Instagram : Tekashi 6ix9ine

La descente aux enfers de 6ix9ine

Tekashi 6ix9ine n’a que 22 ans mais a déjà un lourd passé judiciaire. Faisons le point sur toutes ses casseroles.

(© Instagram/Tekashi 6ix9ine)

Vous avez forcément déjà entendu parler de Tekashi 6ix9ine. Ce rappeur de 22 ans, originaire de Brooklyn, est reconnaissable entre mille avec sa crinière multicolore, ses protège-dents et ses tatouages. L’artiste fait partie de cette génération décomplexée flirtant avec une extravagance arrogante, voire outrageuse.

Publicité

Musicalement, Daniel Hernandez, de son vrai nom, dégage une énergie étonnante et se démarque de ses homologues. Grâce à une interprétation criarde et un côté sans filtre et brutal, Tekashi est plus proche d’un artiste venu du punk métal hardcore que d’un rappeur au sens propre du terme.

Une carrière prometteuse se dressait devant lui à ses débuts, mais c’était sans compter ses "activités" extra-musicales, qui l’ont progressivement conduit à sa propre chute. En effet, se fier au minois typé "chibi" qu’il affiche sur ses pochettes d’album serait une erreur, car 6ix9ine n’a rien d’un enfant de chœur.

Publicité

6ix9ine, délinquant sexuel

À peine commence-t-il à jouir du succès de ses premiers titres que l’artiste se retrouve au cœur d’une affaire de délinquance sexuelle. Les faits remontent à février 2015, il n’a alors que 18 ans et est donc mineur. Lors d’une soirée à Harlem, des vidéos balancées sur les réseaux sociaux montrent le rappeur en train de toucher les seins d’une jeune fille.

Si la vidéo montre la victime entièrement nue sur les genoux du rappeur, il affirme n’avoir jamais eu de relation sexuelle avec elle. Grâce à différentes vidéos, la justice atteste que la mineure pratiquait une fellation à un autre homme. 6ix9ine, quant à lui, se tenait derrière elle en mimant des mouvements de bassin et en lui frappant les fesses.

Le rappeur s’est défendu de ces accusations au micro de DJ Akademiks, avançant à l'époque qu'il ne savait pas que la jeune fille était âgée de seulement 13 ans. Mais face à ces preuves accablantes, il a finalement plaidé coupable pour détournement de mineur et risque alors trois ans de prison.

Publicité

La juge en charge de son cas lui assure qu’il peut éviter la sentence s’il remplit certaines conditions, dont celle de réussir à obtenir son bac – le rappeur vient tout juste de le rater une première fois avant son audience pour cette affaire. Il aurait pu s’arrêter là et prendre le chemin de la rédemption, et pourtant…

Trafic de drogues, vol à main armée…

Cette affaire n’est pas la seule à compter au tableau déjà bien noir du sulfureux rappeur. Sa carrière naissante est assombrie par d’autres nombreux faits de provocation et de violence, notamment des émeutes, fusillades ou autres échauffourées pendant et en dehors de ses concerts. Sans compter ses nombreux différends avec d’autres artistes.

Publicité

Un gars comme 6ix9ine a forcément beaucoup d’ennemis. Le 22 juillet 2018, il se fait carrément kidnapper et passer à tabac au retour d’un tournage de clip. On lui dérobe 800 000 dollars de liquide et de bijoux. Peu après, son agresseur est arrêté : il s’agit d’un ancien membre du gang Nine Trey Gangsters, dont 6ix9ine ferait partie.

Ce sont ses activités dans ce gang qui le confondent. Après cinq ans d’enquête, la justice lui trouve pas moins de 17 chefs d’accusation, dont "rackets en bande organisée", "possession d’arme à feu", "vol à main armée"," préméditation de meurtre" et "trafic de drogue". Selon Rolling Stone, il serait au cœur d’un trafic d’héroïne, de fentanyl, de MDMA et de marijuana.

Il comparaît le 19 novembre 2018 au tribunal Thurgood Marshall de Manhattan avec cinq autres membres du gang pour une audience préliminaire. Bien qu’il encoure une peine allant de 32 ans à la perpétuité, 6ix9ine plaide non-coupable pour tout ce qui lui est reproché.

Son avocat demande que son client soit relâché en échange d’une caution à 1,7 million de dollars, une assignation à résidence et la restitution de son passeport. Une demande que la juge rejette purement et simplement, affirmant que le rappeur constitue toujours "un danger pour la communauté".

