Comment Spotify est devenu une machine à créer des hits

Après s’être imposé comme le leader mondial du streaming, Spotify peut également se targuer d’avoir profondément bousculé l’industrie musicale. Au point de faire (ou de défaire) des hits.

(© Flickr)

Avec plus de 60 millions d’abonnés et près de 140 millions d’utilisateurs actifs (abonnés ou non), Spotify écrase ses rivaux sur la scène mondiale du streaming. Moins de douze ans après le lancement de la plateforme musicale en 2005, la petite entreprise suédoise s’est imposée comme le leader global de la musique en libre écoute, face à un SoundCloud en faillite et un Apple Music qui peine à s’imposer.

Publicité

Ce n’est un secret pour personne : Spotify a révolutionné la manière dont nous consommons la musique. Entre l’achat physique de disques et le téléchargement illégal sur Internet, le géant du streaming a su se faire une place de choix. Et incarner le compromis qui allait permettre à des internautes du monde entier d’écouter une quantité illimitée de morceaux, et ce, en toute légalité.

En faisant du nombre d’écoutes la nouvelle devise de rémunération des artistes, Spotify a contraint l’industrie musicale à s’adapter et peut désormais se vanter de jouer un rôle majeur dans le succès (ou non) des artistes. Au point de pouvoir "make or break" (faire ou défaire) un hit, selon un article paru dans Rolling Stone.

L’effet playlist

© Spotify

Publicité

Principal outil d’influence sur le succès d’un morceau ? Les playlists, écoutées par plus de la moitié des utilisateurs de Spotify, selon la firme. Et c’est d’ailleurs ce qui explique, en partie, sa popularité. La plateforme propose en effet une large palette de playlists : classements des titres les plus écoutés par pays, dernières sorties, nouveautés virales... Mais aussi et surtout de nombreuses playlists classées par genre musical et par ambiance. Des mines d’or qui permettent à certains artistes d’élargir leur public et leur procurent une visibilité inédite.

En France, la playlist "Hits du moment" comptabilise près d’un million d’abonnés. "Viva Latino-top 50" est quant à elle suivie par plus de 5,5 millions de personnes à travers le monde, contre 7,4 millions pour "RapCaviar", la playlist la plus populaire de Spotify. Autant dire qu’y figurer est le meilleur moyen de faire un carton. Surtout pour les artistes relativement peu connus, qui y voient une opportunité sans précédent. Car qui dit playlist dit explosion du nombre d’écoutes, et explosion du nombre d’écoutes dit multiplication des recettes.

À l’heure actuelle, le cas de "Redbone" de Childish Gambino est certainement la meilleure illustration de l’impact de Spotify sur le succès d’un morceau. Si le rappeur était certes connu dans le milieu du hip-hop US bien avant la sortie de son dernier album Awaken, My Love ! (dont le titre est extrait), son placement dans la playlist "RapCaviar" l’a propulsé en tête des charts internationaux. Depuis, "Redbone" a été certifié disque de platine à deux reprises et a permis de faire entrer l’album dans le très prisé Billboard Hot 100 en décembre 2016.

Publicité

Comme l’explique Rolling Stone, l’avènement du "playlist effect" va jusqu’à offrir une notoriété aux créateurs de playlists, qui font désormais (presque) figure d’artistes à part entière. À l’image de Tuma Basa, ancien employé de MTV et VH1, qui dirige justement la fameuse playlist RapCaviar. Très prisé des labels, ses choix sont scrutés par les radios musicales, qui s’en inspirent pour leurs programmations.

N’en déplaise à ceux qui accusent Spotify d’avoir tué l’industrie musicale, le géant du streaming ouvre le champ des possibles pour de nombreux artistes indépendants qui n’auraient pas (autant) percé via les canaux de diffusions "traditionnels". Et même les grands noms de la musique y gagnent en élargissant leur audience et en diversifiant ainsi leur fan base. De quoi affirmer sans trop se mouiller que l’avenir de la musique repose au contraire sur le streaming… et donc en grande partie sur Spotify.

Par Léa Marie, publié le 16/08/2017

Pour vous :