AccueilMusique

Les clubs fermaient leurs portes il y a un an jour pour jour

Publié le

par Hong-Kyung Kang

« Music For Everybody » clip

À l'occasion de ce triste anniversaire, le musicien Enflure sort un clip touchant, illustrant les clubs vides de Paris.

Le 12 mars 2020, les clubs français accueillaient leur public pour ce qui allait devenir leur dernière soirée. Le lendemain, le gouvernement annonçait en effet une jauge de rassemblement maximale de 100 personnes, et les boîtes de nuit ont été contraintes de fermer leurs portes. Depuis, le monde de la nuit, privé de perspectives, doit composer avec une incertitude angoissante quant à l'avenir.

Des salles vides… dans un clip touchant

La date de réouverture des clubs a été renvoyée aux calendes grecques, et les établissements n'ont plus accueilli personne pendant une année entière. Les conséquences d'un tel arrêt sont dramatiques : depuis, un tiers des boîtes de nuit françaises ont été contraintes de mettre la clé sous la porte.

C'est ce mal-être qu'a essayé de filmer le musicien Enflure dans le clip de "Music for Everybody". La vidéo montre le Rex Club, le Nouveau Casino, La Machine du Moulin rouge, le Sacré et le Badaboum, ces lieux parisiens incontournables totalement vides, et désertés par le public comme par le personnel.

À la vue des clubs, traditionnellement bondés de monde mais sans âme qui y vive aujourd'hui, on ne peut réprimer un pincement au cœur. À travers ce clip, Enflure montre la détresse du monde de la nuit laissé à l'abandon. Il explique, dans un communiqué : "À l'heure où la France déprime, nous souhaitons dire aux clubs, aux gérants, aux équipes de production, aux barmen, aux DJ, que nous serons là quand ils rouvriront."

Cette réouverture est en effet ardemment espérée par beaucoup, dont les patrons de boîtes de nuit, qui ont essayé de convaincre le gouvernement d'une possible reprise d'activité avec un protocole sanitaire strict. Alors que le Royaume-Uni planifie déjà le retour de la fête, il semblerait que les Français doivent encore prendre leur mal en patience.

À voir aussi sur konbini :