Future, Ariana Grande, James Blake… les meilleures sorties du vendredi vues par la rédac

Chaque vendredi, la rédaction de Konbini vous propose ses coups de cœur parmi les sorties musicales.

Guillaume : Un des morceaux qui m’a vraiment marqué aujourd’hui, c’est sur le nouvel album de James Blake, Assume Form. Il y a un featuring avec Andre 3000 pour "Where is the catch ?", un morceau divisé en deux parties bien évolutives.

Publicité

Arthur : C’est aussi dans ma sélection du jour !

Rachid : Eh bien, moi aussi !

Aurélien : Je vais vous surprendre mais moi… aussi. (rires)

Publicité

Arthur : C’est marrant, à la vue de la tracklist, je pensais vraiment que ce serait "Miles High", le morceau avec Travis Scott qui ressortirait le plus et finalement, nope !

Aurélien : On retrouve plus la patte de James Blake sur la track avec Andre. Celui avec Travis Scott, coproduit par Metro Boomin, c’est plus dans l’esprit des collaborations que James peut faire sur les albums des rappeurs américains actuels, je trouve. C’est moins surprenant quoi. Mais ce sera le morceau qui va le plus marcher, il est plus facile d’accès, plus court, plus formaté.

Publicité

Rachid : La performance d’Andre 3000 m’a fait penser à celle avec Frank Ocean sur Blonde, "Solo". Le même genre de couplet hyper long, un peu le même flow sur un morceau évolutif avec un discours très pessimiste, très sombre.

Aurélien : J’avoue, ça ne se passe pas bien pour lui, il n’a pas l’air content.

Rachid : (Rires) Non il a l’air un peu blasé de la vie. Dans ces dernières interviews, Andre disait d’ailleurs qu’il n’avait plus la flamme pour reprendre la musique seul, il va sûrement rester juste sur ce concept de collaborations de temps en temps.

Publicité

Aurélien : Il préfère faire des films dans l’espace avec Claire Denis où il met les pieds dans la terre, là. (rires)

Extrait du trailer de "High Life" avec Robert Pattinson et Andre 3000.

Aurélien : Perso, je ne suis pas un grand fan de James Blake, je trouve ça beau mais souvent mou, plat, on dirait un long tunnel. Mais j’ai quand même noté "Into The Red" pour la mélodie et les arrangements à la fin. Pas si mal, James !

Rachid : J’avoue, ça peut être un peu chiant James Blake, faut l’écouter le week-end, cool. Genre là, s’il pleut samedi, c’est parfait !

Guillaume : Globalement, l’intérêt de l’album se trouve quand même dans les featurings.

Aurélien : Ah voilà, tout seul, il nous endort le Jamie. (rires).

Arthur : Ouais ça lui donne une force supplémentaire, je trouve aussi. Ça permet de voyager dans plusieurs styles différents avec Metro Boomin, Travis Scott, Andre 3000… J’ai beaucoup apprécié son morceau avec Rosalia, ça m’a donné envie de réécouter son album, El Mal Querer.

Aurélien : Ça permet aussi de bien le remettre dans son contexte de "collaborateur de luxe" après son travail ces dernières années avec Kendrick Lamar, Vince Staples ou Frank Ocean. Ça rend plus cohérent l’ensemble de son travail, je trouve. Et peut-être un succès public à la clé !

Arthur : Dans un délire complètement différent, j’ai beaucoup aimé le retour du groupe Deerhunter qu’on n’avait pas vu depuis 2015. Je les suis depuis pas mal de temps avec leur rock indé assez sombre et je trouve qu’ils innovent pas mal sur cet album. C’est une bande un peu folle qui vient d’Atlanta avec son chanteur vraiment rock star. Et bizarrement, c’est justement quand il n’est pas là que je les trouve encore plus forts (rires). Sur le morceau instrumental "Greenpoint Gohtic" qui ne dure que deux minutes, je trouve qu’ils apportent une ambiance qui détonne complètement. Ça fait du bien, c’est de plus en plus rare et je kiffe.

Rachid : Je vais revenir sur du rap avec la grosse sortie US du jour, c’est The WIZRD de Future. J’ai vraiment aimé, notamment le potentiel single, "Unicorn Purp" avec Young Thug et Gunna. C’est du classique Future mais la collaboration marche super bien, avec ses grosses basses et sa petite mélodie qu’on entend peu.

