Sur son prochain album, Ibeyi fera honneur aux écrits de Frida Kahlo

Dans un entretien intime accordé au magazine The Fader, dont elles font la couverture, Naomi et Lisa-Kaindé Díaz ont parlé plus en détail de leur nouvel opus.

En février 2015, Ibeyi offrait au monde des mortels son tout premier album : un disque ensorcelant, quasi mystique, sur lequel les jumelles franco-cubaines invoquaient la déesse Oshun et célébraient, à l’aide de chants Yoruba, la vie passée de leur père, le percussionniste Anga Díaz, ainsi que de leur sœur ainée Yanira, décédée des suites d’une rupture d’anévrisme. Grâce à leur soul expérimentale, propulsée par le succès du titre "River", les deux sœurs ont atteint une renommée qui a fini par dépasser les frontières de leur pays natal, la France, allant jusqu’à conquérir le cœur de la divine Beyoncé.

Publicité

Désormais attendu au tournant, le duo s’apprête aujourd’hui à dévoiler un second long format, que The Fader a eu l’opportunité d’écouter en exclusivité. Connu pour ses longs entretiens intimes, le média américain s’est en effet rendu à Cuba, la terre des ancêtres de Naomi et Lisa-Kaindé Díaz (où ces dernières sont actuellement en train d’ériger une maison à côté de celle de leur mère et manager Maya Dagnino), pour renouer avec le passé, mais surtout avec le futur des jumelles. Selon lui, le prochain album des filles Díaz sera plus joyeux, plus vivant que le précédent : il sera dédié à la vie.

"Notre premier album était empli d’émotions : il racontait notre histoire, notre bagage", confie Lisa à The Fader. Et Naomi d’ajouter :

"Tous les morceaux qui s’y trouvent on été écrits par Lisa entre ses 14 et 18 ans. Nous étions très jeunes, mais nous parlions déjà de sujets très intenses, comme la mort. Ce nouvel album, c’est nous, aujourd’hui, dans l’instant présent. Il est moins mélancolique."

Publicité

Chilly Gonzales, Claudia Rankine et Frida Kahlo

Produit par Richard Russell, fondateur du label XL Recordings sur lequel Ibeyi est signé, ce disque réunit de nombreux artistes : le saxophoniste américain Kamasi Washington, le pianiste canadien Chilly Gonzales, la rappeuse espagnole La Mala Rodríguez, ou encore la légende néo-soul Meshell Ndegeocello.

"La pièce maîtresse de cet album est un morceau de près de sept minutes baptisé 'Transmission', qui se balade entre chants de chœur et rumba humide, détaille The Fader. Ce titre comporte des extraits de Citizen: An American Lyric, livre acclamé de la poète Claudia Rankine, ainsi que des lignes tirées du journal intime de Frida Kahlo, lues par leur mère Maya."

"Le mois durant lequel nous avons fait cet album était assez sombre pour le monde, précise Lisa, en faisait référence à la fin de l’année 2016, et à l’élection de Donald Trump. Et j’avais désespérément besoin d’une chanson pour nous rappeler que nous sommes… immortels. Pour nous rappeler que nous sommes tous ensemble, et que nous nous aimons quoi qu’il arrive. C’est ce message que nous devons porter." Et Naomi de conclure : "Si nous n’avions pas fait ça, nous serions mortes. Si tu ne rêves pas, tu es mort."

Publicité

À lire -> Coachella, Chanel, Beyoncé : Ibeyi revient sur sa folle année

Par Naomi Clément, publié le 08/05/2017

Pour vous :