Face à la crise, le streaming vient en aide à l'industrie musicale

Spotify, Apple Music ou Qobuz : les initiatives des plateformes pour soutenir les artistes se multiplient.

"Un tsunami s'est abattu sur le monde artistique", a déclaré le président de la plateforme française de streaming musical Qobuz. L'industrie de la musique a été très touchée par la pandémie du coronavirus. Aucun de ses acteurs n'est épargné et les artistes se retrouvent directement frappés par cette crise sanitaire, qu'importe leur niveau de notoriété. 

Les nouveaux artistes n'ont pas les catalogues ou les communautés de fans suffisants pour les aider à traverser la tempête, quand les plus grands artistes sont désormais confrontés au financement de très lourdes infrastructures sans pour autant disposer de leurs revenus habituels pour le faire. Les lives sur les réseaux sociaux et les aides individuelles de l'État risquent de ne pas suffire à la survie de certains. Alors pour soutenir ces artistes, des plateformes ont choisi d'apporter leur soutien à ces acteurs de la musique. 

Publicité

Une crise sans précédent

Depuis le début du confinement, une grande partie des revenus habituels des artistes a disparu. Les ventes physiques (déjà en berne) ont fortement diminué, sans parler des concerts, tournées et festivals qui ont été reportés ou annulés pour une durée indéterminée. Comme cela a été annoncé au cours du discours d'Édouard Philippe, aucun événement réunissant plus de 5 000 personnes ne pourra être organisé jusqu'à septembre au plus tôt.

Si les artistes sont pénalisés par la suppression de ces évènements, leur situation risque d'être encore compliquée pendant de longs mois. Les plannings vont être très serrés, et les capacités d'accueil des salles de concert pourraient ne pas suffire pour répondre à l'ensemble des demandes à leur réouverture. Double peine, au-delà de l'annulation des performances, les artistes ne peuvent plus enregistrer ou tourner leurs clips. Les nouveaux projets prennent du retard, et les délais risquent encore d'être dépassés dans le futur malgré la sortie du confinement et de cette crise sans précédent. 

Alors pour venir en aide à la communauté musicale, plusieurs plateformes de streaming ont ainsi décidé de se lancer dans de nouveaux projets de soutien, directs ou non, pour limiter l'impact catastrophique du Covid-19. Si plusieurs d'entre elles ont constaté une baisse du temps d'écoute cumulé au début du confinement, leur situation semble s'être améliorée, leur permettant de se lancer dans ce type d'initiatives.

Publicité

Comme l'explique Antoine Monin, porte-parole chez Spotify France, "chaque artiste, manager et label doit décider de la meilleure approche pour lui pendant cette période et nous continuons à être présents en tant que partenaire privilégié de ces équipes".

Une adaptation de l'offre éditoriale

"Après une baisse générale des streams d’environ 10 % suite à l’annonce du confinement, les écoutes sont en hausse depuis fin mars et sont en train de se stabiliser" explique une représentante de Deezer. Les comportements des utilisateurs ont également évolué depuis le début du confinement. Les plateformes ont donc elles aussi su s'adapter.

Chacun ajuste son rythme de vie à ce nouveau quotidien. Deezer et Spotify ont par exemple constaté une évolution dans les comportements d'écoute, se tournant davantage vers les podcasts et les playlists pour rester en forme et en bonne santé, de cuisine ou de détente. Mais ce changement se fait une fois encore au détriment de certains artistes dont les contenus sont délaissés. C'est notamment le cas pour ceux qui ont choisi de maintenir les sorties de leurs nouveautés malgré le confinement. 

Publicité

Pour autant, cette évolution s'accompagne d'une consommation beaucoup plus régulière. Chez Spotify, les "dernières études montrent que les utilisateurs adoptent des comportements d'écoute que l'on attendrait normalement le dimanche." Chez Deezer et Qobuz les changements vont également dans ce sens avec des flux plus homogènes, les utilisateurs écoutant plus de contenus en continu tout au long de la journée.

Cette hausse du temps d'écoute, Apple Music a décidé de la mettre au profit des artistes locaux en adaptant son offre éditoriale avec l'initiative "Stream local". Elle a pour objectif d’inciter ses utilisateurs à soutenir les artistes français et francophones. Les playlists mises en avant regroupent uniquement leurs titres (sélectionnées par les éditeurs Apple Music en France) : Hits Français, Sorties Rap, Pure French, etc.

