©Netflix

featuredImage

Les personnes intelligentes apprécieraient davantage la musique instrumentale

D'après une étude, les individus intelligents seraient plus réceptifs à la musique instrumentale que la moyenne.

Si on sait désormais que les poissons ne supportent pas l'EDM, on apprend aujourd'hui que les personnes intelligentes sont davantage sensibles à la musique instrumentale. C'est du moins la conclusion d'une étude parue sur Evolutionary Behavioral Sciences, réalisée par Elena Racevska, doctorante de l'Oxford Brookes University.

"Je me suis intéressée à ce sujet en travaillant sur un autre projet, à propos de la relation entre les traits de personnalité et les préférences musicales. À l'époque, j'étudiais la psychologie de l'évolution et je m'intéressais à l'hypothèse Savanna-IQ de Satoshi Kanazawa", explique-t-elle à ce sujet. Une théorie selon laquelle l'intelligence est un moyen de traiter des informations inconnues pour le cerveau. Ce qui signifie tout simplement que les individus intelligents ont une préférence pour les stimuli nouveaux dans leur cerveau, contrairement aux individus moins intelligents.

L'étude, qui portait sur 467 lycéens croates, a révélé que les scores les plus élevés au test d'intelligence étaient ceux d'individus ayant une préférence pour la musique instrumentale – et en particulier pour la musique électronique, le jazz ou la musique classique. "Les individus avec des scores élevés au test d'intelligence préfèrent principalement les musiques instrumentales", avance Elena Racevska.

En parallèle, les scientifiques ont également observé que les sujets de l'étude qui ont affirmé écouter la musique "de manière cognitive" avaient ainsi tendance à préférer la musique instrumentale. Mais comme la majorité des recherches scientifiques, l’étude présente certaines limites dans son processus. "L'intelligence n'est qu'un des concepts liés aux préférences musicales. Il en existe plein d'autres, comme les traits de personnalité, le sexe, l'âge, le niveau d'éducation et le revenu familial", développe Elena Racevska à ce propos.

Par Guillaume Narduzzi, publié le 22/05/2019

Copié