AccueilMusique

Ce supercut donne un aperçu de l'imagination bouillonnante de Kurt Cobain

Publié le

par Juliette Geenens

Un vidéaste et graphiste américain a mis en ligne une vidéo dans laquelle il a compilé tous les artworks de Kurt Cobain qui apparaissent dans le documentaire Montage of Heck. 

Aberdeen : A Montage of Kurt Cobain's Artwork & Journals from Tourist Pictures on Vimeo.

Avec son documentaire Montage of Heck sorti en 2015, Brett Morgan tentait de dresser un portrait franc de Kurt Cobain, leader de Nirvana, mais aussi artiste torturé, entouré de mystère. Le film est principalement basé sur des témoignages des proches du chanteur, qui s'est donné la mort le 5 avril 1994, dans sa maison de Seattle, mais aussi sur un grand nombre d'archives relatant certaines périodes de sa vie.

Le vidéaste américain de Tourist Pictures Stefan Nadelman s'est saisi de toutes les scènes de Montage Of Heck où l'on découvre les esquisses et les écrits de l'artiste, pour en faire un supercut, à l'image de l'esprit de Kurt Cobain : agité et troublant. Intitulé Aberdeen, en référence à la ville natale de l'artiste, la vidéo pourrait simplement être étrange, comme les artworks de la rock star. Mais Stefan Nadelman a ponctué ce supercut avec des photos de Kurt Cobain et de son groupe, pour en faire un hommage sobre. Il a également eu la bonne idée de ne pas utiliser une chanson de Nirvana en fond, mais une composition originale de Matt Sheehy, qui lui, reste inconnu au bataillon.

Le journal de Kurt Cobain, reflet d'un esprit torturé

Brett Morgan a opéré un long travail de recherches pour réaliser Montage of Heck. Vidéos, cassettes, démo, et évidemment les fameux carnets du musicien, de véritables mines d'or en matière de documentation. On y trouve des paroles de chansons, des dessins et croquis, des textes écrits à la première personne... Autant d'éléments qui permettent d'entrevoir l'état d'esprit de Kurt Cobain, de ses débuts dans Nirvana à son suicide. Un cerveau bouillonnant, complexe mais perturbé, qui restera encore longtemps incompris.

À voir aussi sur konbini :