Liam Gallagher performs live on stage at Alexandra Palace on December 7, 2017 in London, England.

Focking hell : Liam Gallagher veut être le prochain Premier ministre britannique

"Why me ? Why not."

L’ancien chanteur d’Oasis ne cessera jamais de nous surprendre, et pas forcément de la façon qu’on aurait aimée – on attend toujours, depuis 2009, qu’il se réconcilie avec son frère Noel et qu’ils reforment leur duo phare des 90’s. Aujourd’hui, c’est en politique que le musicien égotiste (c’est aussi pour ça qu’on l’aime) a décidé de s’illustrer en… briguant le poste de Premier ministre britannique.

Alors que les conservateurs jouent au bras de fer la succession de Theresa May depuis sa démission le 7 juin dernier, celui qui a sorti il y a peu (le jour où l’ancienne Première ministre a quitté son poste, d’ailleurs) son dernier titre solo, "Shockwave", s’est fendu d’un tweet sur son réseau social préféré :

Publicité

"Mon nom est Liam Gallagher. J’ai quatre magnifiques enfants. J’ai touché aux drogues au fil des ans. J’ai eu de nombreux numéros 1. Maintenant envoyez-moi les clés du numéro 10 [Downing Street, la résidence du Premier ministre à Londres, ndlr]. Je vais m’occuper de cette merde. Pourquoi moi ? Pourquoi pas."

Si le drôle d’oiseau de Twitter a l’habitude de poster des pensées en tout genre sur son profil, il s’avère qu’entre quelque "HAPPY Christmas" (posté le 16 juin) et autre "Foooooooooooking Hell" [sic], cette annonce-là a été prise au sérieux par de nombreux médias. Il faut dire que c’est aujourd’hui, jeudi 20 juin, que les deux finalistes conservateurs à la succession de Theresa May seront connus.

Publicité

Alors, coup de com' en vue de son prochain album solo, Why Me ? Why Not, à sortir en septembre, simple foutage de gueule ou réelle ambition ? Quoi qu’il en soit, comme le rappelle moqueusement Le Figaro, Liam Gallagher a six fois plus d’abonnés sur Twitter que Boris Johnson, l’actuel favori des conservateurs. Et il considère le Brexit comme "une idée absurde". Alors, à bon entendeur.

Par Camille Deutschmann, publié le 20/06/2019

Pour vous :