©Laura Marie Cieplik

Avec sa pop ravageuse, Lous and The Yakuza vient enterrer le game

Dans Warm Up, on réalise un focus sur des artistes dont vous allez (sûrement) entendre parler dans les mois à venir.

La vie de Marie-Pierra est loin d’être un long fleuve tranquille. Sous l’alias Lous and The Yakuza, la jeune artiste belge a multiplié les expériences, tant musicales que sociales. Avant de se faire un nom, elle a connu "la hess", la vraie. Un temps à la rue, elle a pu forger son caractère au cœur d’une scène belge bouillonnante, sans jamais sombrer dans le doute. Proche de L’Or du commun, Damso, Blu Samu, YellowStraps, Yseult, et surtout Krisy – qui enregistrait ses premiers morceaux dans son studio –, Lous est loin d’être une inconnue chez nos voisins, et est désormais prête à voler de ses propres ailes.

Signée sur le label Columbia Records, la jeune femme tenace peut cadrer au mieux sa fougue débordante. Celle qui s’est construite avec la musique, en tant qu’artiste mais surtout en tant que femme, est déterminée à défoncer le game et à mettre un coup de pied dans la fourmilière, armée de ses émotions.

Publicité

En quête perpétuelle de satisfaction, la chanteuse a dévoilé un premier clip tout en contraste, "Dilemme", à l’aide d’un trio de producteurs des plus prestigieux. Toujours en dirigeant d’une main de fer ses projets, pour satisfaire au mieux sa vision d’artiste. Le premier morceau d’une nouvelle carrière qui s’annonce déjà glorieuse. Entretien sans concession avec la nouvelle perle venue de Belgique.

Konbini | Qui es-tu ?

Publicité

Lous and The Yakuza | Hello ! Moi, c’est Marie-Pierra. Je suis auteure-interprète-compositrice.

D’où viens-tu ?

Je suis née au Congo. J’y ai vécu cinq ans, puis je suis allé en Belgique, à Bruxelles. J’y suis restée cinq ans aussi, puis je suis allée au Rwanda pendant six ans, avant de revenir en Belgique, à Namur, il y a huit ans.

Publicité

Quand es-tu née ?

En 1996.

Quand et comment as-tu commencé la musique ?

Publicité

J’en fais depuis toujours. Je ne me souviens même plus de quand j’ai commencé. Aussi loin que mes souvenirs peuvent aller, je chantais déjà. Je me souviens de quand j’ai compris que la musique était également faite de mots. C’est tout con, mais pour moi, c’était juste phonétique quand j’étais enfant. Quand j’avais 6 ans et que je commençais à écrire, j’étais trop heureuse. Dès que j’ai pu écrire quatre ou cinq phrases, j’ai écrit des chansons. Ça a été la base de la musique pour moi. En grandissant, il faut apprendre plein de choses.

Avant, je composais les accords fondamentaux avec ma voix et un générateur d’accords. C’était très compliqué, il faut être extrêmement juste, mais selon moi, la topline n’est pas dissociable du texte. C’était la seule façon que j’avais de composer. J’ai appris le solfège il y a un an ou deux pour arrêter de me torturer [rires]. Une fois que j’ai fait du piano, tout est devenu plus clair. En fait, la musique, c’est des maths.

© Laura Marie Cieplik

Qu’est-ce que tu faisais avant ?

J’ai eu des jobs étudiants dès que j’ai pu. En Belgique, tu peux travailler à partir de 15 ans, mais pas plus de cinquante jours par an. Geox, PizzaHut, plein de petits boulots ignobles. Mais j’ai jamais tenu très longtemps. Je me faisais tout le temps virer d’ailleurs, toujours à cause de la musique. Je me disais déjà que j’allais niquer le game. J’ai jamais connu un autre état d’esprit.

Quelles sont tes influences musicales ?

J’aime bien Ndongo Lo, qui est un artiste sénégalais. Cesária Évora, Ikue Asazaki, qui est ma chanteuse japonaise préférée. Joe Hisaishi, mon compositeur préféré, lui aussi japonais. James Blake, Mac DeMarco, FKA Twigs, etc. C’est super éclectique. J’adore, Vivaldi, Mozart, que j’écoute très souvent encore. On écoute ça depuis tout petit, on kiffe tous la musique dans notre famille. Du coup, mes playlists n’ont aucun sens [rires]. À l’image de mon album, ça va en choquer plus d’un.