Décrit comme quelqu’un de "brutal" et dans l’attente de l’approfondissement de l’enquête, l’accusé est placé en détention provisoire au Metropolitan Detention Center de Brooklyn. Mais comme il reçoit des menaces de la part de différents gangs, il est transféré "pour sa sécurité" dans un "établissement fédéral utilisé régulièrement pour accueillir des témoins qui coopèrent avec la police".

"Je plaide coupable"

Sachant ce qu’il risque et voyant que le FBI met tout en œuvre pour l’avoir à l’usure (en gelant ses comptes par exemple), 6ix9ine change finalement de stratégie le 23 janvier 2019, jour de son passage devant le tribu­nal fédé­ral de Manhat­tan. D’après TMZ, il passe un accord avec les fédéraux et plaide coupable pour neuf de ses chefs d’accusation.

Il confirme notamment être à l’origine de la tentative de meurtre du cousin de son ennemi Chief Keef : "J’ai payé une personne pour tirer sur un membre rival de Nine Trey afin de l’effrayer. La fusillade a eu lieu à Manhattan. Je l’ai fait pour maintenir et améliorer mon statut au sein du gang. […] Ce n’est pas moi qui ai tiré."

Le rappeur profite de sa plaidoirie pour s’excuser auprès de ses proches : "Je présente mes excuses à la Cour, à toute personne blessée dans ces affaires, à ma famille, à mes amis et à mes fans, pour ce que j’ai fait et ceux que j’ai laissés tomber." Si les excuses ne changent rien, cet accord avec les autorités lui évite de finir ses jours derrière les barreaux.

Néanmoins, pour être fixé sur son sort, il devra attendre le 24 janvier 2020, date de son procès. Bien entendu, il restera en prison jusqu’à ce que le verdict soit prononcé. Selon le New York Times, Teka­shi 6ix9ine pourrait écoper au minimum de 47 ans de prison, ce qui signifie qu’il sortirait à l’âge de 69 ans. Un comble quand on s’appelle 6ix9ine.

Et la musique dans tout ça ?

Forcément, la question se pose. Comment ces démêlées avec la justice ne pourraient-elles pas être un frein à la carrière musicale du rappeur ? Contre toute attente, il semble qu’il arrive à passer outre, même si ça semblait mal parti. Après avoir limogé son équipe pour des différends financiers, il reporte la sortie de son album à cause de son passage devant le juge.

L’opus sort finalement une semaine après la sortie initialement prévue, le 27 novembre, alors que l’intéressé se trouve derrière les barreaux. En dépit de tout ce qui pèse alors sur 6ix9ine, son album se hisse au sommet du Billboard Hot 200 une semaine après sa sortie. Une performance à mettre au profit de la médiatisation de son cas houleux ?

Autre preuve que la prison ne semble pas être un frein pour le rappeur : TMZ a fait savoir qu’il travaillait sur un nouvel opus. Ses longues heures d’incarcération semblent l'inspirer, mais pas sûr qu’il dispose d’un studio d’enregistrement en prison. Nous ne sommes donc pas près d’entendre celui qui disait être "le roi de New York et dans les trois meilleurs rappeurs au monde".

Si l’étau se referme chaque jour un peu plus sur lui, 6ix9ine peut, dans un ultime espoir, compter sur le soutien inconditionnel de ses fans pour le sortir de cet enfer. Une pétition circule actuellement sur le Net pour demander au juge la mise en place d’un bail conditionnel. Celle-ci cumule déjà plus de 75 000 signatures, et se résume ainsi :

"Cette pétition est faite en l’honneur de l’artiste de hip-hop international Daniel Hernandez, aussi appelé Tekashi 69. Sa famille, ses fans, ses amis et supporters espèrent que le juge pourra garantir à ce jeune homme un bail afin qu’il puisse retourner auprès de sa famille et continuer à produire sa musique pour ses fans, pendant qu’il lutte contre ses récentes accusations.

Montrons à tous que ce rappeur aux cheveux arc-en-ciel n’est une menace pour aucune communauté et est aimé pour tout ce qu’il a fait de positif à ceux qui l’entourent. Merci pour l’amour et le soutien."

Même à l’heure d’Internet, pas sûr qu’un soutien populaire, aussi important soit-il, puisse arranger le cas du rappeur. Que l'on aime ou non sa musique, une épée de Damoclès est suspendue au-dessus de sa tête, et il l'a bien cherché.

Par Jérémie Léger, publié le 15/02/2019