Le post homophobe de Ten Walls nuit (très) gravement à sa carrière

Le DJ Lituanien Ten Walls avait un programme chargé pour l'été. De festival en festival, l'artiste devait parcourir le monde. Pourtant, après avoir rédigé un post homophobe sur Facebook, il est désormais persona non grata sur tous les plateaux.

Ten Walls, aussi connu sous l'alias Mario Basanov, avait réussi son lancement dans le milieu de la musique électronique. En tête de gondole, il avait diffusé un titre, visionné plus de dix millions de fois sur YouTube, "Walking with Elephants".

Après avoir écumé les scènes et les clubs les plus prestigieux, le producteur doit désormais faire avec ses déboires homophobes, et le moins que l'on puisse dire, c'est que ses hôtes estivaux sont devenus plus que réticents à l'idée de l'accueillir.

Publicité

Ses pairs eux-mêmes ont décidé de se désolidariser du DJ. En témoigne la réaction du jeune britannique Fort Romeau qui a manifesté publiquement son opposition aux propos tenus par celui qui devait partager sa scène à la salle londonienne du Koko.

Homophobie et assimilations douteuses

Si les réactions sont si virulentes, c'est parce que ses propos ont dépassé de loin l'acceptable. De l'homophobie pure et simple aux assimilations plus que douteuses, rapprochant pédophilie et homosexualité, Ten Walls n'a reculé devant rien.

Le post immortalisé et retranscrit par GayStarNews en dit assez :

Publicité

Je me rappelle avoir produit de la musique pour un musicien lituanien qui a essayé de me laver le cerveau en me disant que je n'avais pas à être aussi conservateur et intolérant envers eux [les gays, ndlr].

Quand je lui ai demandé : "Que ferais-tu si tu réalisais que l'anus de ton frère de 16 ans était défoncé par son copain ?", il est resté silencieux.

Capture d'écran du post Facebook de

Capture d'écran du post Facebook de Mario Basanov (Marijus Adomaitis), aka Ten Walls

Les propos ne s'arrêtent pas là. En évoquant un fait divers de pédophilie qui s'est déroulé en Irlande, Ten Walls y va de son commentaire sur la responsabilité de la "race" homosexuelle.

Publicité

Lors de l'un de mes premiers concerts en Irlande, sur le chemin de l'hôtel, j'ai vu une église avec une clôture décorée de chaussures de bébés. Naturellement je me suis demandé pourquoi.

Malheureusement, le mensonge d'un prêtre, qui durait depuis plusieurs années, avait été découvert, des enfants avaient été massivement violés. Malheureusement, les gens de l'autre race continuent de faire ça, et tout le monde le sait mais ne fait rien.

Des excuses bancales et peu convaincantes

Le site français Ravelations a d'ailleurs ironisé, comme à son habitude, affirmant que le DJ avait "franchi avec succès le mur du con". La réaction du public ne s'est pas non plus faite attendre puisque les commentaires ont envahi la page Facebook du DJ qui s'est empressé de présenter des excuses plus que bancales.

La semaine dernière, j'ai écrit un post Facebook qui était faux et totalement déplacé par rapport à ce que je pensais. Le résultat est un post mal écrit et inacceptable. Je n'ai jamais eu l'intention de blesser qui que ce soit. Je suis réellement attristé par ce qui est arrivé et je voudrais m'excuser auprès de tout ceux que j'ai déçu, surtout mes amis de la communauté gay ainsi que mes fans. J'ai désormais besoin de faire une pause et j'ai annulé mes représentations à venir.

Publicité

Last week I wrote a Facebook post that was wrong and completely out of character and the result was a badly written post...

Posted by Ten Walls on lundi 8 juin 2015

Cependant, en y regardant de plus près, ce sont les festivals eux-mêmes, à l'instar du Sonar barcelonais, qui ont décidé de déprogrammer l'artiste dont le talent n'a pas suffi à compenser les propos homophobes. Les fans se sont montrés lucides puisqu'une pluie de commentaires s'est abattue sur le post d'excuses du DJ.

"Tu n'as pas annulé tes représentations, tes représentations ont été annulées et c'est une bonne chose, espèce d'idiot irrespectueux. Dis au revoir à ta carrière", commente l'un des internautes.

"Pardon, qui êtes-vous ? En tant que DJ gay, je ne jouerai plus rien de ce que tu as fait. Tes commentaires sont vils. Je suis sûr que l'église de Westboro [située aux États-Unis, connu pour avoir manifesté publiquement son opposition à l'homosexualité, ndlr] te bookera pour son service", continue l'un des utilisateurs.

Et comme une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule, le producteur déjà lâché par son public, ses hôtes et par ses pairs se retrouve désormais sans agence de booking. En France, son représentant, Miala, a aussi annoncé la fin de sa collaboration avec l'artiste :

Suite aux propos tenus par Ten Walls sur les réseaux sociaux, MIALA tient à se désolidariser totalement de ce discours...

Posted by MIALA on lundi 8 juin 2015

Celui qui a fait battre les plus grands soundsystems du monde est désormais face à un mur : celui de sa propre connerie.

Par Aline Cantos, publié le 08/06/2015

Copié

Pour vous :