AccueilMusique

Eagles Of Death Metal "veut être le premier groupe à rejouer au Bataclan"

Publié le

par Ariane Nicolas

Le groupe Eagles Of Death Metal, qui était sur scène quand des terroristes ont attaqué le Bataclan, accorde une interview à "Vice". Très affectés, ils racontent l'horreur qu'ils ont vécue, et pourquoi ils vont continuer de jouer.

(VICE / YOUTUBE)

C'est leur première apparition publique depuis le 13 novembre. Jesse Hughes (cofondateur, chanteur de Eagles Of Death Metal), Matt McJunkins (bassiste), Eden Galindo (guitariste), Julian Dorio (batteur) et Shawn London (ingé son) ont accordé une interview à Vice, deux semaines après l'horreur des attentats de Paris. Joshua Homme, cofondateur du groupe, qui n'était pas au Bataclan, s'est joint à eux.

La voix étranglée, les larmes aux yeux, ils racontent chacun leur tour comment ils ont échappé aux tireurs. Dans une seconde partie, Jesse Hughes et Josh Homme expliquent en aparté pourquoi le groupe "doit continuer de jouer". "Je veux être le premier groupe à jouer au Bataclan à sa réouverture", martèle Jesse Hughes, soutenu par son compagnon de route.

La vidéo est traduite en français (allez dans les réglages pour activer les sous-titres avec la fonction CC). Nous avons retranscrit une partie de ces échanges chargés d'émotion, ci-dessous.  

Eden (guitariste) : Au début, je croyais que les haut-parleurs crépitaient. Puis, je me suis vite rendu compte que ce n'était pas ça. Jesse a couru vers moi. On est allés sur le côté de la scène. On ne savait pas s'ils nous ciblaient. On ne comprenait pas ce qui se passait.

On a monté l'escalier, on est allés dans la loge pour chercher Tuesday [la petite amie de Jesse Hughes]. Elle n'était pas là. On a continué à monter, puis on est aussitôt redescendus parce qu'il y avait le tireur en haut. On est sortis par une petite issue qui donne sur une ruelle. Nos fans nous ont vus et nous ont aidés. Ils ont été super.

"Il y avait un mini frigo avec une bouteille de champagne, c'était notre seule arme"

Matt (bassiste) : Quand la fusillade a commencé, j'ai jeté ma basse. Je me suis caché pendant un moment, derrière le rideau et le moniteur ACL. Des gens entraient par une porte pour accéder à la scène. Notre manager Steve était là. J'ai vu dans ses yeux qu'on partageait la même pensée. Il nous a dit que c'était une voie sans issue. Tout le monde a couru pour remonter dans cette salle, pour échapper à la fusillade. C'était un instinct naturel.

Je pouvais voir la fusillade. J'avais l'impression que c'était des pétards. Des petits éclairs. J'ai plongé sur le côté. J'ai dû faire un choix, traverser la scène ou aller dans cette salle et croiser les doigts. Je suis allé dans la salle (...) Plusieurs gens avaient été touchés, ils saignaient. Il y avait un mini frigo avec une bouteille de champagne. Et au cas où c'était... notre seule arme.

Puis, il y a eu une explosion qui a secoué la salle entière. On ne savait pas ce que c'était, si c'était une bombe pour faire exploser le bâtiment.

Jesse Hugues (chanteur) : J'ai ouvert la porte du couloir. À ce moment-là, j'ai vu le tireur. Il a brandi son fusil sur moi et le canon de fusil a frappé l'encadrement de la porte. Je me suis dit "Oh... Putain..." Je savais que des gens me suivaient. On cherchait tous un abri. J'ai dit "Non non non, putain, pas par ici !" Et on a commencé à redescendre.

On est arrivés à la sortie, je n'avais toujours pas vu Tuesday (...) Quand elle a vu Julian, j'ai entendu sa voix. J'ai su qu'elle allait bien. Eden m'a attrapé et on est partis.

"J'ai appelé Joshua. C'est ce qu'on fait quand on a un problème, on appelle Josh"

Shawn (ingé son) : Les gens ont couru vers moi et ont sauté sous ma console. J'étais toujours debout. J'ai vu le tireur, il m'a regardé. Il a essayé de me tirer dessus mais il m'a loupé (...) Le tireur a continué à tirer, à massacrer, il y avait du sang partout... Il a hurlé "Allah Akbar". C'est à ce moment que j'ai compris ce qui se passait.

