© Kemi Ade

Rencontre avec Kemi Ade, nouveau talent prometteur de la soul britannique

La jeune Londonienne, qui sort aujourd’hui son nouveau titre "Honest.", nous a accordé un moment pour discuter de la genèse de sa musique, coincée quelque part entre soul et funk, de ses nombreuses inspirations, parmi lesquelles Frank Ocean et Erykah Badu, et de ses excitants futurs projets.

(© Kemi Ade)

Ce n’est une nouvelle pour personne : la soul britannique est en plein renouveau, en pleine ébullition. Menée de front par la captivante Jorja Smith, dont le premier album Lost & Found s’est exporté bien au-delà des frontières anglaises, cette scène a récemment vu l’émergence de nombreuses voix, toutes plus prometteuses les unes que les autres.

Publicité

Parmi elles, celle de Kemi Ade. Originaire de Croydon, une ville de la banlieue sud de Londres, cette jeune chanteuse propose une néo-soul inspirante, où se croisent avec harmonie ses inspirations r’n’b, musique électronique mais aussi funk, et via laquelle elle parvient à exprimer ses sentiments les plus sincères et enfouis. "Écrire m’a aidée à m’ouvrir sur mes sentiments je crois, ça a été une sorte de thérapie", nous confiera-t-elle.

Un an après la sortie d’Ownesty, un premier EP notamment repéré par le magazine américain Complex, Kemi Ade est aujourd’hui de retour avec "Honest.". Un single réjouissant, qui précise un peu plus l’univers envoûtant de cette artiste, et annonce son nouvel EP, à paraître ces prochains mois. L’occasion de lui poser quelques questions.

Publicité

"C’est la chorale de mon église qui m’a le plus encouragée à me lancer dans la musique"

Konbini | Pour mieux comprendre la musique que tu façonnes aujourd’hui, j’aimerais savoir : qu’est-ce que tu écoutais dans ta jeunesse, en grandissant en Angleterre ?

Kemi Ade | Ok, je te préviens, ça risque d’être un mélange assez étrange [rires] ! Parce que j’écoutais aussi bien Lionel Richie, Anita Baker, Whitney Houston et Toni Braxton que les Spice Girls, S Club 7 et les Backstreet Boys. Tous les dimanches, je m’occupais de faire le ménage à la maison, et c’était un peu "mon moment musical" à moi. Et quand mon père allait faire les courses, je lui piquais les albums des Fugees et de Nas ! Il ne devait pas savoir que j’écoutais des chansons dans lesquelles il y avait des insultes [rires].

Publicité

Je me souviens aussi de ma mère, quelques années plus tard, me tressant les cheveux devant MTV Base (à l’époque où c’était encore le feu). Du coup, j’ai aussi été bercée par des artistes comme Usher et les Destiny’s Child. Sans oublier Erykah Badu et Eric Benet, dont ma mère était une fan absolue !

Est-ce qu’il y a des artistes qui t’ont vraiment inspirée pour te lancer dans la musique ?

Honnêtement, je crois que c’est surtout la chorale de mon église, à laquelle j’ai longtemps participé, qui m’a le plus encouragée à me lancer dans la musique. Je me sentais hyper vivante là-bas. Mais à part ça, oui bien sûr, j’admirais énormément Beyoncé, Erykah Badu et Lauryn Hill, des femmes créatives, libres et puissantes. Elles m’ont beaucoup inspirée elles aussi.

Publicité

"Les relations amoureuses – ou leur inexistence – et les gens qui gravitent autour de moi m’inspirent énormément pour écrire"

Quand as-tu commencé à réellement t’intéresser au fait de faire de la musique ?

Écoute, je n’ai pas de souvenir précis, car honnêtement… je crois que j’ai toujours eu envie de faire ça ! Depuis que je suis sortie du ventre de ma mère [rires]. J’ai toujours su que c’est ce que je ferais.

Tu te souviens du tout premier morceau que tu as écrit ?

