AccueilMusique

Pour ses 30 ans, le Rex Club organise un mini festival de docus sur l’électro

Publié le

par Lucille Bion

Cette sélection de documentaires sur les musiques house et techno sera projetée au Grand Rex, le célèbre cinéma parisien situé juste à côté de la toute aussi connue boîte de nuit.

Le Rex Club est un club parisien devenu mythique pour avoir lancé, entre autres, les carrières de Laurent Garnier, des Daft Punk, de David Guetta ou encore de Justice. À l’occasion de ses 30 ans, un festival un peu particulier a été organisé : le Rexist (dont le nom est construit à partir des termes "résistance + existence"), qui durera pendant toute l’année 2018.

Chaque mois, un évènement spécial viendra rappeler que le voisin fêtard du Grand Rex subsiste depuis trois décennies, à grands coups de décibels. Si les lieux des réjouissances seront tenus secret jusqu’au dernier moment, Rexist ne s’interdit pas une petite virée à Calvi, Montréal et Londres. Chaque nuit sera rythmée par une star internationale, un DJ de la scène française et un DJ de la scène montante.

En parallèle de ces soirées festives, le Rex Club propose également de revenir sur les racines de la musique électro, en invitant le public à se blottir dans les sièges confortables de l’immense salle du Grand Rex, afin d’admirer une sélection de documentaires. Une fois par mois, le cinéma parisien (lui aussi mythique) proposera des films qui seront suivis de débats avec des artistes, des réalisateurs ou des journalistes qui ont toujours soutenu ce mouvement artistique.

Pour la première soirée (le 25 janvier), le festival reviendra sur la naissance de la house aux États-Unis, dans les quartiers gays et noirs de Chicago et de New York. La deuxième soirée, qui se tiendra le 22 février, reviendra sur comment Ibiza est devenue le paradis des clubbers du monde entier. Un mois plus tard, les fans de musiques électroniques auront le droit à un focus sur Manchester. Retrouvez ci-dessous les trois films qui ont retenu notre attention.

I was there when House took over the world. House was born (le 25 janvier) :

Réalisé par Jake Sumner, ce documentaire s'intéresse à la naissance de la house underground aux États-Unis, notamment dans les milieux queer et afro-américain, à l'époque où le disco s'épuisait petit à petit. Le réalisateur est notamment connu pour son documentaire sur Pharrell Williams : The Plastic Age.

Hippie Forever (le 22 février) :

Ce documentaire compile des témoignages des derniers hippies qui vivent à Ibiza, malgré le boom touristique qui a transformé l'île en centre mondial du clubbing. Des images d'archives dépeignent avec nostalgie l'ancien visage de l'île des Baléares, dans les années 1960-1970.

Manchester Keeps On Dancing (le 22 mars) :

Le Grand Rex projettera également (en avant-première) un film de Javi Senz qui propose, à coups d'anecdotes insolites et de témoignages, une étude sociologique sur comment Manchester est devenue un lieu culte pour les amateurs de musiques électroniques. Le film a déjà été présenté en novembre 2017, au Doc'n Roll Film Festival de Londres.

À voir aussi sur konbini :