AccueilMusique

L'extrême droite obtient l'annulation du concert de Black M à Verdun

Publié le

par Théo Chapuis

Black M dans le cadre des commémorations du centenaire de Verdun ? Alors que l'initiative a beaucoup fait jaser, l'extrême droite a mené la grogne et obtenu l'annulation du concert.

Black M, un chanteur inapproprié pour chanter aux commémorations de Verdun ?

Black M pour chanter à la cérémonie de commémoration de Verdun ? C'est non. Après avoir annoncé que le chanteur serait de la partie pour la célébration du centenaire de la célèbre bataille de la Première guerre mondiale dimanche 29 mai, la mairie socialiste a finalement renoncé. "Nous assistons à un déferlement de haine et de racisme. Nous sommes alertés par les services de l’État de risques forts de troubles à l’ordre public", lit-on dans un communiqué de la mairie publié vendredi 13 mai.

"Je pense que la polémique va retomber mais je ne peux pas prendre le risque", confie Samuel Hazard, maire de la commune de la Meuse, à l'Est républicain. Il dit craindre "des groupuscules" qui "menacent de troubler l'ordre public".

Depuis l'annonce de la venue du membre de Sexion d'Assaut, la mairie dit son standard saturé d'appels "insultants" et l'édile explique avoir été "menacé physiquement". Initiatives isolées ? Pas vraiment puisque Samuel Hazard estime "qu'une polémique d’ampleur sans précédent a été orchestrée" contre ce concert qui, s'il devait se dérouler à l'occasion de la commémoration, n'aurait de toute façon pas fait partie de la cérémonie officielle.

Quoi qu'il arrive, la mairie a vite été lâchée par plusieurs partenaires, comme La Mission du Centenaire, chargée par le gouvernement d'organiser les commémorations, qui a annoncé le 12 mai qu'elle ne paierait pas les 67 000 euros qu'elle devait fournir, sur un budget total de 150 000.

Quand il s'agit de savoir, au fond, qui a décidé de faire venir cet artiste, chaque partie se renvoie la balle : d'après Samuel Hazard, Black M "a été proposé par l’État". Ce n'est pas ce qu'a affirmé le secrétaire d'État aux Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, mercredi : "Ce n'est ni l'État, ni le gouvernement, ni le président de la République qui ont choisi tel ou tel chanteur." Ambiance.

Par ailleurs, toujours d'après le maire, Black M était un choix par défaut : "Plusieurs noms avaient été évoqués : Cali, Zaz et Bernard Lavilliers. Certains ne pouvaient être là."

Les "pédés" et les "kouffars"

Mais que reproche-t-on, au fond, à Black M ? Deux choses, principalement. L'une fait partie de ces fardeaux qu'il traînera semble-t-il toute sa carrière : les paroles homophobes du titre de son groupe Sexion d'Assaut "On t'a humilié", sorti sur la mixtape La Terre du Milieu, en 2005 : "Je crois qu'il est grand temps que les pédés périssent. Coupe-leur le pénis, laisse-les morts, retrouvés sur le périphérique." En 2010, la formation persiste et signe dans une interview où elle se déclare "cent pour cent homophobe".

Autre expression malheureuse, cette fois-ci sur le terrain religieux : le mot "kouffar", qu'on peut traduire par "mécréant", qu'on entend dans le hit "Désolé""Je me sens coupable quand je vois ce que vous a fait ce pays de kouffars."

L'extrême droite se mobilise

L'extrême droite s'est vite montré l'opposant le plus organisé à cette initiative cuturelle. Marion Maréchal-Le Pen, Stéphane Ravier, Robert Ménard, Florian Philippot ont exprimé tout le mal qu'ils pensent de cette initiative dans la presse et sur Twitter, sous l'occurrence #Verdun2016.

Le relai s'est aussi orchestré du côté du Collectif culture libertés et création (Clic), think tank attaché aux questions culturelles du Front national. Estimant que Black M "humilie" le centenaire, il appelle ce concert "mémoricide" à être remplacé par un chant militaire. À droite, Nadine Morano (LR) a estimé qu'"on  méprise notre histoire, nos racines chrétiennes, nos commémorations".

La presse conservatrice n'a pas non plus retenu ses coups. Le magazine Causeur juge que "le rappeur incarne l'ère du vide, de la haine et de l'argent-roi". Pour Le Figaro, "C'est le principe même de l'amusement, du divertissement musical pour célébrer Verdun qui est blessant".

Il y a jusqu'au petit-fils d'un poilu pour entrer dans l'arène : jeudi, il a déposé plainte pour demander à la justice de stopper le concert. D'après Culturebox, selon son avocat, Me Antoine Beauquier, qui a saisi le tribunal administratif de Paris, la présence du rappeur "dont la seule ambition est de 's'amuser' à Verdun, et dont on peut légitimement craindre qu'il use de termes outrageants pour la mémoire des soldats de Verdun, serait particulièrement inopportune, sinon attentatoire à l'ordre public".

"C'est de la scène"

Qu'en pense Black M ? Difficile à dire puisqu'il ne s'est pas encore exprimé sur la question, ni dans la presse ni sur son compte Twitter, se contentant de retweeter des messages de soutien. Interviewé par l'Est républicain, le 9 mai, au sujet de ses motivations, le chanteur semble peu touché par l'aspect mémoriel de la cérémonie et répond : "C’est de la scène, et c’est quelque chose que j’aime énormément alors je réponds présent. Tout simplement."

Ce qui est sûr, c'est qu'il y aura des déçus : "les jeunes", chez qui "la déception va être grande" d'après le maire de Verdun, Samuel Hazard.

À voir aussi sur konbini :