AccueilMusique

T.I., Jeezy, Gucci Mane... qui a réellement inventé la trap music ?

Publié le

par Jérémie Léger

À l'occasion de la confrontation entre Gucci Mane et Jeezy, retour sur la genèse de ce mouvement musical des années 2000.

C’est l’événement qui va agiter le rap américain tout au long de la semaine : l’affrontement entre Gucci Mane et Jeezy. Quinze ans après un clash ultra-violent, les deux rappeurs vont prochainement se retrouver pour la saison 2 de Versuz, émission de battle lancée durant le premier confinement par Timbaland et Swizz Beatz et désormais disponible sur Apple Music. Une confrontation entre deux pionniers de la trap d’Atlanta. L’occasion parfaite de revenir sur les origines de ce courant musical.

Il faut bien reconnaître que la trap music est la grande tendance du rap contemporain. Forcément, nombreux sont les rappeurs qui prétendent l’avoir inventée, dont T.I., Jeezy et Gucci Mane. Mettons fin au débat avant que Lil Pump ne demande sa part du gâteau.

Dans le rap, il y a deux sujets qui reviennent régulièrement : d’un côté, il y a les rappeurs qui se comparent à tort et à travers à 2Pac, et de l’autre, ceux qui se revendiquent comme les inventeurs de la trap. Ce genre issu du Dirty South désormais prédominant a propulsé Atlanta au sommet du paysage hip-hop contemporain, devant les indétrônables New York et Los Angeles.

Pour ouvrir le débat, à ma gauche, T.I., le king incarcéré devenu activiste ; à ma droite, le fantasque Gucci Mane et sa glace tatouée sur le visage. Les deux rappeurs sont entrés dans l’arène et sont prêts à se battre à grands coups d’arguments.

T.I. vs. Gucci Mane

La première fois que T.I. affirme avoir inventé la trap music, c’est en 2012, lors d’une interview avec Funkmaster Flex. Son argumentaire est simple : avant lui et son album justement intitulé Trap Musik, ce genre musical n’existait pas :

"Avant que je n’arrive dans le game, il y avait seulement Lil Jon, OutKast, Goodie Mob, d’accord ? Il y avait donc la Crunk Music (style dont Lil Jon est le pionnier) et Organized Noize (les producteurs de la Dungeon Family).

La trap music n’existait pas, j’ai créé ça, j’ai inventé le terme, check sur Google, c’est la vérité. C’était même le titre de mon deuxième album sorti en 2003. C’est après que ce tout nouveau genre de musique est arrivé. C’est moi qui ai ouvert la porte."

Des propos qu’il a réitérés l’année dernière au micro d’Angie Martinez, durant le Breakfast Club, émission phare de la radio new-yorkaise Power 105.1 :

"Beaucoup de gens ne savent pas que j’ai créé la trap. Honnêtement, je ne pensais pas être devenu si vieux. Avant moi, la trap ça n’existait pas. Il y avait OutKast et la crunk, les Organized Noize et la crunk. Avant ça, il n’y avait rien d’autre."

Si l’autoproclamé King of the South semble sûr de lui, ses propos n’ont pas été du goût de Gucci Mane, également l’un des pionniers de la trap music. Selon lui et son dernier post Instagram, c’est en 2005 que le genre est né, au travers de son album Trap House, sorti au mois de mai de ladite année. Difficile alors de lui donner du crédit en vu de l’argument cité juste au-dessus.

#FBF The Day I Invented Trap Music #Guwop aka #TheEvilGenius #1017Ceo

Une publication partagée par Gucci Mane (@laflare1017) le

Cela dit, le premier à avoir remis en cause ce fait, ce n’est pas Jeezy, mais bien T.I., Clifford Harris Jr. de son vrai nom, qui décidément ne lâche rien. Il est une nouvelle fois monté au créneau ce lundi 9 avril. Dans un tweet cinglant accompagné d’un screen de la page Wikipédia de son album, il a réaffirmé un titre qui, selon lui, lui revient de droit :

"Ok, je me répète une fois encore pour ceux qui sont durs de la feuille : le 19 août 2003, c’est la naissance de la musique trap. Seuls les fous viendront contester ce fait avéré. Fermez-la à tous vous prendre pour des Christophe Colomb… Regarde ce que j’ai découvert, même s’ils pensent qu’ils étaient là avant. Bande de mythos."

Pour trouver la vérité, interrogeons l’histoire de la trap music. Que nous dit-elle ? Que T.I. a peut-être ouvert la voie, mais que d’autres explorateurs s’y sont aventurés bien avant lui. Il est donc temps de rétablir la vérité : qui a réellement porté les prémices du genre ?

Les premiers explorateurs

Pour trouver la réponse, intéressons-nous aux différents critères qui forgent l’identité de la trap. Au-delà de la musique, les premiers trappeurs adoptent un véritable style de vie. Faits de gangstérisme, apologie de la rue, des armes, de la vente de drogue et du proxénétisme, la trap (piège en anglais) est arrivée pour transposer ce mode de vie semé d’embûches en musique.

Le tout en explorant des sonorités encore jamais vues dans le rap : des productions saturées faites de grosses caisses bruyantes, de charleston, de cymbales dynamiques et de samples de basse 808. Bref, une formule immédiatement reconnaissable et devenue aujourd’hui monnaie courante dans le hip-hop.

Mais en regardant un tant soit peu en arrière, on s’aperçoit que si le genre n’était encore officiellement pas nommé dans un titre ou un album, le groupe originaire de Port-Arthur au Texas, UGK (composé de Bun B et Pimp C), utilisait déjà ces codes sur son premier album, Too Hard to Swallow, sorti en 1992. En cette année, T.I. n’avait alors que douze ans.

Quittons maintenant le Texas pour nous diriger vers Memphis, une seconde ville phare de la trap sudiste aux États-Unis. En 1994, c’est le duo 8Ball and MJG qui ajoutera sa pierre à cet édifice naissant, avec son album On the Outside Looking In.

It’s the King b**tch !

T.I. n’est peut-être pas le père fondateur de la trap music, mais n’enlevons pas non plus à César ce qui est à César. Aux côtés de Young Jeezy et Gucci Mane, il forme la sainte trinité de la trap populaire d’Atlanta. Chacun à leur manière, ces trois artistes ont permis de populariser le genre jusqu’à le faire devenir la grande tendance du rap actuel. Clifford Harris Jr. sans doute plus que les autres d’ailleurs. Et ça, c’est indéniable.

En effet, le rappeur, en plus d’être celui qui nommera le genre en 2003, est le premier à assumer clairement son positionnement. Et ce malgré l’échec cuisant de son premier album I’m Serious, sorti en 2001. Avec des hits comme "24s", "Rubber Band Man", "Be Easy" ou encore "Let’s Get Away", T.I. a bel et bien mis sous le feu des projecteurs le quotidien des narcotiques et les galères de la rue.

Alors plutôt que de vous battre, T.I. et Gucci Mane, enterrez vos différends, Gucci, oublie aussi ton clash avec Young Jeezy, appelle-le et faites briller tous les trois ensemble l’aura des débuts de la trap d’Atlanta.

À voir aussi sur konbini :