Comment as-tu été découverte ?

J’ai fait sept EP avant. Je dis souvent que c’est à force d’avoir toqué aux portes, jusqu’à ce que mes poignets saignent. Je testais tout, du metal au reggae. Et puis un jour, je me suis réveillée en juin 2017, j’ai décidé de faire mon album, et j’ai fini de l’écrire en juillet 2017. À 80 %. J’ai appelé mes potes, on a formé un "band". On a commencé à se faire connaître à Bruxelles et j’ai pu faire au moins 300 concerts dans des bars ces dernières années. En indé, dans l’underground.

Un jour, on a été invités dans l’émission La Chillzone, où j’ai pu faire deux versions acoustiques. On m’a contactée suite à ça, mais je ne voulais pas signer en Belgique. En termes de musique, il n’y a rien là-bas. Tous les gros artistes sont signés en France. Puis j’ai signé chez Sony en France, et ma vie a clairement changé. Avant cela, c’était douloureux de faire de la musique en Belgique en tant que femme noire.

Comment tu décrirais ton univers artistique ?

Comme étant une recherche perpétuelle de la vérité absolue.

Le Japon semble être l’une de tes sources d’inspiration principales…

Je suis obsédée à l’idée d’y aller. J’ai déjà fait plusieurs tentatives, mais à chaque fois, je n’ai qu’une semaine de libre. Il faut au moins un mois pour apprécier le voyage ! J’aime bien fantasmer totalement sur quelque chose que je ne connais absolument pas. Je connais toute l’histoire du pays, mais ce sont les principes et la culture qui me transcendent. Ils sont hyper à cheval sur la loyauté, la discipline, l’amitié, l’amour. Même dans les mangas, c’est flagrant. Oui, chez moi, c’est "geekland". J’achète au moins quinze mangas par mois.

Tu dis avoir fait du reggae et du metal. Comment es-tu arrivée au résultat que tu proposes aujourd’hui ?

Le jour où j’ai décidé de faire mon album, l’été 2017. Je me suis réveillée et je savais que j’allais faire un mélange de chanson française et du hip-hop. Il y a une énorme différence entre ce que t’aimes écouter, ce que t’aimes faire et ce que tu sais faire. J’aime ce que j’ai fait avant, je suis ma première fan [rires]. Mais à l’époque, c’est ça que j’étais, à ces moments-là de ma vie. Je n’ai honte de rien.

On ressent une certaine forme de mélancolie dans tes textes. C’est quelque chose qui a toujours fait partie de toi ?

Je suis naturellement attachée au passé, davantage nostalgique. Ça me rend heureuse. Mais c’est poussé à l’extrême, je peux être nostalgique du moment où j’étais dans le taxi en arrivant par exemple. J’essaie de prendre pleine conscience de mes sentiments, et ne pas me laisser dépasser par mes émotions. C’est super important. Selon ce mood du jour, j’ajuste mes vêtements, mes dessins, mes colliers, mes bagues, tout.

Ça correspond à la façon dont la musique est consommée aujourd’hui.

C’est à la fois naturel, et le résultat d’un travail sur moi-même. J’essaie d’être la meilleure version de moi-même tous les jours. Ma seule concurrence pour niquer le game, c’est moi-même. C’est avec moi que se déroule cette bataille constante. Je suis en perpétuel questionnement. Avec moi, tout est noir ou tout est blanc. Je n’ai pas de juste milieu.

© Laura Marie Cieplik

Tu es très emphatique !

Autant je peux être trash avec les gens qui le méritent, autant quand tu vois l’injustice de la vie, perso, ça me défonce. Quand je viens à Paris, j’arrive à gare du Nord. C’est tellement dur. Des fois, je vais au distributeur et je prends genre quarante coupures de cinq euros. Puis je vais en offrir à chacun des SDF que je croise, et surtout je leur parle. Moi, quand j’étais à la rue, j’aurais tellement aimé que quelqu’un me parle. Des fois, un "bonjour", ça change leur journée. Ce n’est pas qu’une question de thune.

Comment le clip de "Dilemme" a vu le jour ?

