Exclu : le rappeur marseillais Kemmler a la corde au cou dans le clip de "Pardonne-les"

Le rappeur marseillais Kemmler affine son univers et dévoile son premier solo avec le clip de "Pardonne-les". En exclu pour Konbini.

Surveillez Kemmler de près, il pourrait bien être l’un de ceux qui assureront la relève du rap marseillais dans les années ou les mois à venir. En attendant son premier album, prévu pour 2018 et qu’il présentait avec les clips de "10 du Bayern" et "Mona Lisa", il continue de dévoiler l’opus avec une nouvelle vidéo toujours aussi chiadée, "Pardonne-les".

Publicité

Il était une fois Kemmler

Comme le 13 de ses Bouches-du-Rhône natales, cela fait déjà 13 ans que cet artiste originaire de la cité phocéenne a un pied dans la musique. Précoce, c’est à 14 ans qu’il gratte ses premiers textes lors de divers ateliers d’écriture. La finesse de sa plume est vite remarquée et il ne tarde pas à la mettre au service de la musique, qu’il apprécie sous toutes ses formes.

À ses débuts, il n’était pas seul mais officiait avec un groupe qu’il formait avec son acolyte Verbal. Ce n’est qu’après avoir partagé un projet au titre évocateur, Éprouvante passion, qu’il décide de partir vers de nouveaux horizons en solo. Un départ sur les chapeaux de roues qu'il doit à son titre "C’est l’heure".

Publicité

Comme un signe divin pour lui annoncer que son heure de gloire était venue, ce clip sobre mais joliment réalisé atteint rapidement les 600 000 vues. Une porte d’entrée parfaite pour son public, qui découvre avec surprise l’univers d’un artiste à fort potentiel et réellement prometteur, avec un flow chirurgical qui jongle entre émotion et éloquence.

Après ce premier test en solo plutôt réussi, Kemmler se décide à faire le grand saut. Il est temps pour lui de marquer le hip-hop de son empreinte, avec un premier album prévu pour cette année 2018. Un projet qu’il présentait avec un premier extrait, "10 du Bayern", un morceau fort dans lequel il exprimait son indifférence face aux relations amoureuses ou simplement physiques. Ne vous y trompez pas, le titre est simplement une référence à son amour inconditionnel pour le ballon rond. Après quoi, c'est le clip de "Mona Lisa", plus chill, qui l'a suivi en toute fin d'année dernière.

Publicité

"Pardonner, même à ceux qui nous font du mal"

Désormais, le rappeur aux 20 % de prose et 80 % de haine poursuit sur sa lancée avec un second clip, "Pardonne-les". Produit par Duane Charly (également coproducteur du précédent single de l'artiste), ce morceau permet à Kemmler de mettre en musique son état d’esprit du moment, à l’aube de l’arrivée de son album.

Dans la vidéo, l’artiste exhibe ses cicatrices et montre, dans une esthétique noire et blanc léchée, que peu importent les coups, physiques ou moraux, il faut faire face, rester digne et pardonner. Une philosophie inspirante qui fait écho à une récente histoire que nous raconte le rappeur :

"J’arrive à une étape de ma carrière où on commence à me reconnaître dans la rue. Une fois, j’ai rencontré un mec que je ne connaissais pas qui m’a dit : 'J’adore ce que tu fais, je t’écoute tout le temps.' Ensuite, il m’a suggéré de poser sur une prod style "Tempête" de Nekfeu.

Par politesse, forcément tu en prends note, mais bien souvent quand tu as déjà les idées claires concernant ta direction, tu passes au-dessus. Trois semaines plus tard, le mec m’a recontacté pour me demander si j’avais 'suivi ses conseils'.

Bien entendu, je lui ai gentiment répondu que non parce que je travaillais déjà activement sur mon album. Il m’a répondu : 'Si tu ne suis pas mon conseil, je ne t’écoute plus.' J’ai trouvé ça complètement fou, mais cette anecdote m’a inspiré cette morale : il faut pardonner, même à ceux qui nous font du mal."

Publicité

Par ailleurs, autre chose étonnante : le morceau "Pardonne-les" et son clip n’étaient pas vraiment prévus et doivent leur existence à un sacré coup du destin. Le rappeur nous a expliqué :

"Un autre clip était prévu à la base, mais il s’avère que j’ai reçu un choc tête contre tête avec un mec au foot. Mon arcade a explosé et je me suis retrouvé avec un coquard énorme. À ce moment-là, je devais tourner un autre clip, mais avec mes blessures, il était devenu impossible pour moi de coller au morceau. Du coup, en urgence, j’ai écrit un nouveau son spontanément en imaginant un clip qui collerait avec mon état physique. Les producteurs ont adoré, "Pardonne-les" est né."

Concernant l’album à paraître dans les prochains mois, si Kemmler n’a pas opté pour une ligne directrice fixe, son seul credo est de proposer un projet portant des messages universels tout en s’inspirant de son histoire personnelle :

"Dans cet album, j’essaye de raconter ma vie en musique pour que le public puisse s’y identifier. L’album parle beaucoup de meufs, de musique et de foot parce que c’est ce que j’aime et ce qui m’inspire dans ma vie. Et puis, qui sait ? Peut-être que c’est ce titre au départ non prévu qui fera le succès de l’album", s’amuse Kemmler.

En tout cas, c’est tout ce qu’on lui souhaite.

Le lien presave du morceau est juste.

Par Jérémie Léger, publié le 01/03/2018

Pour vous :