Jesse Hugues : J'ai appelé Joshua. C'est ce qu'on fait quand on a un problème, on appelle Josh.

Josh Homme : Il m'a fallu un peu de temps pour réaliser ce qui ce passait, parce que ce n'était pas encore aux infos. Je me suis rendu à nos bureaux pour commencer à travailler sur n'importe quoi, tout ce qui pouvait être fait. Tout ce que tu peux faire quand tu n'es pas sur place pour les ramener à la maison.

Jesse Hughes : Je me suis senti coupable parce que j'avais laissé Matt sur scène, peut-être aussi Debbie, et je voulais que rien ne leur soit arrivé (...) Josh m'empêchait de penser à ça. J'espère que tu comprends, Baby Duck, je t'aime énormément.

Seconde partie de l'interview. 

Josh Homme : J'ai reçu un SMS.  "Tout le monde s'est fait tirer dessus. Ils ont pris des otages. J'ai du sang partout."

"Les mots ne peuvent pas dire l'ampleur de la chose"

Jesse Hughes : Nick Alexander a protégé son amie. Il n'a jamais appelé à l'aide, il a saigné à mort. Parce qu'il ne voulait pas que quelqu'un d'autre soit touché.

Plusieurs personnes se sont cachées dans notre loge. Les tueurs sont entrés et les ont tous tuées, sauf un gamin qui se cachait sous ma veste en cuir. Une des raisons qui explique que tant de gens sont morts, c'est qu'ils ne voulaient pas abandonner leurs amis. Beaucoup de gens se sont mis devant d'autres.

 Josh Homme : [S'adressant aux parents des victimes] Je veux juste me mettre à genoux et dire tout ce qu'il faut... Parce qu'il n'y a vraiment rien que je puisse dire. Parce que les mots ne peuvent pas dire l'ampleur de la chose.

Jesse Hughes : Peut-être que j'ai peur, peut-être que j'ai traversé de dures épreuves, mais je respire. J'ai la chance de pouvoir parler à mon fils ce soir. Et j'ai une maison que j'ai payée parce que le rock'n'roll m'a béni et a été bon avec moi. Je ne vais pas dire que tout ça est pourri. Ma grand-mère et ma mère m'ont élevé pour me foutre de ce qu'un connard peut penser. Si Adolf Hitler te déteste, c'est génial ! Je ne veux pas passer ma vie à apaiser ou ne pas apaiser des connards. Je veux passer ma vie à sourire avec mes amis et les divertir.

"Nos amis sont venus écouter du rock et sont morts. Je veux y retourner et vivre"

J'ai hâte de retourner à Paris. J'ai hâte de jouer, je veux y retourner. Je veux être le premier groupe qui jouera au Bataclan à sa réouverture. J'étais là quand tout est devenu silencieux. Nos amis sont venus écouter du rock et sont morts. Je veux y retourner et vivre.

Josh Homme : On doit finir la tournée. Pas seulement pour nous et nos fans, pas seulement pour Nick Alexander, mais juste parce que c'est notre manière de vivre. Ce n'est pas politique, et c'est là toute la beauté de ce que nous faisons. C'est au-delà de ça, c'est la condition humaine. On va recruter des gens, pour prendre part à la vie, pour être des citoyens de la Terre.

Troisième partie de l'interview.

Jesse Hughes : On a fait une reprise de Save A Prayer de Duran Duran et les fans français ont fait une déclaration de solidarité pour qu'Eagles Of Death Metal devienne numéro un. Le groupe s'est proposé d'une manière très belle et généreuse de reverser les droits et royalties que cette reprise a rapportés aux victimes.

Josh Homme : Nous avons une chanson intitulée I Love You All The Time, et si vous êtes un artiste country, death metal, si vous êtes DJ, ça n'a pas d'importance, faites une reprise de cette chanson et nous reverserons nos droits. Le label a donné les droits de nos disques. J'aimerais aussi lancer le défi à iTunes, Spotify, Amazon, Tidal, peu importe qui fournit la musique, de se joindre à nous. Et si cette chanson est enregistrée, que l'intégralité des recettes soit reversée pour aider quiconque a pu être victime de ces attaques.

Personne ne peut affronter ça tout seul. Plus nous serons unis et solidaires, plus nous serons ensemble, plus cela deviendra un flambeau de compassion et d'amour et une avancée pour faire partie de quelque chose de plus grand.

À voir aussi sur konbini :