AccueilMusique

En images : au Motocultor, on a rencontré la crème de la crème des métalleux

Publié le

par Théo Chapuis

(© Theo Chapuis)

Sublime paradoxe, le Motocultor invite les metalheads à s'immerger dans une programmation exigeante et une ambiance potache en diable. On vous montre.

Du metal, comme s'il en pleuvait. C'est ce qu'on s'est pris sur la tronche trois jours durant à Saint-Nolff (Morbihan), où se tenait le Motocultor. Pour sa neuvième édition, le festival breton a régalé ses participants d'une programmation jouissive : Ministry, les rois de l'indus metal ; les pachydermiques Conan ; Mayhem et ses sortilèges ; Amenra et son postcore désespéré... mais aussi Shining, les ambassadeurs du "black jazz" ; Vektor, véritables Usain Bolt du thrashl'impitoyable duo black metal Bölzer ; les Français de Regarde Les Hommes Tomber et leur black metal au parfum de renouveau...

Ce n'est qu'un échantillon de nos performances favorites parmi plus de soixante groupes qui ont fait headbanguer 20 000 metalheads assoiffés de riffs. Mais vous le savez : la musique n'est pas le seul plaisir dont on se délecte en festival. Et non, on ne parle pas des merguez-frites.

Le metal en Technicolor

Outre les nombreux T-shirts de groupes tous plus inventifs les uns que les autres, notre vue s'est aussi régalée des vikings cornus, des chevaliers vêtus de leur armure-canette, des Pokémon égarés, des fétichistes du cuir et des punks abandonnés sans chien. Non, les fans de la musique de Satan ne s'habillent pas tous en noir et blanc, et le Motocultor brille par sa faune colorée, enthousiaste et détendue du style.

Parmi les hordes de metalheads en goguette qui ont sillonné le Motocultor 2016, Konbini a sélectionné la crème de la crème du metal. Parce que pour beaucoup de festivaliers, être normal, c'est être différent.

Anthony, 21 ans, est amateur de cosplay. Il n'a pas hésité à travailler le cuir comme un tanné pour confectionner sa tenue du Motocultor. (© Théo Chapuis)

Certains crient, d'autres brament. (© Théo Chapuis)

Alice au pays des Bouteilles. (© Théo Chapuis)

L'accueil légendaire du peuple breton. (© Théo Chapuis)

"Des vestes à patchs, j'en ai vu un paquet. Mais des vestes à programme, ça, jamais !" (© Théo Chapuis)

La quête de Pokémon ne s'arrête pas. Elle ne s'arrête pas. Jamais. ELLE NE S'ARRÊTE JA-MAIS. OKAY ? (© Théo Chapuis)

Avouez-le : si on n'avait pas photographié cette tonnelle aux chapelets de canettes de bière, vous ne nous croiriez pas. (© Théo Chapuis)

Ce camping, c'était vraiment n'importe quoi. (© Théo Chapuis)

Au Motocultor, il faisait parfois très chaud. Pas de casquette ? Pas de problème ! (© Théo Chapuis)

Comment ça tient ? La recette demeure mystérieuse. (© Théo Chapuis)

Pour vos prochains festivals, n'oubliez pas votre canapé d'angle gonflable qui forcera l'admiration de vos voisins de tente. (© Théo Chapuis)

Même si le groupe Ghost n'a pas joué, ses fans sont partout. (© Théo Chapuis)

On n'est pas certains de savoir au nom de qui, ni de quoi, mais ce totem a existé. Et nous, ça nous suffit. (© Théo Chapuis)

Un tabouret, un kilt, une corne... le bonheur, quoi ! (© Théo Chapuis)

Le metal, ça se déguste aussi en famille. (© Théo Chapuis)

Le point d'eau du site : trois robinets. Le Motocultor, c'est roots, bloody roots. (© Théo Chapuis)

Comme des coqs en pâte. (© Théo Chapuis)

Il s'éclatait tellement qu'on n'a pas osé lui dire qu'il s'était trompé de festival... (© Théo Chapuis)

Quand même, Judge Dredd a pris un sacré coup de vieux... (© Théo Chapuis)

Avant... (© Théo Chapuis)

... après. (© Théo Chapuis)

Oui, leurs armures sont faites de canettes de bière. <a href="https://www.youtube.com/watch?v=Y3Vcoq-QRo4" target="_blank">Et alors ?</a> (© Théo Chapuis)

La neuvième édition de Motocultor s'est déroulée du 19 au 21 août à Saint-Nolff, dans le Morbihan. On lui en souhaite de tout cœur une dixième. Pour suivre et soutenir le festival, allez sur son site Internet, sa page Facebook ou sa page Twitter.

À voir aussi sur konbini :