AccueilMusique

Concert-test de 5 000 personnes à Barcelone : "aucun signe" de contamination un mois après

Publié le

par Joséphine de Rubercy

(© Pau Venteo/Europa Press via Getty Images)

Le 27 mars, 5 000 spectateurs testés et masqués se sont rassemblés dans une salle bien ventilée, et le résultat est positif.

L’expérience a de quoi redonner espoir au monde de la culture : il n’y a eu, selon les organisateurs, "aucun signe" de contagion après le concert-test de 5 000 personnes qui s'est tenu fin mars à Barcelone, en Espagne, où un public masqué a pu danser, sans distance.

Deux semaines après ce concert du groupe de rock indépendant Love of Lesbian le 27 mars, "il n’y a aucun signe qui suggère qu’une transmission [du coronavirus] a eu lieu pendant l’événement, ce qui était l’objectif de cette étude", a affirmé le docteur Josep Maria Llibre, de l’hôpital Germans Trias i Pujol de Badalone, lors d’une conférence de presse.

Montrer que des concerts sont possibles malgré le Covid

Soumis à des tests antigéniques avant l’événement, les participants n’ont en revanche pas été obligatoirement testés après. Les six cas positifs "asymptomatiques" officiellement détectés parmi les 5 000 spectateurs deux semaines après le concert l’ont donc été dans le cadre de contrôles habituels du système de santé.

Il est possible que d’autres cas asymptomatiques soient passés sous le radar car, à moins de présenter des symptômes ou d’être cas contact, les participants, qui devaient tous porter des masques FFP2 pendant le spectacle, n’avaient pas de raison d’effectuer un test. "Pour quatre de ces six cas, nous sommes certains que la transmission n’a pas eu lieu pendant le concert", ont expliqué les organisateurs.

Quant aux deux autres, "il y a un très fort pourcentage de probabilité pour qu’ils n’aient pas été contaminés" dans la salle de spectacle, a affirmé l’infectiologue Boris Revollo. Les organisateurs ont malgré tout assuré que leur objectif était atteint : montrer que des concerts sont possibles malgré le Covid. Ce concert "prouve qu’on peut mener une campagne de test massive en une matinée et de manière fluide", a relevé Josep Maria Llibre.

Une expérience rare qui arrive en France

"On peut affirmer qu’il n’y a pas eu de super transmission pendant le concert. Ça démontre qu’on peut organiser des événements sûrs pour éviter la transmission du coronavirus", a expliqué à l’AFP le docteur Revollo. Outre les tests et les masques FFP2, la ventilation ainsi que les capacités d’accueil dans les lieux critiques comme les toilettes étaient strictement contrôlées. 

Organisée par un groupe de festivals, des promoteurs musicaux et l’hôpital Germans Trias i Pujol, cette expérience est l’une des rares à avoir eu lieu en Europe dans les musiques actuelles. Un autre concert test a eu lieu début mars aux Pays-Bas avec 1 300 personnes.

"Les résultats du concert-test de Barcelone, c’est un motif d’espoir, c’est une très bonne chose", a réagi Aurélie Hannedouche, responsable du Syndicat des musiques actuelles (français) auprès de l’AFP, tandis que Malika Seguineau, à la tête du Prodiss (Syndicat national du spectacle musical et de variété), a estimé que "ces concerts-tests sont indispensables pour construire la suite".

La ministre française de la Culture, Roselyne Bachelot, a annoncé ce mardi que le concert-test prévu à l’AccorHotels Arena aurait lieu le 29 mai prochain, après avoir été repoussé déjà deux fois. L’expérience rassemblera 5 000 personnes testées et masquées, qui se tiendront debout dans la salle, ainsi que 2 500 personnes qui resteront à l’extérieur, selon Le Parisien. Si, comme cela semble être le cas du concert-test de Barcelone, le résultat est concluant, de grands concerts debout pourraient se tenir à la rentrée. On l’espère.

Konbini avec AFP

À voir aussi sur konbini :