagnie d’autres producteurs de renom tels que Cut Chemist, Dj Babu ou encore will.i.am. De ce trip musical sera d’ailleurs tiré le succulent documentaire Brasilintime, où l’on observe toute cette clique chiner des vinyles en quête de samples, rencontrer de grands musiciens locaux, et livrer des live uniques.

Quatre tonnes de vinyles

Quelques mois auparavant, Madlib a commencé à travailler avec le rappeur et beatmaker MF Doom, déjà connu pour son album Operation Doomsday, sorti en 1999. L’un des plus grands noms du rap alternatif américain. Ensemble, ils créent le duo Madvillain, et travaillent sur ce projet en composant plus d’une centaine de beats à Los Angeles, à grand renfort de weed, de bières et de champignons hallucinogènes.

Publicité

Madlib est un dingue de musique. Selon ses dires, il n’aurait pas moins de quatre tonnes de vinyles chez lui, répartis dans plusieurs garages. Boulimique de sons, il va déterrer des disques des quatre coins du globe, dans tous les styles musicaux qu’il peut explorer. C’est pour cette raison que sur l’album commun avec MF Doom, intitulé Madvillainy, on retrouve des sources de samples extrêmement variées, et superbement assemblées. Car, cassons le suspense, ce projet, malgré un succès commercial relatif, demeure un classique du hip-hop américain.

Los Angeles : Frank Zappa et soul sixties

Déjà à Los Angeles, les deux compères avaient entrepris de composer deux morceaux qui figureront sur Madvillainy. "Meat Grinder", tout d’abord, qui va chercher l’inspiration chez un autre esprit libre de la musique, Frank Zappa.

Publicité

Avec son groupe The Mothers Of Invention, ce dernier sortait en 1969 l’album Uncle Meat, sur lequel figurait le morceau "Sleeping In A Jar". À la vingt-septième seconde du morceau, une sorte de montée de batterie et de saxophone servira d’introduction à "Meat Grinder". Puis, ce sont les toutes dernières secondes qui attirent l’oreille de Madlib. Un bruit de micro ressemblant étrangement à quelqu’un respirant dans un scaphandre, qui servira à donner une atmosphère oppressante aux couplets.

Par Brice Miclet, publié le 19/03/2019

Pour vous :