© Kevin Di Chiappari page Facebook du Demi Festival)

Pour sa troisième édition, le Demi Festival de Demi Portion a mis les bouchées doubles

Ce week-end, le rap français était à l’honneur à Sète, ville natale de Demi Portion. Chaque année depuis 2016, le rappeur organise chez lui le Demi Festival, un rassemblement à la gloire du hip-hop et du rap français indépendant. Pour la troisième édition, on y était.

© Kevin Di Chiappari - page Facebook du Demi Festival)

En 2016, une idée aussi folle que géniale a germé dans la tête de Demi Portion — Rachid Daif de son vrai nom : organiser dans sa ville natale de Sète (Hérault) un festival de rap indépendant à son image. L’initiative a été un succès immédiat et des artistes de tous calibres ont répondu à l’appel, autant que le public. La mayonnaise a si bien pris que la totalité des places s’est vendue comme des petits pains, en quelques minutes.

Publicité

"Avant de lancer le premier Demi Festival, je n’avais jamais fait de vrai concert Demi Portion à Sète. J’ai fait des premières parties, mais jamais, en six ans de tournée, je n’ai organisé de vrai show chez moi", nous confiait Demi Portion lors de notre dernière rencontre. Rien d’étonnant donc à ce qu’il mette du cœur à l’ouvrage chaque année.

Et comme le dit le proverbe "jamais deux sans trois", suite au succès des précédentes éditions, le troisième Demi Festival s’est déroulé du mercredi 8 au samedi 11 août. Passion oblige, cette année encore, cet événement unique, magique et fédérateur a tenu ses promesses, pour le plus grand plaisir des amateurs de hip-hop.

Publicité

Un cadre unique

Tout a commencé donc le mercredi 8 août pour la soirée d’ouverture. Un démarrage en grande pompe puisque Demi et ses acolytes ont installé pour la première fois une scène flottante sur le canal royal de la ville. La soirée, gratuite, a offert au public quatre concerts dans un cadre aussi magnifique qu’audacieux. "Bienvenue à Sète", comme dirait Demi P.

Cette année, Kacem Wapalek, Petitcopek, DJ rolxx, Dab Rozer, Apéro Jazz et Maïcee ont ouvert le bal sur cette fameuse scène. L’intérêt d’offrir des concerts sur l’eau en plein centre-ville, c’était justement de permettre à tout le monde d’y avoir accès, du convaincu venu applaudir ses artistes hip-hop préférés au simple curieux ou vacancier. Une idée saluée par Kacem Wapalek : "On a vu énormément de passants s’arrêter et rester tout le long des concerts. C’est génial car ça permet de faire connaître notre musique à d’autres gens qui ne sont pas forcément hip-hop".

Publicité

Une scène flottante, c’est bien, mais ce qui a fait aussi la force du Demi Festival, c’est le lieu majestueux qui l’a accueilli les trois jours suivants : le Théâtre de la Mer. Un théâtre à ciel ouvert, d’une capacité de 1 800 places (complet chaque soir), avec vue sur le plus grand plan d’eau de la région Occitanie. "C’est magnifique !", s’est exclamé Calbo d’Ärsenik à propos de ce lieu exceptionnel.

Photo : Rachid Daïf (Facebook)

"Peace, unity, love & having fun"

Telle est la devise historique du hip-hop, qui est devenue le credo général du Demi Festival. Au programme, plus d’une trentaine d’artistes, des MC locaux mais aussi des grands noms du rap français, toutes générations confondues comme Ärsenik, Némir, 3ème Œil, Busta Flex, Flynt, Scylla, Josman, Swift Guad ou encore Rémy. Mais cette année, le Demi Festival a surtout été marqué par la reformation sur scène, après presque dix ans d’absence, du mythique groupe de rap français ATK. Un crew qui, trois mois plus tôt, annonçait l’arrivée imminente d’un nouvel album. Une galette encore bien mystérieuse dont le premier extrait nous a été offert sur scène.

Publicité

Pendant trois jours, de 19h30 à 1h du matin, les artistes se sont succédé sur scène à un rythme effréné pour des concerts d’une quarantaine de minutes. Avec DJ Rolxx, DJ Djel et DJ Blaiz aux platines, le public a vibré non-stop entre découvertes, freestyles et évidemment, de nombreux classiques, avec un sound system irréprochable — élément trop rare pour mériter d’être souligné.

Animé par Wojtek, prodige des Rap Contenders, et R.Can, MC de Perpignan, l’évènement a été ponctué de shows et de distributions de cadeaux, assurés par les deux trublions décidément inarrêtables quand il s’agit de motiver un public, quitte à en perdre la voix. Chaque soir, un membre du public a été invité à monter sur scène pour poser un freestyle avec Demi Portion. Comme aime à le répéter ce dernier : "Le Demi Festival donne avant tout la parole à son public."

© Kevin Di Chiappari page Facebook du Demi Festival)

Pour ceux qui en douteraient encore, au Demi Festival, c’est bien la convivialité qui a primé. Il n’était d’ailleurs pas rare de croiser certains artistes au milieu du public, désireux de partager une bière, échanger quelques mots et prendre des photos avec ceux venus de toute la France et d’ailleurs pour les soutenir.

Puis, pour prolonger le plaisir après des soirées déjà bien chargées, on a pu voir les plus déterminés se donner rendez-vous sur la plage pour débiter ensemble quelques freestyles nocturnes, en cercle, comme à la grande époque du hip-hop.

Samedi, aux alentours de minuit, le Demi Festival a battu son plein. Tout le monde n’attendait qu’une chose, la performance du super-héros local, Demi Portion. Malgré tout ce beau monde réuni, il semblait inconcevable que Demi Portion ne clôture pas les festivités. En toute fin de soirée, Rachid est donc entré en scène, devant un public hystérique.

Malgré la fatigue accumulée au long du festival, le MC a offert plus d’une heure de show, interprété ses classiques, mais n’a pas non plus oublié de faire vibrer les siens avec les titres de son dernier album Super-Héros, sorti récemment. Dans un élan de folie, celui qui n’a de Demi que le nom a terminé sa performance par un saut de l’ange dans les bras de son public. Le rideau s’est fermé sur un moment fort, symbole de la reconnaissance et de l’amour entre un super-héros qui s’appelle juste MC et son public.

© Kevin Di Chiappari page Facebook du Demi Festival)

Au sortir de la scène, l’artiste a eu du mal à cacher sa joie : "Je suis Demi-Fatigué, mais je voudrais remercier tout le monde impliqué sur le festival. On a réussi, je suis très content de l’avoir fait durant ces quatre jours. Ce festival n’est pas que le mien, il appartient aussi à tous ceux qui y participent, donnent de la force et en font une si belle fête". À cela nous répondons : merci Demi Portion, et à l’année prochaine.

Par Jérémie Léger, publié le 13/08/2018

Pour vous :