Photo du groupe Facebook Twice France

Cyberharcèlement, contrats abusifs... les dessous de l'univers à paillettes de la K-pop

Devenir idol, c'est dire adieu à sa liberté pour vivre une vie strictement encadrée par les agences et le public.

Il y a peu, Mina, du girls band Twice, revenait sur scène après avoir passé six mois à se remettre d’une sévère dépression. Un retour qui a ravi les fans du monde entier, qui avaient attendu avec patience le rétablissement de l’idol depuis la déclaration de l’agence JYP Entertainment annonçant que la jeune femme devait prendre une pause.

© Page Facebook officielle de Twice

Publicité

Ce n’est pas la première fois que les fans voient la santé mentale de leurs artistes coréens préférés se dégrader. On pense notamment aux suicides récents de Goo Hara et Sulli, deux jeunes chanteuses qui ont mis fin à leurs jours, l’une en novembre, et l’autre en octobre de l’année dernière. Des drames que personne n’a envie de revivre.

Le système oppressif dans lequel sont engrenés les idols dès leur plus jeune âge est aujourd’hui de notoriété publique. Une industrie qui prend souvent ses artistes pour des produits, en délaissant le côté humain.

Des critères de sélection très stricts

Pour espérer intégrer un groupe de K-pop, il faut passer des auditions auprès d’une agence. Les mêmes modalités de recrutement sont appliquées par toutes les maisons de divertissement : les jeunes aspirants artistes livrent une prestation qu’ils ont préparée, en chant, en rap ou en danse.

Publicité

Très souvent, les jurés demandent également aux jeunes pousses de leur montrer quelque chose d’insolite qu’ils savent bien faire, comme une imitation, un mouvement de corps particulier, etc. L’idée ici est de tester la personnalité, mais également de voir si le candidat ferait un bon guest sur les plateaux des variety shows, très populaires en Corée, qui forment un passage obligatoire pour les artistes locaux lorsque ces derniers sont dans une période de promotion.

Publicité

Enfin, on examine le profil du candidat à travers une caméra afin de jauger sa photogénie. Un idol passe en effet sa vie sous les projecteurs, il est donc indispensable pour les producteurs qu’il ait le physique le plus avantageux possible. Ce n’est hélas pas une légende, si l’apparence du candidat ne respecte pas les canons de beauté coréens, il y a très peu de chances que celui-ci soit pris, même s’il est talentueux.

Et même si les candidats remplissent tous les critères cités plus haut, il se peut qu’ils ne soient pas retenus. En effet, la concurrence est telle qu’une blague populaire disait qu’on avait moins de chances d’être admis à SM Entertainment, la plus grande agence de divertissement coréenne, qu’à Harvard.

La voie de l’idol, un vrai cheminement de guerrier

Même si le candidat est retenu, au terme de ces épreuves de sélection, il est encore trop tôt pour crier victoire. En effet, le chemin qui mène à la vie d’artiste est souvent très long et épuisant.

Publicité

Le désormais aspirant, appelé trainee dans le jargon, entame une vie encadrée par son agence. Cette dernière donne des cours de chant et de danse aux apprentis artistes. Leur vie est désormais sous contrôle : plus de liberté sur les réseaux sociaux, et parfois une vie dans un dortoir spécialement aménagé.

Les trainees sont également médiatiquement très exposés avant même leur début officiel. Pour rappel, les candidats aux auditions sont souvent très jeunes et ont à peine 12 ans. Certains participent déjà à des projets : Jennie, membre du girls band Blackpink, avait collaboré avec le rappeur G-Dragon sur un morceau en 2013, trois ans avant ses débuts officiels.

Ce même G-Dragon, avait participé, dès l’âge de 13 ans, à des morceaux rassemblant des artistes de son agence YG Entertainment.

Ce fut également le cas de Jisoo, autre membre de Blackpink. Celle-ci est apparue dans de nombreux clips avant ses débuts, son agence YG Entertainment misant sur son physique avantageux pour qu’elle soit remarquée des fans.

Afin de fidéliser un public avant même le début des groupes, certaines agences réalisent des émissions de téléréalité où le spectateur suit les candidats pendant leur parcours. C’est ainsi que beaucoup de groupes ont des déjà des fans avant même de sortir le moindre single. Les agences misent sur les personnalités pour séduire : le spectateur voit les jeunes se battre avec acharnement pour caresser le rêve de monter sur scène un jour, et ne peut que s’y attacher.

Et si, malgré tous ses efforts, le trainee ne satisfait pas les attentes de l’agence qui l’a recruté, cette dernière le met tout simplement à la porte. Parfois, certains jeunes qui ont passé des années à sacrifier leur vie pour s’entraîner sont contraints de quitter leurs camarades trainees et de voir leur rêve se briser sans aucune contrepartie. Le temps qu’ils ont consacré à leur carrière n’a servi à rien.

