AccueilMusique

Dosseh : "Je n’attends pas quelqu’un pour faire bouger les choses"

Publié le

par Marjorie Raynaud

Dosseh, politicien ? Non, il s’en contrefiche. Pourtant, au fil de ses textes, on découvre un artiste très engagé. À l’occasion de la certification de son disque d’or, nous nous sommes entretenus avec le rappeur à la barbe rouge.

"Tout vient à point à qui sait attendre." En effet, depuis la sortie de son album Yuri en novembre 2016, Dosseh ne s’attendait peut-être plus à une nouvelle pareille. Mais comme on dit, mieux vaut tard que jamais : son premier album, dont le titre reprend son surnom, vient d’être certifié disque d’or par le SNEP (Syndicat national de l’édition phonographique) et a donc atteint les 50 000 ventes. À cette occasion, Dosseh, Dorian (son premier prénom), nous a donné rendez-vous au bar Le Bastille, à Paris, "car il est facile à trouver", mais en arrivant il tourne pourtant 5 minutes devant nous avant de se rendre compte qu’il est à la bonne adresse. Tout de noir vêtu, mais avec une petite touche colorée sur le bout de sa barbe drue, il lance : "Ah, vous étiez là en fait !" Autour d’un petit café, il ne peut cacher sa joie d’être disque d’or : "Je suis super heureux. C’est le résultat d’un travail acharné, et ce n’est certainement pas un accomplissement. Je vois ça plutôt comme le début de plein de belles choses."

Un artiste engagé, mais pas intéressé par la politique

Si la certification de l’album du rappeur orléanais nourrit l’actualité musicale, ce n’est pas la seule nouvelle qui fait saliver la population. Presque une semaine après l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, "Yuri" nous confie son désintérêt pour le sujet. Le jeune citoyen de 32 ans n’est pas inscrit sur les listes électorales et n’a pas mis les pieds au bureau de vote. Un showcase de prévu ? Il explose de rire. "Non, ça aurait pu, bien trouvé !", lâche-t-il pour désamorcer un sujet beaucoup plus sérieux.

"J’ai peut-être tort, mais je n’ai pas l’impression qu’un candidat ou un autre puisse changer ma vie. Même Le Pen je ne pense pas qu’elle puisse influer sur ma vie, témoigne-t-il avant de donner un exemple concret : Moi, par exemple, je ne compte pas sur ma retraite. Je gère mon argent et mon avenir tout seul."

Dosseh dit ne pas compter "sur le système pour mener sa vie", avant de se raviser : "Ce mot est un peu fort et ça fait un peu discours de con mais je n’attends pas quelqu’un pour faire bouger les choses, voilà." Se sent-il protégé par la musique ? Est-il intouchable ? Et qu’en est-il de son entourage ? Il répond qu’il "essayera de l’aider à la hauteur de ses capacités", se rendant bien compte qu’une personne ne peut pas en entretenir des centaines d’autres. Il explique que la politique n’a jamais attisé chez lui un soupçon de curiosité, et cela même avant la musique. "Ma mère n’était pas vraiment calée non plus, et de toute façon elle n’a pas la nationalité française, alors au moins comme ça, c’était réglé", conclut-il avec des yeux rieurs.

Inconsciemment, Dosseh aborde pourtant des sujets lourds dans son album, des thématiques qui sont souvent entre les mains des politiciens comme l’intégration des étrangers. Dans "25 décembre", il dit être prêt à "porter une kippa si des Feujs souffrent" mais demande "qui porte un boubou quand un Négro meurt ?" Entre révolte et manifeste pour la paix, l’artiste se tâte encore. "Pour moi, peu importe ta couleur, ta religion, tes croyances… Tu peux être touché par les malheurs que subit une autre communauté que la tienne. Mais, en même temps, je dénonce clairement le manque d’intérêt pour la population africaine." Cette exclusion, il la remarque majoritairement dans le traitement médiatique, si influent, mais qu’il juge beaucoup trop sélectif.

"Ce sont les médias qui déterminent la façon de penser des citoyens. Et eux comme les politiciens accorderont toujours moins d’intérêt à ce qu’il se passe ailleurs qu’ici, en plein cœur de la Corrèze par exemple."

Se reconnecter à son pays d’origine, le Cameroun

Malheureusement, pas la peine d’aller au bout du monde pour observer la misère. Elle est parfois là, chez nos voisins de palier ou dans l’immeuble d’en face. Dosseh n’a pas eu besoin d’aller chercher trop loin pour s’en rendre compte, la galère, il l’a connue. L’artiste a subi de gros problèmes financiers, a vécu de longues années sous le seuil de pauvreté mais ne s’est jamais plaint. Cette force de caractère, il dit la devoir à son père, aujourd’hui disparu. "Je n’ai pas grandi avec lui, mes parents étaient séparés et j’habitais avec ma maman. Mais même si je le voyais peu, je l’observais beaucoup. Et il ne s’est jamais plaint, il relativisait toujours. Je m’en suis inspiré", confie-t-il. Parti en 2014, l’artiste a réellement découvert son pays d’origine, le Cameroun, à l’enterrement de son père. Aujourd’hui, il dit "avoir un vrai besoin de reconnexion avec ses racines, et de retourner souvent voir [sa] famille installée là-bas." Quant au Togo, dont sa mère est originaire, il explique n’y avoir jamais mis les pieds à l’âge adulte mais compte y aller prochainement, "car c’est important".

