Trailer : le docu sur M.I.A sera le plus pop et puissant de l’année

Bang, bang, bang : M.I.A a fait danser le festival de Sundance avec le documentaire qui lui est consacré, Matangi/Maya/M.I.A.

Images de concerts, d’archives, de proches, clips… le documentaire Matangi/Maya/M.I.A. tente de reconstituer l’histoire de M.I.A, chanteuse solaire, libre et engagée. Avec ses morceaux "Paper Planes", "P.O.W.A" et son dernier album AIM, la Britannique d’origine tamoule du Sri Lanka s’est imposée en quelques années comme l’une des artistes les plus respectées et créatives, grâce à ses opinions politiques, sociales, philosophiques et culturelles.

Publicité

Issue d’une famille très engagée, la petite Maya a déménagé de nombreuses fois, notamment pour fuir la guerre civile de son pays. Elle a quitté son pays pour Londres et a été, pendant toute sa jeunesse, victime de discrimination raciale. Un documentaire sur sa vie semble donc pour le moins intéressant.

Ce projet n’est en réalité pas nouveau. Il y a cinq ans, le teaser du documentaire de Steve Loveridge, avait été retiré de YouTube, après seulement quelques minutes de diffusion sur Internet pour des raisons de droits revendiqués par l’organisme syndical britannique de l’IFPI (pour "International Federation of the Phonographic Industry") chargé de faire respecter les droits d’auteur.

En parallèle, le réalisateur avait révélé des échanges entre lui et un représentant de Roc Nation. Dans un mail, le label annonce au réalisateur que son documentaire sera fini à temps pour la sortie de l’album Matangi (sorti en 2013) et pour ses premiers festivals. Mais un autre mail, toujours de Roc Nation, laissait entendre que le téléchargement sur YouTube du teaser du docu avait fait "foirer" le travail autour de Matangi.

Publicité

Cinq ans après, un album en plus, les protagonistes semblent avoir réglé leurs différends. Le documentaire a été présenté (et acclamé) à Sundance et devrait bientôt débarquer dans nos salles puisqu’on l’attend fin septembre aux USA et en Angleterre.

Par Lucille Bion, publié le 20/07/2018

Pour vous :