Le début des (vraies) galères de la vie d’artiste…

Une fois que l’aspirant débute et devient un idol à part entière, c’est là que les vraies galères commencent. Les artistes consacrent désormais leur vie à leur groupe. En août 2019, Big Hit Entertainment, l’agence des BTS, a déclaré que les jeunes hommes prendraient une pause… pour la première fois depuis six ans.

© Page Facebook officielle de BTS

Du côté de la vie privée, beaucoup d’agences imposent tout simplement à leurs artistes de ne pas avoir de relation amoureuse pendant une période donnée. Une interdiction qui s’étale, quand elle a lieu, sur les premières années de vie du groupe.

Économiquement parlant, la vie d’idol peut s’avérer remplie de frustrations. En effet, beaucoup de contrats stipulent que la majeure partie des bénéfices engendrés par la musique des artistes revient à l’agence, sur une période donnée. Pour ces dernières, les idols représentent des investissements, les artistes doivent donc rapporter près de deux à trois ce qu’ils ont coûté à l’agence lors de leur préparation (cours de chants, de danse…).

Enfin, l’idol n’est pas libre de quitter le groupe même si l’envie lui en prend. Le contrat lie ce dernier à son agence pendant une période donnée, en général le temps qu’il soit rentable.

All eyez on me : une règle de la société coréenne

Outre son agence, une autre source de pression des artistes de K-pop est bien souvent, et malheureusement, le public. La société coréenne suit des codes bien précis, que les idols sont contraints de respecter.

Du côté de la vie sentimentale, si l’agence interdit aux artistes d’avoir des relations amoureuses, le public a longtemps été également intransigeant sur la question. Les mentalités sont en train d’évoluer dans le bon sens, mais il n’y a pas si longtemps, la découverte de la vie personnelle d’un chanteur de K-pop était bien souvent synonyme de scandale.

On pense notamment à l’histoire du couple formé par Hyuna et E’Dawn, deux anciens artistes de Cube Entertainement. Lorsque leur relation s’est ébruitée, les fans se sont sentis "trahis". Un scandale qui a valu aux deux chanteurs d’être virés de leur agence.

Photo du compte Twitter @hyuna_hyojung

Le cyberharcèlement est particulièrement virulent en Corée du Sud. Les internautes de ce pays ultra-connecté, appelés les netizens, sont parfois cruels avec les artistes, et leur moindre défaut est jugé, relayé et critiqué. Le cyberharcèlement est en grande partie la cause du suicide la chanteuse Sulli, ancienne membre du girls band f(x).

Le côté obscur de l’univers de la K-pop

Malgré les apparences toutes lisses du monde du divertissement coréen, la réalité est parfois bien plus sombre. Récemment, on pense au scandale déclenché par la découverte des activités de Seungri, ancien membre du boys band Big Bang. En effet, le jeune homme était accusé de baigner dans des affaires de proxénétisme.

Le jeune artiste faisait en outre partie d’un groupe de conversation de KakaoTalk, un service de messagerie coréen, dans lequel des personnalités coréennes se partageaient des vidéos de jeunes femmes filmées à leur insu pendant l’acte sexuel. Suite à ces révélations survenues l’année dernière, Seungri a annoncé son départ du groupe Big Bang, mais sa sentence n’a toujours pas été fixée.

Être fan de K-pop, est-ce cautionner tous ces travers ?

Même si ces événements sont connus de plus en plus de fans, la K-pop continue de séduire dans le monde entier. Aimer la K-pop, est-ce participer à ces pratiques obscures et oppressives ?

D’un côté, oui, la vie d’artiste de K-pop attire toujours autant et des milliers de jeunes, Coréens comme étrangers, qui tentent leur chance lors d’auditions. Que la jeune génération accepte de subir ces injustices conforte l’industrie coréenne dans ses travers. Pourquoi changerait-elle alors que son mode de fonctionnement continue de séduire ?

D’un autre côté, de plus en plus de voix s’élèvent contre ces pratiques abusives. La Corée est en proie à de nombreux bouleversements sociaux, et le mode d’exploitation des idols est fréquemment pointé du doigt.

La société coréenne, très conservatrice sur beaucoup de points, a cependant encore du mal à accepter certaines avancées sociales, notamment sur la sexualité. Si les mentalités progressent doucement, il reste encore beaucoup de chemin à faire.

Cependant, rien n’empêche d’être sincèrement fan de la musique des artistes de K-pop, et de ne pas cautionner le système derrière. Aujourd’hui, beaucoup de groupes véhiculent des valeurs positives d’amour et d’acceptation de soi. C’est un message important pour les jeunes qui grandissent dans une société qui les pousse à être parfaits à n’importe quel prix.

Le poids de cette industrie est devenu si important que les agences donnent parfois plus de liberté à leurs artistes, pour qu’ils puissent s’exprimer à travers la musique. En attendant que ces cas exceptionnels deviennent une norme, on vous propose de terminer avec le très bon titre "Super Star" de G-Dragon, où le rappeur nous rappelle que la seule compagne des personnalités au sommet, c’est bien souvent la solitude.

Par Hong-Kyung Kang, publié le 21/02/2020