En écoute : Anderson .Paak déjà de retour au top avec le très bon Ventura

Un disque sur lequel on retrouve André 3000, Nate Dogg, Brandy ou encore Smokey Robinson.

Le 16 novembre dernier, Anderson .Paak dévoilait le troisième album de sa carrière, après trois ans sans aucun projet long en solo. Une attente interminable, qui a laissé un goût amer. Ce fameux disque, Oxnard, ne s’est pas révélé à la hauteur des (grandes) attentes placées en l’artiste californien. Et ce même s’il réunissait un casting fabuleux, avec Kendrick Lamar, J. Cole, Pusha T, Kadhja Bonet, Snoop Dogg et Dr. Dre (à la prod'), pour ne citer qu’eux.

Publicité

Mais après cette parution en demi-teinte, pas question pour Anderson .Paak de repartir dans une période de transition. On le sait, après un échec commercial et surtout critique, les grands artistes aiment sortir un nouveau projet rapidement. Comme pour tenter de faire oublier la déconvenue. Un principe qui se vérifie encore ici avec le talentueux artiste américain.

Car dès le début de l’écoute, on sent qu’Anderson .Paak a mis les bouchées doubles : une collaboration avec la légende André 3000, à l’instar de ce qu’avait pu faire James Blake sur son dernier projet en date. S’ensuit le bijou "Make It Better" avec Smokey Robinson, qui utilise la batterie de "Impeach the President" des Honey Drippers.

L’excellente Sonyae Elise est à nouveau conviée à prêter sa voix sur le titre "Chosen One" – qui est le surnom du basketteur LeBron James, déjà honoré sur le morceau précédent qui faisait office de single, "King James". Un hommage logique, car Anderson .Paak est un amoureux inconditionnel de sa Californie natale, tandis que le joueur en question a signé l’été dernier aux Los Angeles Lakers.

Publicité

Une fin en apothéose

Mais si Oxnard ressemblait davantage à un défilé de stars avec son casting exceptionnel, ce nouvel album s’avère être beaucoup moins dans la démonstration, ce qui n'est pas pour nous déplaire. Onze titres (seulement) pour trente-neuf minutes (seulement), mais Anderson .Paak est allé à l’essentiel, et c’est diablement efficace.

Tout en restant fidèle aux sonorités et à l’univers teinté de soul, de hip-hop et de funk qu’il nous propose sur ses projets depuis 2014 (eh oui, déjà), Anderson .Paak retrouve la formule gagnante. En atteste l’outro, où le polyvalent musicien se permet un featuring avec un autre mythe disparu du rap US, Nate Dogg, sur le titre "What Can We Do?". Histoire de finir ce nouvel opus en apothéose.

Par Guillaume Narduzzi, publié le 12/04/2019

Pour vous :