AccueilMusique

Grâce à un tweet, cette chanson culte de Fleetwood Mac est de retour dans les charts US

Publié le

par Arthur Cios

L’histoire se répète, encore et encore.

L’amour pour les mèmes musicaux ne fait que croître sur les Internets. De plus en plus de vieilles chansons sont ainsi ressuscitées : il y a les classiques "Never Give You Up", de Rick Astley, ou "Africa", de Toto, qui, depuis des années maintenant, sont des hymnes d’Internet.

Ce qui est frappant, c’est la manière dont un titre peut revenir dans le game grâce à un mème. On peut prendre comme exemple la soudaine adoration pour "For The Damaged Coda" de Blonde Redhead, sorti en 2000, et qui cartonne depuis qu’il est devenu le thème de Evil Morty dans Rick & Morty.

Plus récemment, un tweet répondant à un autre affirmant que l’on ne pouvait pas danser sur du Fleetwood Mac a été posté le 22 mars dernier. Pour on ne sait quelle raison, celui-ci est devenu un carton, avec près de 150 000 retweets, 335 000 likes, et la vidéo qui l’accompagne avoisine les 7 millions de vues. Ce qui a ainsi permis à "Dreams" de faire son retour dans les charts américains.

"La musique de Fleetwood Mac est ennuyeuse, tu ne peux même pas danser dessus.
Moi, une intellectuelle."

Le contraste entre la chorégraphie très dynamique de la cheerleader, Elexis Wilson, et la douceur de la balade est ce qui a rendu le tweet viral. Au point que le titre, découvert ou redécouvert par les internautes, s’est vu offrir une deuxième jeunesse et s’est retrouvé à la 14e place des charts américains : en quelques jours, son nombre de streams a en effet explosé.

Repris de multiples fois, moqué et imité, le tweet est ainsi devenu un mème. On est d’ailleurs surpris de ne pas voir plus de gens placer d’autres morceaux sur cette vidéo. Le mème n’est donc pas la vidéo, mais bien la chanson. La beauté d’Internet.

Pour rappel, London Grammar était venu il y a quelques mois dans nos bureaux pour interpréter quelques titres, dont une reprise de ladite chanson :

À lire -> "Africa" de Toto a 35 ans : petite histoire de la plus grande chanson du monde

À voir aussi sur konbini :