AccueilMusique

La rumba congolaise en lice pour intégrer le Patrimoine de l’humanité

Publié le

par Samuel Delwasse

@UEenRDC / Twitter

Cinq ans après l’admission de la rumba cubaine à l’Unesco, les Congolais mettent corps et âme dans leur campagne.

Ce mardi à Kinshasa, la campagne d’intégration de la rumba congolaise au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité a été lancée. Déposé l’année dernière à la commission de l’Unesco, ce dossier est aussi bien soutenu par la République démocratique du Congo (RDC) que par la République du Congo.

Considérée comme un style majeur de certains pays de culture africaine, la rumba a depuis les années 1960 connu un âge d’or qui l’a définitivement ancrée dans les coutumes et traditions locales. Au moment de l’indépendance du Congo belge, qui a donné naissance à la République démocratique du Congo, c’est le célèbre musicien Grand Kallé qui a composé l’hymne de cette nouvelle nation, avec le morceau "Indépendance Cha Cha", qui célèbre la liberté. L’importance de la rumba pour cette nation prend donc toute sa signification.

"Il reste la phase de lobbying"

"Il nous reste la phase de promotion et de lobbying […] afin d’appuyer activement cette candidature d’ici la fin de l’année 2021", a déclaré André Yoka Lye Mudaba, directeur général de l’Institut national des arts et président du comité mixte pour la promotion de la rumba congolaise, cité par le quotidien Le Potentiel.

La ministre de la Culture de la RDC, Catherine Kathungu Furaha, a appelé à une mobilisation massive, aussi bien dans les médias, les universités que sur les réseaux sociaux, pour promouvoir "l’histoire glorieuse de la rumba, partie d’un rite de la danse du nombril pour devenir une identité emmenée par des Afro-descendants et nous tous, chacun à son époque".

Après l’admission en 2016 de la rumba cubaine au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité, les Congolais semblent bien déterminés à mettre en avant leurs racines. Leur candidature est d’ailleurs soutenue par l’Union européenne, qui affirme vouloir "stimuler le potentiel du secteur culturel et créatif et sa contribution au développement socio-économique de la RDC".

Les résultats à la suite de cette candidature seront connus à la fin de l’année 2021.

À voir aussi sur konbini :