AccueilMusique

Lala &ce et Low Jack réinventent la comédie musicale avec l’impressionnant Baiser mortel

Publié le

par Samuel Delwasse

La rappeuse et le compositeur mènent ce spectacle fantastique de la Pinault Collection, avant un futur album courant 2022.

Cette semaine, à la Bourse de commerce de Paris, se sont déroulées les représentations de Baiser mortel, une comédie musicale à l’initiative de Lala &ce et Low Jack. Folle histoire d’amour, ode à la mort, morceaux sensationnels, chorégraphies et costumes magnifiques : cette production inédite de la Pinault Collection met en avant un projet ambitieux, parfaitement mené par une équipe de rappeuses et rappeurs bourrés de talent et d’inspiration.

Baiser mortel, après Death Takes a Holiday

Cette comédie musicale s’inspire de Death Takes a Holiday, un film de 1934 réalisé par Mitchell Leisen dans lequel la mort quitte le ciel et descend sur la Terre durant trois jours. Trois jours durant lesquels la mort côtoie les vivants, tombe amoureuse et se retire dans des adieux déchirants. Une fabuleuse histoire d’amour et un projet que Low Jack, compositeur, et Lala &ce, rappeuse, nourrissent depuis près de deux ans.

Low Jack revient sur la naissance du projet :

"La genèse, c’est quand on s’est rencontrés il y a deux ans, ça avait bien matché direct. J’avais découvert 'Le Son d’après' et je trouvais ça incroyable. Un mois après, Cyrus Goberville, qui s’occupe de la programmation culturelle à la Bourse de commerce, m’a approché pour faire un projet en me donnant carte blanche pour se démarquer des formats traditionnels. L’idée est vraiment venue quand on a pensé à faire un remake de ce film, où la mort descend sur Terre."

Une comédie musicale pas vraiment conventionnelle : il s’agit plutôt d’un album concept et d’un storytelling interprété sur scène avec des danseurs, des costumes et une atmosphère qui nous plonge dans un univers musical bien particulier. Lala &ce a su bien s’entourer pour réaliser l’album, entièrement produit par Low Jack. On retrouve sur scène à ses côtés Jäde, Rad Cartier, BabySolo33 et Le Diouck. Un casting choisi par Lala &ce, pour garder une cohérence dans l’ambiance recherchée :

"On avait déjà commencé à faire des sons, qu’on a rattachés à l’histoire. Et j’ai ramené mon entourage musical. C’était important de trouver des gens qui allaient s’intégrer à l’histoire, et chacun apporter leur touche. Jäde, par exemple, arrive, dans l’écriture, à aborder des angles particuliers, quand moi je reste plus abstraite sur les thèmes."

Rad Cartier, BabySolo33, Jäde, Le Diouck. (© Low Jack)

Une pièce imprégnée de l’identité, l’énergie et l’interprétation de chaque intervenant. "Il n’y a pas de script, c’est les artistes qui ont écrit leurs chansons. Ils ont eux-mêmes bossé sur l’interprétation et sur la manière de prendre part à l’histoire. Tout le monde était scénariste. Chacun s’approprie les personnages et on a réécrit en fonction de l’évolution de l’histoire, donc c’était très libre à ce niveau-là", poursuit Low Jack.

Les artistes sont accompagnés d’une équipe de danseurs emmenée par Cecilia Bengolea, chorégraphe argentine qui a apporté une touche dancehall via les danseurs qu’elle a choisis. Marine Serre, styliste, revient sur l’échange entre tous les artistes intégrés au projet : "C’était un brainstorming collaboratif, au cours duquel j’ai essayé de faire correspondre autant que possible les vêtements aux personnages de l’histoire et aux artistes eux-mêmes." Une belle alchimie à tous les niveaux, qui prend forme dans l’homogénéité de la représentation.

© Low Jack

Célébrer la mort, une ambition assumée

"Quand la mort descend sur Terre, que reste-t-il à craindre dans le ciel ?"

L’actrice centrale, incarnée par Lala &ce, c’est bien la mort. Une personnalisation qui souhaite casser les tabous sur un sujet parfois délicat mais qu’il faut banaliser pour percevoir le vivant sous toutes ses formes. "Quand la mort descend sur Terre, c’est la perdition, c’est la débauche. C’est aussi l’idée de dire qu’il faut qu’on ait quelque chose à craindre dans le ciel, sinon, on fait n’importe quoi sur Terre", explique Lala &ce.

Un rôle inédit pour Lala &ce, mais qui, selon Low Jack, fait totalement sens par rapport à ce qu’elle incarne et ce qu’elle dégage :

"Cette histoire d’amour est incroyable. Elle est tellement particulière que j’ai pensé à Lala dans la manière dont elle parle d’amour, avec ses mots, sa sensualité. Elle lui correspond grave car déjà sur le côté ego trip, Lala qui incarne la mort, ça s’emboîte parfaitement. C’est l’outsider ultime, qui est craint, incompris, mis à part, ce qui lui correspond aussi je trouve."

Lala &ce. (© Low Jack)

Une nouvelle manière pour Lala &ce d’aborder sa musique. Car si l’amour a toujours été ancré dans ses morceaux, se mettre dans la peau d’un tel personnage avec une ligne directrice assez précise nécessite forcément des ajustements, notamment dans l’écriture et dans la recherche de cohérence sur tout un album. De quoi, selon elle, éclaircir certains pans flous de sa musique :

"On retrouve le côté Lala dans l’histoire d’amour. Mais, dans l’écriture, j’ai dû me mettre plus dans le personnage avec les interludes par exemple, pour être plus explicite que dans mes sons. Ça reste abstrait, mais il y a un storytelling et des échanges dans les morceaux."

Une expérience musicale, lyrique et scénique qui gravite autour de ce rôle, et qui débloquera certainement de nouvelles cases pour agrandir la palette musicale de l’artiste déjà débordante d’inspiration qu’est Lala &e. "Mon rapport à la mort est particulier car j’ai perdu mon père et un de mes frères quand j’étais jeune. C’était important pour moi de faire ce rôle. Je l’avais parfois évoqué en musique, mais sans jamais me focaliser dessus. Je pense que ça facilitera à me libérer sur le sujet dans ma musique à l’avenir", continue-t-elle.

Lala &ce. (© Low Jack)

Alors que les représentations se sont achevées cette semaine, l’album est prévu pour 2022, sans pour l’instant que les artistes aient donné plus de précisions sur la sortie. "On va prendre le temps de tout réenregistrer, retravailler le mix car il ne faut pas que ça sonne pareil sur scène et en studio", confirme Lala &ce. On a hâte d’entendre ça.

À voir aussi sur konbini :