En écoute : Iñigo Montoya!, conquistadors electro pop

Tout frais pondu, le premier EP d'Iñigo Montoya! place le quatuor dans le sillage de ces nouveaux talents electro pop avec la francophonie pour eldorado.

Quentin, Pierre, Louis et Adrien son Inigo Montoya

Quentin, Pierre, Louis et Adrien sont Iñigo Montoya!

Signe des temps, je suis tombé sur Iñigo Montoya! à la faveur d'une vidéo. Quelque part entre le réalisme magique de Frida Kahlo et le gif art le plus absurde, "Après le Serpent" ressuscite les cartoons déments que produisait Terry Gilliam à l'époque du Flying Circus des Monty Python – mais à l'heure d'Internet.

Publicité

Articulé autour d'un thème biblique, celui du péché originel, cette vidéo réalisée par ZEUGL comporte l'avantage de montrer un nombre assez élevé de serpents s'enrouler autour de parties charnues et s'introduire dans toutes sortes de cavités moites. C'est juste là.

Mais si les serpents nous ont bien plu, c'est surtout le son d'Iñigo Montoya! qui nous a tenus en haleine. Samples à-tout-va, rythmiques entêtantes et gavées de reverb, instruments exotiques, mélodies simples... la recette qui mélange la pop et la musique électronique n'est pas nouvelle – et on ne s'étonne pas de retrouver Adrien Pallot dans le gang, lui qui a sa part de responsabilité dans la production de La Femme, Moodoïd et Grand Blanc.

Publicité

Molière, sans complexe

Sauf que pour faire la différence, le tout jeune quatuor fait appel à un élément immensément casse-gueule, que beaucoup abandonnent de peur s'y piéger : la francophonie. Et même une francophonie hyper décomplexée. La voix de Pierre, rescapé du groupe Mungo Park, guide l'auditeur à travers un dédale cruel, surréaliste et mythologique. Alors non, ça n'a pas toujours du sens. Mais c'est ça l'amour de la langue, que voulez-vous. Iñigo Montoya! roule des pelles à la langue de Molière, et c'est très bien comme ça.

Histoire d'enfoncer le clou, Iñigo Montoya! dévoilait le clip de "Joie" le 25 mai – encore un dessin animé, cette fois réalisé par Romain André et Victor Brangoleau. Au diable les serpents et les muqueuses, place à une esthétique toujours aussi carnavalesque, mais cette fois-ci plutôt inspirée par le folklore japonais et son rapport à la nature. Encore une fois, les paroles tissent un fragile fil d'Ariane, mais le suivre permet-il vraiment de s'y retrouver ? Non, et c'est tant mieux.

Publicité

Suivez Iñigo Montoya! sur Tumblr, Facebook et Twitter. Le groupe est en concert le 8 juin à la Flèche d'Or. Surtout, le premier EP du plus francophone des groupes à consonance hispanique, intitulé InigEP01 (oui c'est moche mais ça les oblige à composer la suite) est sorti ce mercredi 27 mai sur SoundCloud, et paraîtra le 6 juin en vinyle. Écoutez-le ci-dessous. C'est un ordre, caramba.

Par Théo Chapuis, publié le 27/05/2015

Copié

Pour vous :