AccueilMusique

En écoute : le nouvel album surprenant de Miley Cyrus

Publié le

par Fanny Hubert

Alors qu'elle présentait la cérémonie des VMAs le dimanche 30 août, Miley Cyrus en a profité pour annoncer que son nouvel album était disponible gratuitement en streaming. On l'a écouté et on a été agréablement surpris. 

La pochette très pailletée de <em>Miley Cyrus and her dead petz</em>

Miley Cyrus s'est encore fait remarquer à la cérémonie des VMAs qui se déroulait dimanche 30 août à Los Angeles. À moitié nue, elle était la présentatrice de ce show où toutes les stars actuelles de la chanson se croisent, de Kanye West à Taylor Swift en passant par Nicki Minaj et Justin Bieber. Et si sa (non) tenue a beaucoup fait jaser, on en a presque oublié la principale nouvelle que la chanteuse a annoncé : son nouvel album Miley Cyrus and her dead petz est disponible gratuitement en streaming. Surprise, surprise.

Dis comme ça, ce n'est pas forcément une grande nouvelle mais à l'écoute de l'album nous sommes bien obligés d'avouer que l'ex-Hannah Montana a fait fort. Pour ce nouvel opus, exit les gros tubes à la "We can't stop" ou "Wrecking ball", exit la pop très moyenne, place à des sonorités maîtrisées et des paroles plus personnelles où la chanteuse se dévoile entièrement.

Une collaboration réussie

Si cet album sonne si différemment du précédent, Bangerz, c'est parce que Miley a collaboré cette fois-ci avec Wayne Coyne, chanteur guitariste du groupe psychédélique qu'il a créé, Flaming Lips. Big Sean, Ariel Pink, Sarah Barthel de Phantogram et Mike Will Made-It ont également participé à Miley Cyrus and her dead petz. 

D'ailleurs, vous vous demandez sûrement pourquoi ce nom étrange. Et bien c'est parce que la chanteuse a perdu son chien Floyd (auquel elle dédie d'ailleurs une chanson) et qu'elle semble en avoir été affectée. Un certain Pablow est aussi le sujet d'un des titres. Il s'agit là d'un poisson-globe qui appartenait à Miley et qui est décédé lui aussi.

Parlons maintenant plus en détails de l'album. Sur les 23 titres, il y a une alternance de morceaux complètement barrés – "Fuckin Fucked Up", "I'm so drunk" –, de potentiels hits –"Dooo it" qu'elle a interprété aux VMAs et qui est illustré par un clip tout en paillettes – et de ballades touchantes.

Pour "Karen don't be sad" et la magnifique "Cyrus Skies",  la chanteuse se la joue très Lana Del Rey et ça fonctionne vraiment bien. Pour "Bang me box", le sujet abordé est le sexe lesbien. Des paroles plutôt explicites mais pas vulgaires et un rythme efficace.

Le problème est la redondance de certains morceaux. On a parfois l'impression d'entendre toujours la même chose. Les featurings ne sont pas inoubliables non plus. 23 morceaux, c'était peut-être un peu trop ambitieux. Mais ce changement radical de style fait du bien et montre que Miley n'est pas seulement la pop star qui montre ses seins à tout-va et qui sort un peu trop sa langue.

Du talent, elle en a tout comme elle a une voix qui est ici mise en valeur. De plus, pas besoin de mettre des millions pour produire un album de qualité. Celui-ci n'a coûté que 50 000 dollars et a été auto-produit par Miley sans l'aide de son label, RCA Records. Surtout, n'ayez pas honte d'aimer.

À voir aussi sur konbini :