AccueilMusique

Justin Timberlake s’excuse auprès de Britney Spears, presque 20 ans après

Publié le

par Arthur Cios

(Photo by Ron Galella, Ltd./Ron Galella Collection via Getty Images)

Une déclaration qui fait suite au documentaire Framing Britney Spears, diffusé le 5 février dernier aux États-Unis.

Le chanteur américain Justin Timberlake a présenté vendredi ses excuses à la chanteuse Britney Spears, presque 20 ans après leur rupture amoureuse, un documentaire l’ayant accusé d’avoir manipulé cet épisode pour s’attirer la sympathie du public.

Dans le documentaire Framing Britney Spears, produit par le New York Times et diffusé sur la chaîne câblée FX et la plateforme Hulu le 5 février dernier, plusieurs témoins affirment que Justin Timberlake s’est servi de sa rupture avec Britney Spears en 2002 pour lancer sa carrière solo.

Il a laissé plusieurs médias accuser Britney Spears de l’avoir trompé, puis d’avoir rompu brutalement avec lui sans faire de déclarations publiques sur le sujet. Les témoins rappellent qu’il a présenté le titre "Cry Me a River" comme directement inspiré de sa rupture, après quatre ans de relation amoureuse (1998-2002). Les paroles de la chanson évoquent un homme trompé par son ancienne compagne et, pour appuyer le propos, la vidéo met en scène une femme qui ressemble à Britney Spears et dont on ne voit pas bien le visage.

Dans un message posté vendredi sur Instagram, le tout récent quadragénaire présente ses excuses à Britney Spears, ainsi qu’à Janet Jackson.

Alors qu’il interprétait un duo avec la sœur de Michael Jackson à la mi-temps du Super Bowl le 1er février 2004, l’ancien du boys band NSYNC avait arraché, en direct, un bonnet de soutien-gorge de la chanteuse, révélant un sein et choquant tout un pays. La séquence avait déclenché un séisme et a durablement affecté la carrière de Janet Jackson, bien davantage que celle de Justin Timberlake.

"Je tiens à ces deux femmes, je les respecte, et je sais que je n’ai pas fait ce qu’il aurait fallu", a écrit le chanteur originaire de Memphis, avant de poursuivre :

"Je suis désolé pour ces moments de ma vie où mes actes ont contribué au problème, où j’ai monopolisé la parole, où je ne me suis pas exprimé au nom de ce qui était juste. […] Je sais que je n’ai pas été à la hauteur dans ces moments-là, comme dans beaucoup d’autres", a-t-il écrit, "et que j’ai bénéficié d’un système qui favorise la misogynie et le racisme."

Konbini avec AFP.

À voir aussi sur konbini :