Le plus grand disquaire indé du monde menacé de fermeture

Situé à Los Angeles, ce lieu symbolique pour les collectionneurs et les mélomanes est en péril.

L’épidémie qui sévit actuellement fait des ravages dans le monde de la culture, en causant notamment une chute sans précédent des ventes d’albums. Et un autre coup dur pour tous les fans de musique : Amoeba Music, le plus grand disquaire indépendant du monde, a dû fermer sa boutique principale à Los Angeles ainsi que ses annexes à San Francisco et Berkeley.

Un avenir incertain pour les boutiques indépendantes

En effet, comme le déclare le Los Angeles Times, depuis le 19 mars, l’enseigne est contrainte de suspendre ses activités, par respect des lois de distanciation sociale actuellement en vigueur en Californie. Une fermeture à durée indéterminée, et qui pourrait bien devenir permanente : en tant que commerce non essentiel, Amoeba n’a aucun moyen d’assurer des revenus fixes en ce moment.

Publicité

Et la situation était inquiétante depuis déjà un moment. Avant même le confinement, les conséquences de la crise se faisaient ressentir sur les commerces musicaux, en causant, par exemple, l’annulation du Record Store Day ce mois-ci, une journée de promotion organisée par les disquaires indépendants, qui a lieu annuellement en temps normal. Au total, ce sont près de 120 boutiques qui ont dû fermer temporairement leurs portes.

Afin de perdurer malgré la situation, Dave Prinz et Marc Weinstein, les patrons d’Amoeba, ont lancé une cagnotte sur Internet. Ils expliquent leur situation : "Nos économies s’épuisent […] Nous voulons vous rassurer que nous faisons tout pour qu’Amoeba survive, et pour s’assurer que nous jouons un rôle primordial, dans ce qui est pour l’instant un futur très incertain."

Et de continuer ainsi : "Nous savons à quel point nous allons avoir besoin de Amoeba encore, cette oasis de musique, où nous pouvons nous retrouver une nouvelle fois… Alors nous devons humblement vous demander de l’aide."

Publicité

Voir cette publication sur Instagram

Amoeba is a place where music fans of all ages and backgrounds find community and music reigns supreme. We have weathered many storms since we opened our first store 30 years ago in Berkeley, CA, but we don’t know that we can get through COVID-19. Our stores have been closed since mid-March and must remain closed indefinitely. So we are humbly asking for your help. The funds raised from this GoFundMe campaign will go directly to help with our immediate future and take care of our staff of over 400; to allow Amoeba to continue. You have supported us all these years and we are forever grateful. If you can let others know about this campaign, that would be deeply appreciated as well . The GoFundMe link is in our bio or go here: https://www.gofundme.com/f/amoeba-music-needs-help-to-survive

Une publication partagée par Amoeba Hollywood (@amoebahollywood) le

Les gérants de l’enseigne espèrent récolter 400 000 dollars, une somme qui leur permettrait de régler leurs factures et payer leur équipe. La cagnotte a déjà rassemblé un tiers de l’objectif, grâce à la participation de milliers de donateurs. Une mobilisation qui rend Marc Weinstein optimiste : "Même si nous sommes dans l’ombre, Amoeba est toujours là, en attendant le jour où nous pourrons ouvrir nos portes à nouveau, pour accueillir tout le monde et célébrer ce qui nous touche le plus : la musique."

Un optimisme qui n’est pas sans fondement. Comme le souligne Billboard, les mélomanes souhaitent toujours acheter des disques physiques. En effet, le nombre de ventes de vinyles était en train d’augmenter de pas moins de 45 % aux États-Unis cette année, avant la crise. Des résultats qui montrent l’attachement des fans à la symbolique des objets, et il reste à espérer que cet attachement soit assez fort pour sauver les disquaires indépendants.

Publicité

Par Hong-Kyung Kang, publié le 23/04/2020