Dans ce même esprit, la plateforme américaine a aussi initié le mouvement "On soutient, on streame !", qui incite les utilisateurs d'Apple Music à streamer les artistes qui souffrent le plus de la crise en ce moment. Ils génèrent donc plus de revenus de streaming pour ceux qui ont un manque à gagner à cause d'une sortie d'album ou d'un EP pendant le confinement et/ou dont la tournée à été reportée voire annulée. On retrouve ainsi sur leur page d'accueil des artistes comme Suzanne, Shérazade, Lorenzo, Pomme ou Aloïse sauvage.

Publicité

Ces initiatives d'ordre éditorial sont là pour inciter les utilisateurs mais ne représentent évidemment qu'une infime partie du soutien apporté aux artistes qui ont avant tout besoin de financement. 

Pour répondre à cela, Spotify propose à ses utilisateurs, au-delà du stream, de faire un don à leurs artistes favoris grâce à sa nouvelle fonctionnalité : “Artist Fundraising Pick”. Antoine Monin explique ainsi :

"Elle permet aux artistes qui souhaitent collecter des fonds pour subvenir à leurs besoins, à ceux de leur groupe ou de leur équipe, de faire passer le mot à leurs fans sur leur profil d'artiste Spotify.

Nous disposons d'un nombre important de partenaires pour la collecte de fonds : les artistes peuvent choisir d'ajouter un lien vers Cash App, GoFundMe et PayPal."

Un soutien financier 

Par delà ces initiatives engageant les utilisateurs, les plateformes ont aussi agi en leurs noms propres. Nous vous parlions il y a quelques semaines de la toute première initiative d'Apple Music. La plateforme avait alors choisi en réponse à la pandémie, de lancer un fond de 50 millions de dollars destiné aux labels indépendants, leur assurant une avance pour payer dans les mois à venir les royalties des artistes menacés. 

Spotify a également initié une aide financière à l'échelle internationale comme nous le souligne son porte-parole :
"Pour soutenir la communauté des artistes, nous avons fait des contributions à MusiCares, ainsi qu'à d'autres organisations mondiales qui offrent une aide financière à la communauté musicale, au CDC et à l'OMS, et avons créé un fond de contrepartie de 10 millions de dollars dans le cadre du projet Spotify COVID-19 Music Relief."

En France, la plateforme a choisi de contribuer au Fond de secours lancé le 18 mars 2020 par le Centre National de la Musique en soutien au secteur de la Musique et des variétés. Spotify doublera chaque don collecté. Ils seront versés au Fond du CNM et alloués à l'indemnisation des artistes en difficulté.

Pour l'amour de la musique 

"On ne peut pas aimer le produit que l'on écoute et ne pas respecter ceux qui ont créé cette musique et qui ont besoin d'une juste rémunération" : telle est la devise de la plateforme française Qobuz.

Dans la continuité même de ces idéaux, la plateforme de streaming et de téléchargement spécialisée dans la diffusion en qualité hi-fi et studio s'est également mobilisée. Ne fonctionnant habituellement qu'à partir des abonnements de ses utilisateurs, sans publicité, la plateforme a décidé de reverser la totalité des bénéfices issus des nouvelles inscriptions, au cours du mois à venir. 

"Notre action relève avant tout du symbole, mais nous voulions nous adresser aux 70 % de Français qui ne disposent pas d'abonnements : 'Si vous êtes sensibles à notre argument et que vous aimez la musique, essayez.' Tout est basé avant tout sur une conviction, dans la lignée de ce que pense et ce que fait Qobuz depuis son origine", explique son président Denis Thebaud.

En cette période difficile, les initiatives fleurissent donc dans l'espoir de sauver les artistes dans les mois à venir. Une mobilisation générale pour l'amour de la musique qui pose aussi une question : si le Covid-19 était apparu voilà 20 ans, à une époque où les plateformes de streaming (aujourd'hui sources importantes de rémunération) n'existaient pas, que serait-il advenu pour les artistes et leurs labels ?  

Par Pénélope Meyzenc, publié le 30/04/2020