Gros son, gros clip : Laylow a attendu la fin de l'année pour frapper très très fort

Réalisant une des plus belles sorties de l'année, Laylow s'est trouvé et réalise un retour remarquable avec "Megatron".

L’auteur de Digitalova et de .RAW (et .RAW-Z) signe son retour ce mercredi 11 décembre. Et pour l’occasion, il a décidé de mettre le paquet. Le clip qui accompagne le percutant "Megatron" est le plus imposant (en termes de logistique et de budget) de tous les clips que le "prince de sang-mêlé" ait diffusés. Et une nouvelle fois, Laylow a fait appel à ses associés de TBMA dont fait partie Osman Mercy, le réalisateur, qui est aussi son directeur artistique. Image, son… le résultat est somptueux.

Publicité

Décryptage avec Laylow et Osman 

On a voulu en savoir plus sur cette réalisation, tant on a été percutés par sa puissance. Osman nous déclare ceci : 

"Le déclic, ça a été lorsque Laylow a ajouté la partie chuchotée. Tout de suite ça m’a fait penser à un personnage déséquilibré et on a tiré ce fil pour imaginer plein de références qu’on allait placer dans le clip. Par ailleurs, comme souvent j’ai pensé à une image qui allait être le point de départ de notre travail : la scène de tribunal dans le film Aviator de Scorsese avec DiCaprio."

Tout part de là. Les deux amis commencent alors l’écriture et le séquençage du projet. Une chose est certaine, ils ont une ambition énorme, comme nous le raconte Laylow :

Publicité

"Megatron sera l’intro de l’album. C’est un peu un morceau témoin dont le rôle est de nous montrer à la fois l’importance des rythmes mais surtout ma manière (nouvelle) de prendre les sons.

C’est parti d’une boucle de kicks que j’ai faits sur laquelle j’ai trouvé le "Au-gmente-la-pre-ssion" et puis les couplets sont venus. D’ailleurs pour une fois j’ai enlevé l’autotune pour changer un petit peu, pour revenir à du basique, enfin plus pour mélanger un peu les formes." 

De nombreuses références pop culture

Essayons d’opérer chronologiquement. D’abord la scène d’introduction où l’on découvre Laylow dans une sorte de box est directement inspirée de la première scène du film RocknRolla de Guy Ritchie.

"On a voulu figurer un lieu de perdition. Ce lieu symbolise l’endroit où Laylow crée sa musique." Osman.

Publicité

Ensuite, il y a cette scène de tribunal qui serait l’image matricielle du clip. Elle fait donc référence au film Aviator de Scorsese où l’on découvre Leonardo DiCaprio dans un tribunal dans lequel il est sur le point de se faire juger. 

Publicité

Ensuite il y a la scène d’introduction de Matrix où l’on découvre le personnage de Trinity, braquée par de très nombreux flashs de lampes de poche.

Enfin, cette séquence de Snatch où Brad Pitt contemple la caravane de sa mère brûler. 

Voilà pour les références. 

Tournage en Côte d'Ivoire et en Ukraine

 Le clip nous fait aussi voyager. Le tournage s’est déroulé en Ukraine et en Côte d'Ivoire. Nous sommes d’abord emmenés dans une soirée à Abidjan où Laylow semble s’énerver fortement puisqu’il bourrine la caméra à coups de marteau. 

Plus tard, on retrouve notre protagoniste qui s’est évadé. Il est alors dans un paysage froid où seuls des bâtiments gris peuplent un espace sans vie que l’artiste traverse facilement sur sa moto.

Et lorsqu’on demande au réalisateur s’il a douté à un moment face à l’ampleur des ambitions, il nous répond tranquillement qu’à part le poids de la logistique due aux deux lieux de tournage, il n’a jamais vraiment douté quant à la bonne finalité du projet. Il est d’ailleurs ravi : "C’est un des clips dont je suis le plus fier", nous confie-t-il enfin.

Laylow présent à toutes les étapes 

Et si le visuel est aussi impressionnant, c’est aussi grâce au dynamisme musical incroyable que dégage le morceau, à coups de kicks qui sonnent comme une charge d’éléphants. On est pris de force dans cette marche imperturbable. D’ailleurs, c’est Laylow lui-même qui l’a produit. Il nous explique :

"Je fais très peu de prod d’habitudes mais lorsque j’en fais, j’essaie de les faire de manière différente (de ce qui existe en général). À partir du moment où je l’ai faite, je ne voudrais pas qu’elle ressemble à celle d’un autre."

En tout cas le résultat est fascinant et on attend avec impatience la suite. Bravo à vous deux messieurs. 

Par raphaelmuckensturm, publié le 11/12/2019