L’hommage poignant de Linkin Park à Chester Bennington

Dans un communiqué, le groupe californien fait part de son émotion.

dfnpjkcv0aawhy0

Le 21 juillet dernier, Linkin Park perdait Chester Bennington. À l’âge de 41 ans, le chanteur emblématique de la formation californienne s’est donné la mort, laissant des centaines de milliers de fans endeuillés.

Publicité

Ce lundi 24 juillet, le groupe a diffusé un communiqué où, s’adressant à Chester, les musiciens lui disent notamment : "Tu as touché tant de vies, peut-être même davantage que ce que tu ne l’imaginais."

"Cher Chester,

Nos cœurs sont brisés. L’onde de choc du chagrin et du déni remue encore notre famille alors que nous commençons à peine à prendre conscience ce qu’il s’est passé. Tu as touché tant de vies, peut-être même davantage que ce que tu ne l’imaginais.

Ces derniers jours, en public comme en privé, nous avons vu fleurir les signes d’amour et de soutien venus du monde entier. Kalinda et la famille y sont sensibles et veulent que le monde sache que tu étais un mari, un fils et un frère hors pair. La famille ne sera plus jamais au complet sans toi. Lorsque l’on parlait avec toi des années à venir, ton enthousiasme était contagieux.

Ton absence laisse un néant qui ne pourra jamais être comblé. Une voix pleine d’entrain, drôle, ambitieuse, créative, bonne et généreuse manque dans la pièce. Nous essayons de nous rappeler que les démons qui t’ont enlevé à nous faisaient partie de toi.

Après tout, c’était ta manière d’évoquer ces démons par ton chant qui t’a valu l’amour de tout le monde. Tu les dévoilais courageusement, ce qui nous permettait de nous souder et de nous apprendre à être plus humain. Tu avais un cœur immense, et tu t’es efforcé de toujours l’avoir sur la main.

Notre envie de créer et de jouer de la musique est infinie. Nous n’avons encore aucune idée de ce à quoi ressemblera l’avenir mais nous savons tous que tu as rendu nos vies plus belles. Merci de ce cadeau. On t’aime et tu nous manques. Jusqu’à ce que nous nous revoyons,

LP"

Par Louis Lepron, publié le 24/07/2017

Pour vous :