Si Dosseh est Français, il n’oublie pas ses origines et aborde la cause africaine dans beaucoup de ses morceaux. Dans "Le Temps béni des colonies", il pointe un problème de société qui le met dans tous ses états : les femmes noires rejetées par les hommes blacks sous prétexte "qu’elles ressemblent à leurs sœurs".

"Pour moi, cet argument c’est de la grosse connerie ! Le fond du problème, c’est qu’ils ont un complexe d’infériorité et ils pensent le guérir en s’entourant de femmes d’une autre couleur de peau que la leur", dit-il, en fronçant les sourcils.

Dosseh explique que si l’attirance vers les Blanches, les Rebeus, les Asiatiques ou autres n’était qu’une histoire de goût, il n’y aurait pas de polémique. Ce qu’il n’accepte pas, c’est le mépris et la méchanceté envers les femmes noires. Il donne un exemple : "Si un homme blanc sort avec une Métisse ou une Noire, c’est son choix. Mais il ne va pas pour autant jeter la pierre aux Blanches en disant qu’elles sont dégueulasses."

"Abel & Caïn" : la trahison, un sujet universel

Les sujets qui le révoltent, Dosseh n’hésite pas à poser des mots dessus. "Abel & Caïn" est l’un des morceaux forts de son album, Yuri, car il aborde un thème universel : la trahison. Inspiré par plusieurs histoires vraies vécues par lui ou son entourage, l’artiste a voulu que chacun puisse se sentir concerné par ce titre. Très cinématographique, le clip met en avant la trahison d’un proche, peut-être d’un frère, à qui on aurait fait croquer à sa réussite professionnelle.

"Ce son peut même concerner un entrepreneur qui aurait embauché un de ses amis dans son restaurant, par exemple. Sauf que cette personne en question a mal géré et met votre business en péril. La logique veut que vous vous éloigniez de cette personne, sauf qu’elle va vous reprocher de la laisser tomber alors qu’à la base, vous l’avez aidée."

Des collaborations soigneusement choisies

Tous les morceaux ne sont pas là pour inciter à la réflexion, Dosseh occupe également le terrain sur les sons clubs. Il s’est notamment entouré de Booba sur "Infréquentables", de Young Thug sur "Milliers d’euros" et de Tory Lanez, le grand chouchou des Français, sur "Marriott Hotel". Ses collaborations, il les choisit avant tout par affinité musicale. "Yuri" se dit grand fan du Duc depuis l’âge de 13 ans : "Avant je l’écoutais, maintenant je rappe avec lui." Il efface rapidement un petit sourire en coin qui laisse paraître une grande fierté. Quant à Nekfeu, Young Thug et Tory Lanez, il "adore leur style et [était] certain qu’ils pourraient apporter une plus-value à [son] album". S’il s’inspire beaucoup de du hip-hop français et américain, Dosseh estime que les seules barrières qu’on a sont celles que l’on se donne. Cela en surprendra sûrement plus d’un, mais il écoute beaucoup de rock, de variété française, de musiques latines et d’afro-trap.

L’afro-trap, justement, il en écoute mais il pense que ça ne va pas durer. "Pour moi, ce mouvement, c’est une mode. Trop d’artistes s’y sont essayés et il y a une overdose avec cette musique", balance-t-il. Il fait comparaison avec la drill, la trap de Chicago, qui a fini par s’épuiser, et conclut : "Je pense que c’est comme tout. Ça va s’arrêter ou alors ça va muter."

Peu importe le genre musical vers lequel tendra Dosseh à l’avenir, il sait qu’il pourra toujours compter sur l’oreille attentive de son grand frère Pit Baccardi. Rappeur et producteur, ancien compère d’Oxmo chez Time Bomb, il écoute souvent les morceaux de son cadet afin de lui donner son avis. "Mais ce n’est pas seulement parce qu’il est dans la musique, c’est avant tout parce que c’est un proche et que ses conseils comptent", se justifie Dosseh. Le 13 mai prochain, il prévoit donc de monter sur scène au Cameroun en compagnie de Booba, de son frère et de Magasco, un artiste produit par Pit. "On s’entend bien, on bosse souvent ensemble et ça continuera", conclut Dosseh.

Un album pour la rentrée

Entre ses concerts et sa vie perso, Dosseh n’oublie pas pour autant de penser à ses followers. Il prépare son prochain album, dont la sortie est prévue aux alentours du mois d’octobre, et confie "écrire comme jamais". Alors qu’il entrera en studio la semaine prochaine, l’artiste a déjà établi une jolie maquette de son futur projet. "Je pense les productions, les featurings, l’écriture. Tout se fait petit à petit", explique-t-il. Il compte surprendre avec les collaborations, qui sont pour lui essentielles à un album réussi : "Moi par exemple, j’aime voir d’autres voix sur un projet. Ça apporte un truc différent de ce que l’artiste propose habituellement." Il se dit d’ailleurs ouvert à des featurings avec des personnes venues d’un univers totalement opposé au sien "tant que les deux y trouvent leur compte et qu’aucun n’a à se déguiser".

Si au cours de cette interview, Dosseh a beaucoup parlé, il tient à nous poser à son tour une question, à laquelle il n’a toujours pas trouvé de réponse. "Quand on est bon, est-ce par amour du bien ou juste par peur de la colère de Dieu ?" Allez, bonne cogitation.

À voir aussi sur konbini :