Une interprète retranscrit des concerts en langue des signes

Amber Galloway Gallego a un talent rare : elle sait retranscrire l'intensité d'un concert pour les sourds en couplant ses mouvements à la langue des signes. 

"Sans la musique, la vie serait une erreur," affirmait Nietzsche dans Le Crépuscule des idoles. Très bien, mais les sourds dans tout ça ? Eh bien, ils peuvent désormais compter sur l'aide d'Amber Galloway Gallego, qui a interprété plus de 300 concerts de rap, de rock ou encore de R'n'B en langue des signes. D'autant que pour elle, il ne s'agit pas seulement de retranscrire les paroles des morceaux, mais aussi et surtout de renvoyer l'émotion qu'ils convoient à travers des mouvements de danse et des expressions faciales très prononcées.

Publicité

Si elle n'est pas sourde elle-même, son parcours l'a sensibilisée à la cause des non-entendants, comme l'explique le site priceonomics. À 5 ans, son père sort avec une femme dont le fils est sourd, puis sa baby-sitter a deux enfants qui présentent tous deux ce handicap à leur tour. Elle apprend ainsi les rudiments de la langue des signes.

Adolescente, elle devient amie avec une non-entendante, puis a l'occasion de voir une troupe de jeunes danseurs sourds sur scène ayant préalablement reçu un entraînement spécifique : pour la première fois, Amber Galloway Gallego découvre des non-entendants se mouvoir en synergie avec la musique. Cette expérience se révèlera décisive par la suite.

Gallego, what else?

Tout commence lors d'un grand événement de rodéo, à l'occasion duquel des groupes célèbres sont invités à jouer. Au cours des concerts, elle est choquée par le manque d'expressivité des interprètes en langue des signes : ils se contentent de retranscrire littéralement ce qui est dit dans les paroles, sans mouvement ni enthousiasme particuliers. Elle propose alors à l'un des organisateurs de l'événement de monter sur scène à son tour, sentant qu'elle a quelque chose à apporter.

Publicité

Son intuition est juste : pour son premier concert en tant qu'interprète – auprès des Destiny's Child – elle électrise les sourds présents dans la foule. Son énergie débordante, son don pour faire passer l'émotion : c'est du jamais vu. Les contrats s'enchaînent ensuite, et elle écume ainsi les grands festivals américains. Elle collabore même avec les plus grands : Snoop Dogg, Kendrick Lamar, Iggy Azaela, Wiz Khalifa et bien d'autres encore.

amberatconcert560r

Amber Galloway Gallego interprétant un concert de Snoop Dogg © www.priceonomics.com

Aussi, un détail juridique joue en faveur de sa carrière : en effet, depuis l'"American with Disabilities Act" de 1990, les festivals sont obligés d'employer un interprète pour sourds si la demande en est faite par quelqu'un. Et la démarche à entreprendre pour effectuer cette dernière a beau être compliquée et chronophage, c'est tout de même à cette loi que notre Gallego doit la plupart de ses offres de travail.

Publicité

Du cœur à l'ouvrage

Chaque concert lui demande beaucoup d'investissement. Elle commence sa préparation deux mois avant chaque concert en moyenne. Il lui faut tout d'abord écouter les principaux titres de l'artiste, puis analyser la manière qu'il a de se produire sur scène à travers des vidéos YouTube, afin de s'approprier son univers.

Ensuite, ça se corse : elle doit apprendre les morceaux, et réfléchir à la bonne manière de retranscrire leur émotion. Le jour J, Gallego en connaît toute une myriade sur le bout des doigts – jusqu'à 150. La cause ? Elle n'est que rarement prévenue à l'avance des sons qui seront joués sur scène.

Publicité

Les 500 dollars qu'elle récolte en général pour un concert paraissent ainsi dérisoires, comparés au travail fourni. Mais peu importe : Amber Gallego est une passionnée. D'ailleurs, elle profite aussi de son temps libre pour alimenter sa chaîne YouTube, qui compte actuellement 62 vidéos où l'on peut la voir interpréter des morceaux qui lui tiennent à cœur. Et l'envie est toujours là : ainsi, quand le site priceonomics lui demande s'il reste des artistes avec qui elle aimerait collaborer, elle avoue son faible pour Jay Z – "Ce serait un rêve".

Par , publié le 08/06/2015

Copié

Pour vous :