C’était le rush, on a tout fait en une semaine. Je n’y crois toujours pas, j’ai l’impression que c’est une blague. J’ai eu de la chance de rencontrer Wendy Morgan. C’est une incroyable réalisatrice. Elle a su capter mon univers et mon "Dilemme". Chaque personne était sur un continent différent, mais c’est cool de travailler avec des gens à l’international. Ça donne une autre vision, moins caricaturale.

Donner une dimension internationale à ton projet, c’est un de tes objectifs ?

De ouf. Là où en France je passe sur aucune radio, je passe sur dix radios nationales en Italie par exemple. Ils m’envoient de la force toute la journée, et je dois utiliser Google Translate pour leur répondre. Ils kiffent de ouf. Au Canada aussi, en Suisse et en Turquie. Je ne sais pas trop pourquoi. Je me suis jamais dit que je devrais compter uniquement sur la francophonie. Si moi, congolaise-rwandaise-angolaise, je peux écouter des artistes des quatre coins du monde, les gens peuvent aussi le faire.

C’est là où, même si c’est très polluant, les Spotify et compagnie, ça a changé le game de la musique. Et ça permet d’emmagasiner cent fois plus de connaissances qu’il y a cinquante ans, où tu devais avoir les CD et les vinyles. Mais avant, tu ponçais un album là où aujourd’hui tu n’es pas obligé de le finir.

Tu apparaissais dans le fameux clip "Bruxelles vie" de Damso. Comment t’es-tu retrouvée dedans ?

Il m’a demandé. À la base, il m’avait demandé de faire un featuring avec lui quand il n’était pas connue du tout, alors que je le connaissais ni d’Adam ni d’Ève. Il y a cinq ans, quelques mois avant Batterie faible, on a fait deux, trois morceaux ensemble qui ne sont jamais sortis. Thank God ! Je trouve que je chante super mal dedans. Lui, trop gentil : "Mais non je t’assure que c’est bien !"

De toute façon, je veux déjà exister en tant que femme seule, puis faire des featurings avec mes copains. Si ce n’est pas aussi légendaire que Busta Rhymes et Mariah Carey, ça sert à rien. J’aime bien quand, artistiquement, il se passe vraiment un truc.

Avec qui travailles-tu ?

El Guincho [Pablo Díaz-Reixa Díaz, ndlr], notamment, qui a produit tout le dernier album de Rosalía. Je l’ai contacté après avoir vu le teaser de "Malamente". Du flamenco, du hip-hop, de la trap, du classique dans le même morceau. Comme je ne veux pas être meilleure, mais différente, j’ai su que c’était lui que je voulais pour créer un nouveau son. Il est extraordinaire. C’est chaud parce qu’on l’a engagé, puis deux mois plus tard il a gagné deux Grammy Awards. Je travaille aussi avec Ponko, qui a produit Hamza, et Mems4real [David Mems, ndlr], qui sont les autres producteurs sur l’album. Je les aime.

Tu es signée sur quel label ?

Columbia Records.

Comment abordes-tu la scène ?

J’y jouerai tout mon album je pense. J’aborde ça comme le summum de "niquage de game", c’est là que tu prouves vraiment si t’en vaux la peine ou pas. Tu te confrontes à la vérité du public. Quand je vois Aya Nakamura, qui est la seule femme noire à avoir du succès, arriver sur scène, je suis trop fière d’elle. Être artiste noir, encore plus quand tu es une femme, c’est déjà du militantisme en soi.

Selon toi, quels seraient tes axes de progression ?

La perce. Tout droit, il faut percer. Après ça, si je peux faire de l’humanitaire, ce serait top. Damso vient de lancer sa fondation, je suis tellement fière de lui. C’est un objectif, amener la musique à un autre level.

Si tu devais convaincre les gens d’écouter ta musique, tu leur dirais quoi ?

"Just press play."

Tes futurs projets ?

Mon premier album, Gore, sortira en 2020. C’est la recherche absolue et peut-être absurde de la vérité. Ma vérité, c’est autobiographique. Mais entre-temps, je vais envoyer d’autres nouveaux morceaux.

Le mot de la fin ?

Aimez-moi, je vous aime.

© Laura Marie Cieplik

Lous and The Yakuza sera aux Transmusicales de Rennes en décembre prochain et à La Cigale de Paris le 23 mars 2020.

Par Guillaume Narduzzi, publié le 28/10/2019

Copié

Pour vous :