Comment les battles en live sur Instagram ont sauvé le rap en confinement

Des combats improvisés ont lieu en ce moment avec les plus grands producteurs et artistes de la planète. Tour d'horizon.

Depuis le début du confinement, des rendez-vous réguliers se mettent en place sous le nom de Verzuz avec les plus grands compositeurs et producteurs du monde. L’idée vient à la base de Swizz Beatz, le célèbre producteur derrière de nombreux hits, notamment pour DMX et les compilations Ruff Ryders.

Swizz est friand des combats virtuels de producteurs. Son premier a lieu contre Kanye West en 2008 pendant le Summer Jam, un énorme événement hip-hop chaque été à New York. Les règles sont simples : chaque participant envoie tour à tour un morceau qu’il a produit et, au final, personne ne gagne vraiment. Juste l’amour de la musique à travers une saine compétition.

Publicité

Swizz Beatz en avait aussi organisé un, très fameux, diffusé en direct par la radio HOT97 en 2009, affrontant alors Just Blaze, producteur de Jay-Z et de son crew Roc-A-Fella. Ces battles sont restées mythiques, jusqu’à les recréer ces dernières années, avec Just Blaze en 2017, notamment.

Quand se lance la quarantaine, Swizz Beatz revient avec cette idée et la propose à Timbaland qu’il connaît bien. La dernière semaine du mois de mars, ils vont alors lancer deux Instagram lives mélangeant discussion, compétition et conseil sur le confinement. Un concept simple, sans réel format, qui est devenu une norme. Les lives sur Instagram sont maintenant devenus le quotidien, ils remplacent presque les réseaux télévisuels habituels.

Publicité

Fort de l’énorme succès de ce concept, Swizz Beatz et Timbaland commencent à communiquer, dès le mois de mars, sur de nouveaux battles organisés, un par semaine. Et ils annoncent des gros noms pour les premiers, pas uniquement des producteurs mais aussi des compositeurs, des auteurs.

Ainsi se lancent The-Dream contre Sean Garrett le 28 mars, Ne-Yo contre Johntá Austin le 31 et T-Pain contre Lil Jon le 5 avril. Les deux premières sont très tournées sur la composition et l’écriture précise, mais la dernière penche davantage côté club avec le crunk et l’autotune. C’est là que le grand public et les médias commencent à prendre le pas. Entre-temps, un grand coup de massue, celui qui offre de nouveaux horizons : Scott Storch contre Mannie Fresh, le 2 avril.

Scott Storch contre Mannie Fresh

Publicité

Scott Storch a comme surnom le "Piano Man", il a souvent coproduit avec Dr. Dre, notamment son hit imparable "Still D.R.E". En face, nous avons la machine de Cash Money, producteur pour Juvenile, Hot Boys, B.G. et Lil Wayne pendant 10 ans. Deux énormes producteurs de tubes. Scott joue un peu de piano, Mannie envoie ses ogives.

Le son est affreux, mais le côté vraiment réel et simple de la conversation donne un résultat au-delà de toute espérance. Verzuz est alors devenu un véritable programme, une émission sans format, sans média. Une qualité assez médiocre de l’ensemble qui donne plus de proximité, plus d’engagement.

Swizz Beatz et Timbaland sont ravis, les connexions montent et le monde se détend un peu dans ce clash des titans, oubliant les soucis liés à l’épidémie. Tout est centré sur la musique. Viens alors le battle qui va faire date, la variation ultime des années 90, dans la nuit du 11 au 12 avril.

Publicité

DJ Premier contre RZA

C’était le combat que tous les fanatiques de rap attendaient. D’un côté, DJ Premier, le producteur qui a inventé un certain style de boom bap américain, celui de Gang Starr mais aussi une partie de Nas, Biggie, Jay-Z ou M.O.P. Dans l’autre coin, RZA, l’architecte du Wu-Tang Clan, le plus grand groupe de rap de tous les temps.

Ce sont deux styles différents, mais complémentaires, qui ont explosé au même moment, le milieu des années 90, il y a 25 ans. Ce battle se passe exactement comme prévu : DJ Premier est engageant et méticuleux, RZA est peu bavard, efficace et droit au but. Les deux se respectent et la discussion entre les morceaux est très courtoise, parfois entrecoupée de problèmes techniques. La beauté des aléas du direct. Ce live Instagram bat encore des records de fréquentation et chaque spectateur a pu se faire son propre avis sur le gagnant éventuel. Au final, c’était juste une magnifique occasion de se replonger dans deux discographies mythiques.

Un battle est très souvent gagné avec deux paramètres : le sens du timing et la mise en scène. Il faut savoir quand mettre le bon morceau. Il faut savoir rester sobre et dans la simplicité… Ce qui ne sera pas le point fort du dernier combat le plus impressionnant du moment, le 20 avril.

Teddy Riley contre Babyface

Ce battle est sûrement déjà le plus mythique car il a été repoussé deux fois. La première fois, Babyface avait contracté le coronavirus, la deuxième grâce à la mise en scène catastrophique de Teddy Riley avec un écho terrible. Même si musicalement, c’était une catastrophe, ça a créé un engouement totalement incroyable autour de ces deux compositeurs mythiques du New Jack Swing et R'n'B époque 1985-1995.

Quand le battle a réellement lieu, un lundi soir, il casse tous les records du format avec plus de 3 millions de spectateurs et casse même l’application Instagram pendant quelques minutes. Les deux artistes se parlent ouvertement tout en envoyant leur multitude de tubes. La qualité du son est presque au rendez-vous, mais c’est surtout l’intimité et les échanges de ces deux super-producteurs qui créent une ambiance hors-norme.

Au final, ce format qui paraît si anodin devient vraiment l’émission rap la plus regardée du moment. Le côté rendez-vous en direct totalement inédit rencontre un grand succès. Alors que le reste de l’économie du rap est au ralenti, Verzuz conserve le cap pour garder la créativité et l’adaptation du côté du rap, cette musique qui évolue toujours avec son époque… même quand l’époque est enfermée chez elle.

En France, le concept se développe peu à peu avec notamment Malik Bentalha qui a proposé ce samedi 25 avril un battle entre Sniper et la FF ainsi que DJ Clyde, ancien d’Assassin et NTM qui propose sa version de battle contre Imhotep d’IAM le lundi 27 avril

Par Aurélien Chapuis, publié le 27/04/2020