AccueilMusique

Ennio Morricone : son premier album posthume dévoilera sept morceaux inédits

Publié le

par Valentin Després

La compilation mélangera raretés, prises alternatives et morceaux inédits du compositeur de légende.

Alors que le cinéma traverse l’une des périodes les plus éreintantes de son histoire, le premier disque posthume de son artisan du son le plus renommé s’apprête à voir le jour. Les ayants droit de la musique d’Ennio Morricone ont concocté une compilation de 27 titres, dont la date de sortie est prévue le 6 novembre prochain. Il y aura peut-être les cinq compositions ultimes que nous avions sélectionnées au moment de sa disparition.

Le disque intitulé Morricone Segreto (qui se traduit par "Morricone secret") fera la part belle aux sensibilités sombres et psychédéliques du compositeur. D’après le communiqué de presse, les  "voix mystérieuses et les guitares fuzz" se mêleront aux "cordes aériennes et aux synthés sinistres". L’homme derrière le disque, Pierpaolo De Sanctis, a estimé lors d’un entretien accordé au magazine Variety que ce nouvel album serait "plus expérimental" que ce que le musicien italien avait l’habitude de créer.

La plupart des titres qui figureront sur la compilation ont été enregistrés entre 1960 et 1980. Il y aura des prises alternatives de morceaux déjà connus du public mais aussi sept extraits inédits des archives du compositeur. "Nous avons travaillé avec les bandes originales de plusieurs films qui n’ont pas forcément eu beaucoup de succès mais cela ne veut pas dire que la musique est moins importante", a déclaré à Variety le PDG de Sugar Music, Filippo Sugar.

Ennio Morricone est décédé le 6 juillet dernier, à 91 ans, des suites d’une fracture du fémur causée par une chute. Auteur de plus de 500 bandes originales de films et de programmes télévisés, il était l’un des plus grands bâtisseurs de son de l’histoire des salles obscures. Un Oscar d’Honneur pour l’ensemble de sa carrière lui avait été décerné en 2007, mais il n’avait reçu l’Oscar de la Meilleure musique de film qu’une seule fois, en 2016, pour la bande originale des Huit Salopards de Quentin Tarantino.

À lire aussi : Les albums posthumes : entre pertinence artistique et business post-mortem

À voir aussi sur konbini :