AccueilMusique

Fin de l’histoire : Ademo de PNL est déclaré non coupable

Publié le

par Aurélien Chapuis

La frasque judiciaire se termine pour le rappeur discret du groupe PNL après son arrestation musclée en septembre 2020.

Le tribunal judiciaire de Paris vient de relaxer le rappeur Ademo ce mercredi matin, notant une "exception de nullité des procès-verbaux d’interpellation". Tarik Andrieu était poursuivi pour "usage de stupéfiant", "outrage" et "rébellion".

Tarik Andrieu alias Ademo a été interpellé par la police le 5 septembre 2020 alors qu’il roulait un joint de cannabis sur une terrasse de café à Paris. Il était alors avec sa femme et leur fils dans une poussette. La police lui a demandé de se mettre à l’écart mais le ton est monté très vite et l’arrestation s’est envenimée. Un plaquage au sol est alors pris en photo et filmé par des témoins de la scène, et est largement partagé sur les réseaux sociaux.

Durant l’audience du 14 avril 2021, trois des quatre fonctionnaires ayant participé à l’interpellation ont évoqué l’agressivité et les insultes proférées par Ademo. L’avocat parle même d’une opération de communication juteuse pour le rappeur. Le parquet demandait deux mois de prison sous bracelet électronique.

De son côté, Tarik Andrieu a expliqué avoir été "surpris" quand le policier lui a tapé sur l’épaule. Il a ensuite soutenu qu’il ne voulait pas attirer l’attention vu sa célébrité, et que ce sont les policiers qui se sont montrés agressifs et violents. Son avocat parle d’une interpellation "complètement disproportionnée" et d’une affaire qui ne sert pas du tout de publicité à l’artiste.

À voir aussi sur konbini :