AccueilMusique

Le légendaire photographe du hip-hop Ricky Powell est mort

Publié le

par Aurélien Chapuis

Avec ses photos, Ricky Powell a couvert les débuts du hip-hop à New York, notamment Run DMC, LL Cool J et les Beastie Boys.

Ricky Powell, photographe célèbre pour ses portraits et ses scènes urbaines, est décédé à 59 ans. Il était surtout connu pour son travail avec les Beastie Boys qu’il a accompagnés tout au long de sa carrière.

À la fin des années 1980 et au début des années 1990, Ricky Powell était une personnalité incontournable de la scène bouillonnante de Manhattan, entre art contemporain, punk hardcore, skate et hip-hop. Ainsi, le photographe a documenté l’émergence de stars du rap, faisant les premières photos de presse d’Eric B & Rakim, LL Cool J, Public Enemy ou Run DMC. Mais c’est surtout avec les Beastie Boys qu’il va faire le plus long chemin.

Ricky a aussi tiré le portrait de nombreuses légendes du New York downtown de l’époque comme Keith Haring, Madonna, Andy Warhol, Sofia Coppola, Jean-Michel Basquiat ou Laurence Fishburne, des oiseaux nocturnes croisés dans les clubs ou les galeries d’art, le milieu effervescent de Manhattan où toutes les trajectoires se croisaient.

Ricky Powell est né à Brooklyn puis a vécu pas mal de temps dans l’Upper West Side avant de s’installer définitivement dans le Greenwich Village, le centre névralgique de la culture new-yorkaise. Après ses études, il se lance dans la photographie un peu par hasard. En effet, il tombe sur un appareil photo laissé par son ex dans son appartement et décide de l’utiliser pour lui montrer ce qu’elle allait manquer. Il commence alors à prendre quelques clichés dans les endroits qu’il fréquente à Manhattan, les vernissages et les concerts. De fil en aiguille, il lâche son boulot de vendeur de glaces en 1986 pour partir avec les Beastie Boys sur la fameuse tournée "Raising Hell" de Run DMC. Plus rien ne sera jamais pareil.

Ses photos les plus iconiques sont tirées de son travail avec les Beastie Boys. Ricky a su faire ressortir avec exactitude l’énergie débordante et la folie absurde du groupe à cette époque. Il deviendra d’ailleurs plus ou moins membre à part entière des Beastie Boys, apparaissant régulièrement dans leurs clips ou sur scène avec eux. Ainsi on le voit dans le légendaire clip de "(You Gotta) Fight For Your Right (To Party)" en nerd qui lit un magazine de sciences avant que MCA n’y mette le feu. Ricky aura même droit à une dédicace dans le plus grand album des Beastie : Paul’s Boutique. Dans le morceau "Car Thief", cette rime deviendra légendaire : "Homeboy, throw in the towel/Your girl got dicked by Ricky Powell."

New-yorkais pur jus, Ricky Powell aura même son émission à la télévision locale. Nommé Rappin' With the Rickster, le show voit passer tous ses potes du rap comme Run DMC ou les Beastie, mais aussi Sonic Youth ou Larry Fishburne, ainsi que de nombreux personnages originaux, typiques du centre de Manhattan. Ricky Powell est toujours resté connecté à sa ville et son quartier, offrant par son travail une vraie mémoire de cette hyperactive scène new-yorkaise.

On peut retrouver son travail dans plusieurs livres rétrospectifs comme Oh Snap!: The Rap Photography of Ricky Powell en 1998 et Public Access: Ricky Powell Photographs 1985-2005 publié en 2005. Sorti en mai 2020, un documentaire passionnant retrace son parcours et sa vie, Ricky Powell: The Individualist. Certains de ses clichés sont à vendre dans sa boutique en ligne.

Il est important de se plonger dans son travail hors norme pour ressentir l’effervescence de la scène hip-hop et artistique à New York à l’époque où art contemporain, pop, rap et punk se mélangent allègrement. Certains clichés resteront gravés dans nos mémoires pour ce qu’ils représentent, des vraies tranches de vie et des visages illuminés. Merci Ricky.

À voir aussi sur konbini :