AccueilMusique

Interview : Dehmo revient avec son nouveau projet solo, Poetic Bendo

Publié le

par Sophie Laroche

© Igniseum

Seulement quelques mois après la sortie de sa mixtape Ethologie, Dehmo nous parle de son nouvel EP, Poetic Bendo.

(© Igniseum)

"Dans la MZ j’étais celui qui n’arrivait pas à se mettre en avant. Je ne veux plus être dans l’ombre", expliquait Dehmo lors d’un précédent entretien. C’était il y a huit mois, lors de la sortie de son très personnel premier projet solo, Ethologie. Depuis la séparation de son groupe, la MZ – duquel sont issus ses camarades Jok’Air et Hache-P –, Dehmo a pris le temps de déconnecter et de peaufiner ses sorties. Quelques mois après la sortie de la mixtape Ethologie, qui lui a permis de se découvrir (et pour ses fans de l’apprécier pour la première fois en solo), le rappeur revient avec Poetic Bendo.

Plus court, l’EP comporte neuf titres – dont "R.S", que Dehmo avait précédemment mis en avant par le biais d’un clip. Comme pour Etholgie, la méthode n’a pas changé et le rappeur écrit sur les prods qui l’inspirent : mélancoliques et planantes ("Paypal"), ou dansantes ("Ying et Yang"). Il nous offre des récits du quotidien, de la galère, de l’amour ou de l’addiction aux drogues, mais parle aussi d’avenir et d’ambition grâce à l’ouverture de son label.

Le tout avec un sens de la mélodie exceptionnel, qui se fait sentir plus que jamais sur ce projet. Pour accompagner cette sortie, Dehmo gratifie aussi ses fans d’un clip, celui de "La Belle et Bae", morceau langoureux et planant traitant du rapport de séduction qu’il entretient avec sa belle. À l’occasion de la sortie de Poetic Bendo, on lui a posé quelques questions sur ce nouveau projet et les perspectives que lui offre 2018.

Konbini | Tu faisais partie de la MZ. Comment s’est passée cette transition entre ta carrière de groupe et ta carrière solo ? Quels étaient les plus gros challenges ?

Dehmo | Ça s’est passé naturellement, rien n’a vraiment changé pour moi, j’ai continué à faire ce que j’aime : de la musique. Il n’y avait pas vraiment de challenge, c’est une nouvelle aventure qui a commencé. Il fallait que je me structure avant de pouvoir me lancer dedans, et c’est ce que j’ai fait. Aujourd’hui, je suis lancé et je ne compte pas m’arrêter.

As-tu travaillé Poetic Bendo différemment de la mixtape Ethologie ?

Non, je travaille toujours de la même manière : je reçois des prods et quand elles me plaisent, j’écris dessus. Je fais tourner les prods quand j’ai de l’inspiration et je gratte. Donc ça n’a pas changé.

Tes clips, comme tes sons, sont assez sombres. Quelles ont été tes principales inspirations pour ce projet ?

Je m’inspire de ce que je vis au quotidien : quand j’écris, c’est moi. À ce moment-là, j’étais dans cet état d’esprit, c’est ce qui fait que l’on peut trouver ça sombre, même si ce n’est pas forcément le cas. C’est surtout mon humeur du moment qui est influencée par mon quotidien. C’est ce que j’essaie de retranscrire et ce qui se ressent dans mes sons.

Dans ton morceau "À la folie", tu parles de l’ouverture du label Zink. Est-ce que tu peux nous parler de ce projet ?

Il était important pour moi de me structurer, donc j’ai décidé de monter mon label. Je suis aujourd’hui mon propre producteur, c’est autre chose que d’être que rappeur. Ça me change et j’en apprends tous les jours.

Qu’est-ce que tu nous réserves pour 2018 ?

Pour 2018, un nouveau bébé est prévu et j’espère pouvoir tourner avec mes deux projets. En tout cas, ce que je peux dire avec certitude, c’est que je serai présent et qu’on n’a pas fini d’entendre parler de moi. De très belles choses sont à venir.

L’EP Poetic Bendo de Dehmo est disponible depuis le 19 janvier.

À voir aussi sur konbini :