Il est grand temps de découvrir Nadjee, nouveau joyau de la scène française

Signé sur le label 7 Corp, le protégé de B2O monte en puissance et s'impose comme un espoir majeur de la chanson tricolore.

Cela fait déjà plusieurs années que Nadjee a lâché son premier clip sur YouTube. Et si les retours étaient déjà positifs, le jeune homme originaire du 93 a pris le temps – manifestement nécessaire – pour affiner sa musique. Enlever le superflu et n’en garder que l’essence. Après avoir débuté avec une double casquette beatmaker/chanteur, tout indique aujourd’hui que l’artiste est prêt à passer un nouveau cap dans sa carrière, depuis sa signature chez 7 Corp – le label d’un certain rappeur français résidant à Miami.

Après la parution de son single "Pas là-bas" ainsi que de son clip époustouflant, on a ainsi tenu à poser quelques questions à cette nouvelle perle tricolore. Que ce soit sa voix, son goût pour le storytelling, ses clips esthétiques ou encore son écriture soignée, tout semble aujourd’hui le désigner comme l’une des stars potentielles de demain.

Publicité

Konbini | Qui es-tu ?

Nadjee | Je m’appelle Nadjee, c’est à peu près tout ce que je sais de moi. 

Publicité

D’où viens-tu ?

Je suis d’origine martiniquaise et guadeloupéenne, mais j’ai grandi à Romainville dans le 93.

Où et quand es-tu né ?

Publicité

À Paris, le 22 septembre 1994.

Quand et comment est-ce que tu as commencé la musique ?

Dès ma naissance, j’ai immédiatement été mis dans le bain. Mes deux parents en faisaient déjà leur métier, avant même que je vienne au monde.

Publicité

Qu’est-ce que tu faisais avant ?

J’ai toujours fait uniquement de la musique. 

Quelles sont tes influences musicales ?

Par la force des choses, j’ai écouté énormément de musique depuis mon plus jeune âge. Du son américain quand j’étais au collège, type Bow Wow, Omarion… En français, j’ai commencé à beaucoup en écouter bien plus tard, vers la période du lycée, et j’ai commencé par du Booba. À l’heure actuelle, je n’écoute plus vraiment de musique. Je me tiens juste au courant de ce qui se fait, et ce même s’il y a de très bons titres et projets qui sortent. 

Comment as-tu été découvert ? 

Je faisais mon son dans ma chambre. Ensuite, j’ai investi dans un clip et je l’ai mis sur YouTube. Le son a plu au public et j’ai saisi les opportunités qui m’ont été proposées. Dès le premier morceau que j’ai sorti, il y a eu des retours positifs et des opportunités, c’était à la fois inattendu et plaisant. 

Comment Booba t’a découvert ? 

À vrai dire, je ne sais pas vraiment comment il m’a découvert. À mon avis, il a dû voir ce que je faisais sur YouTube ou alors quelqu’un lui a parlé de moi.

Tu discutes souvent avec lui ? 

Assez souvent, il est très réactif en plus, c’est lourd.

Quels conseils as-tu reçus de sa part ?

Je dirais qu’il m’amène le côté compétiteur, que je n’ai pas de base et qui me fascine. Du coup, j’apprends beaucoup à ce niveau. 

Tu arrives à mélanger plusieurs styles musicaux dans tes sons… Comment as-tu réussi à atteindre ce résultat ?

J’aime cette question, vous avez bien écouté ma musique. Je m’inspire de tous les genres musicaux qui me parlent, c’est naturel pour moi. J’ai envie de proposer ce rendu musical. J’aime offrir un mélange de ce qui me fait kiffer musicalement, même si cela vient d’ailleurs. Je pense avoir la culture hip-hop, et finalement c’est un peu la base de cette culture, de prendre des influences diverses et se les réapproprier à sa sauce. 

Tu assures toujours le beatmaking de tes chansons ?

La plupart du temps, c’est moi derrière les prod' ou à la réalisation des morceaux. Le temps passe et on rencontre plein de gens qui sont super forts. Je bosse de moins en moins seul maintenant. Je travaille avec des gens qui sont bons dans leur domaine et dont j’estime qu’ils peuvent apporter une plus-value au morceau. Il y a aussi une part d’instantané, une personne est de passage ou une inspiration qui vient à l’instant T. Je tiens quand même à rester à la source de ma musique, et je veux conserver cet aspect. J’estime que c’est nécessaire de faire ce que j’ai en tête. 

Le clip de "Pas là-bas" est une superbe réussite. Quelle est l’idée derrière ce support visuel ? 

L’idée du clip était de retranscrire visuellement la métaphore de la rupture. Plus vulgairement, tu ne veux pas laisser partir quelqu’un mais la personne met fin à votre histoire. La séparation est difficile mais paradoxalement, elle peut être considérée comme libératrice.

T’es signé sur quel label ?

Je suis signé chez 7 Corp.

Quel rapport entretiens-tu avec la scène ?

J’adore, et quand j’aurai l’occasion de le faire, je prendrai un plaisir démesuré. 

Si tu devais convaincre les gens d’écouter ta musique, qu’est-ce que tu leur dirais ? 

Je ne sais pas si je pourrais convaincre quelqu’un d’écouter ce que je fais mais je leur dirais d’écouter par curiosité. 

Quelles seraient les meilleures conditions pour écouter ta musique ?

Quand t’as envie de le faire, c’est ça le meilleur moment. En vrai, je ne vois pas vraiment de règles, d’où ma réponse un peu évasive. 

Tu as dévoilé une dizaine de singles ces trois dernières années. Quelle stratégie vas-tu désormais adopter ? 

On va continuer à procéder de cette même manière étant donné que cela fonctionne et que je sens bien le truc, je fonctionne beaucoup au feeling. 

Tes futurs projets ?

Je compte sortir un premier album quand ce sera le bon moment, mais pas pour l’instant.

Le mot de la fin ?

Merci Konbini pour l’intérêt que vous portez à ma musique, je vous aime bien ! 

Par Guillaume Narduzzi, publié le 10/12/2019