Aurélien : Pareil, c’était la sortie que j’attendais. Et après deux écoutes, je le trouve vraiment intéressant. En vrai, au début de l’album, j’ai eu peur que ce soit toujours le même délire, ce bon vieux Future du passé qui commence à m’ennuyer avec les producteurs habituels. Mais à partir de "Temptation", il y a une petite variation notamment grâce à l’apport de Tay Keith, décidément trop chaud.

Rachid : C’est vrai qu’il y a encore beaucoup de morceaux, pour le coup il y a des répétitions encore un peu.

Aurélien : Ouais, c’est toujours le problème mais c’est mieux équilibré que d’habitude, notamment sur la fin de l’album où je me régale, avec le travail de Richie Souf et surtout le dernier morceau "Trick on Me" produit par Nineteen85 du groupe DVSN. Cette rythmique qui mélange gouttes d’eau et claquements de doigts m’a complètement hypnotisé. En plus, je trouve qu’elle lance Future sur une note nouvelle, vraiment parfaite conclusion pour moi.

Guillaume : De mon côté, j’ai aussi surtout retenu BOYZ l’album de Prince Waly, la grosse sortie rap français du jour. J’aime beaucoup son univers, sa technique et le morceau que je retiens en premier, c’est "Ma Chaussure". C’est un morceau un peu codé avec beaucoup de bagout mais qui raconte tout plein d’histoires autour de… la chaussure (rires). Il est venu nous voir pour un long entretien cette semaine et on a beaucoup parlé de chaussures mais ça a été coupé au montage. (rires)

Rachid : Oui ça fait aussi partie de mes sorties préférées du jour, les invités ont été bien choisis, notamment Feu Chatterton sur le dernier morceau, j’étais agréablement surpris. Je ne suis vraiment pas fan de ce groupe normalement et là je trouve que la collaboration fonctionne vraiment bien.

Arthur : Il y a aussi un nouveau titre de Little Simz avec Cleo Sol que je ne connaissais pas et que j’ai beaucoup aimé. Le refrain est bien accrocheur et je trouve que Little Simz affine bien sa formule.

Arthur : On a toujours été assez fan de ce qu’elle fait chez Konbini et ça faisait quelque temps qu’on l’avait perdu de vue.

Aurélien : T’aimes que les gens qui avaient disparu, toi (rires).

Rachid : Ouais j’avoue, j’avais un peu décroché mais c’est vrai que le morceau est bien, j’espère que ça va prendre, album prévu en mars.

Rachid : Je vais rester sur les filles mais en plus mainstream avec mon morceau préféré de ce vendredi, c’est le nouveau Ariana Grande, "7 rings", que j’ai trouvé vraiment réussi ! C’est moins pop mainstream que "Thank U, Next", et elle franchit encore un cap avec une prod’ hyper belle, un refrain un peu trap d’ailleurs, et un clip tout aussi cool.

Aurélien : Elle surfe sur le très bon en ce moment, depuis "Thank U, Next", elle marche sur l’eau.

Arthur : Je n’arrive pas vraiment à situer le moment où elle est devenue "cool" et pas uniquement une chanteuse un peu fragile pour un public particulier.

Aurélien : Malheureusement, je pense que la mort de Mac Miller et le traitement de ses relations dans les médias y sont pour beaucoup. Enfin, pas vraiment les événements en eux-mêmes mais comment elle les traverse, comment elle s’en sert pour faire avancer sa proposition artistique. C’est la marque des grandes divas pop comme Beyoncé, Rihanna ou Lady Gaga !

Aurélien : De mon côté, l’album que je retiens, c’est We All Shine de YNW Melly. J’aime beaucoup ce rappeur de la nouvelle génération de Floride. Il mélange à la fois toutes les influences d’Atlanta, surtout Young Thug, et les écorchés vifs de son coin comme Kodak Black mais aussi Kevin Gates, Boosie ou Youngboy NBA du côté de Bâton Rouge. L’album est plus coloré, presque bubble gum même s’il a des fois des tendances vaudoues assez sombres. Et la grosse surprise en invité, c’est Kanye West sur "Mixed personalities", un titre très à propos. Et un clip en mode scolaire et robots, marrant de voir Kanye là-dedans.

Rachid : En attendant, Kanye ne sort pas son album. (rires)

Aurélien : Je trouve ça vraiment bien qu’il continue à bosser avec la jeune génération, même si elle est controversée. XXXTentacion, 6ix9ine, Lil Pump, je trouve qu’il se module bien avec ces petits fous et ça rend son discours plus cohérent. Ou pas du tout, on ne saura jamais (rires).

Par Aurélien Chapuis, publié le 18/01/2019

Pour vous :