Oh mon Dieu, oui, et c’était tellement cheesy… ! Le refrain faisait un truc du genre : "Aujourd’hui je t’ai vu avec une autre fille, tu essayais de me tromper". Pourquoi je parlais du fait d’être trompée à l’âge de 9 ans, alors même que je n’avais jamais parlé à un garçon de toute ma vie [rires] ? L’interaction la plus folle que j’avais eue avec le sexe opposé à cet âge-là, c’est quand un garçon de mon école m’a insultée de "tête d’ananas"… Je pleure de rire en repensant à ce morceau, je te jure !

Aujourd’hui, qu’est-ce qui t’inspire pour écrire ?

Les relations amoureuses – ou leur inexistence – principalement, et les gens qui gravitent autour de moi. Je citerais aussi mes auteurs préférés, à savoir Frank Ocean, Ne-Yo et David Foster.

© Kemi Ade

"Ma musique est un mélange entre soul et r’n’b, auquel on a ajouté quelques vibes électroniques et une pointe de funk"

En 2017, tu dévoiles ton premier EP Ownesty. Y avait-il un message particulier que tu souhaitais faire passer avec ce projet ?

L’idée de cet EP, c’était d’être honnête avec les sentiments que j’éprouvais pour les hommes dont je croisais la route. Je suis Capricorne, donc je déteste parler de mes émotions, être honnête est la dernière chose que je souhaite faire dans ma vie [rires] ! Mais écrire m’a aidée à m’ouvrir sur mes sentiments je crois, ça a été une sorte de thérapie. Cet EP était un moyen pour moi de montrer qu’il est vraiment important de dire les choses et d’être honnête avec toi-même, sur tes sentiments, car personne d’autre que toi ne peut les comprendre.

On parle souvent de "soul" ou de "r’n’b" pour qualifier ta musique. Ce sont des termes qui te parlent ?

Oui, complètement ! Pour moi, ma musique est un mélange entre soul et r’n’b, auquel on a ajouté quelques vibes électroniques et une pointe de funk. J’adore les synthés et les bonnes grosses lignes de basse [rires] !

Qui sont les artistes qui te parlent le plus en ce moment, et qui t’inspirent pour ta musique ?

Je suis une grande fan de Frank Ocean, The Internet et Jazmine Sullivan. Et si Jai Paul est disponible pour quelques collaborations… je suis hyper preneuse [rires] !

"Mon nouvel EP sortira d’ici la fin de l’année"

Tu partages aujourd’hui ton nouveau single, "Honest.". Comment ce morceau est-il né ?

Ce titre est inspiré par une histoire que j’ai eue avec un mec récemment. Il était vraiment super gentil, super mignon, tout se passait bien… jusqu’au jour où il a subitement arrêté de me parler, avant de revenir un beau jour. Il m’a appelée en me disant : "Tu mérites de savoir la vérité : en fait, je voyais quelqu’un d’autre." Étant hyper sensible, je suis arrivée le lendemain en studio, et j’ai sorti ce morceau d’une traite, aidée par quelques amis.

"Honest." est aussi l’un des morceaux qui composera ton prochain EP. Pourrais-tu m’en dire plus à ce sujet ?

Je ne peux pas trop en dévoiler, mais ce que je peux te dire, c’est que ce nouvel EP sera composé de quatre superbes chansons, qui je l’espère vous entraîneront dans une atmosphère envoûtante… et que ça sortira d’ici la fin de l’année !
 
Finalement, qu’as-tu trouvé dans la musique que tu n’as jamais réussi à trouver dans aucune autre forme d’expression artistique ?

La musique me procure un énorme sentiment de liberté. Elle m’a apporté beaucoup de reconnaissance et d’amour. Mais elle a aussi créé en moi une très forte forme d’anxiété – même dans la plus belle des choses, il y a forcément des mauvais côtés ! Mais la musique est ce qui m’anime le plus, j’ai hâte de voir où ça me mènera.

À voir -> Vidéo : quand Jorja Smith reprend "Lost" de Frank Ocean pour Konbini

Par Naomi Clément, publié le 03/08/2018

Pour vous :